• BAUMANN Joseph

    Bonjour,
    Pour une commune de près de 8000 habitants, la 2ème de l’agglo Colmar, il me paraît surprenant que le service instructeur des autorisations d’urbanisme ne soit pas au nombre des personnes publiques consultées.
    Ce projet de PLU comporte bien des incohérences et imprécisions qui auraient dû soulever des questions de la part du service instructeur des permis de construire et d’aménager.
    On peut, citer des OAP qui manquent de précisions, des bandes tampon sans précision de la largeur, de la nature. des bandes tampons sont matérialisées sur les cartes en zone de vignes alors qu’elles devraient se placer dans la ceinture urbaine. Les fonds de parcelles construites classées en zone A alors qu’elles devraient l’être par exemple en Nj.
    Cordialement,
    Joseph Baumann

  • FRITZ Claire

    Monsieur l’Enquêteur,

    Le petit jeu avec l’échange de courriers dénoncé par M.Lacombe est à l’opposé du respect témoigné par l’ensemble des participants à l’enquête. Dommage !

    Je suis à présent curieuse de lire vos conclusions et motivations .

    comme le dit si bien M.Diamant, il y va d ela responsabilité de chacun !

  • BAUMANN Joseph

    Le projet de révision du PLU de Wintzenheim prévoit la création d’une zone d’activité économique de 22 ha, rue du Tiefenbach. La création de cette zone est motivée par la création d’emploi engendrée par le développement économique que permettrait cette ZAE. De différents débats et réunions publique il apparaît qu’il s’agirait essentiellement de déplacement d’entreprises déjà présentes sur la commune. Dans ces conditions, le peu de création d’emplois à en attendre peut-il justifier l’artificialisation de 22 ha de bonnes terres agricoles. Prétendre que ces terres sont de peu de valeur demande à être justifié autrement que par la comparaison avec une valorisation financière à court terme rendue possible par des opérations de promotion immobilière.
    Le besoin de créer la ZAE sur le territoire de la commune de Wintzenheim au motif que les habitants veulent travailler dans leur commune et réduire les déplacements, ce qui en soit est effectivement à encourager, est-il réellement justifié, sachant que selon les statistiques de l’INSEE moins de 20 % des actifs de Wintzenheim travaillent dans leur commune de résidence.
    S’agissant d’entreprises implantées en bordure de la N83 et frappées d’alignement dans le cadre de la mise à 2×2 voies de la route nationale, si ces entreprise devaient se trouver dans l’obligation de déménager, ne trouvent-elles pas à s’implanter dans des ZAE existantes dont certaines situées à quelques centaines de mètres sur des communes voisines ?
    La municipalité justifie aussi la création de cette ZAE par les ressources fiscales qu’elle génèrerait. Est-ce là une gestion de collectivité en « bon père de famille » d’équilibrer son budget avec des rentées uniques d’argent procurée par les des droits de mutation et taxes d’aménagement et impôts sur les plus-values ? Par ailleurs la compétence du développement économique est du ressort de la com d’agglo de Colmar qui collectera aussi les ressources fiscales.
    Enfin, la localisation de la ZAE aux abords immédiats d’un secteur résidentiel est particulièrement contestable. Wintzenheim bénéficie d’un contournement Nord de la circulation routière motorisée à la satisfaction de ses habitants et des usagers. La création de la ZAE Tiefenbach va entrainer la mise à grand gabarit de la rue du Tiefenbach et induire une circulation de véhicules utilitaires en limite immédiate des résidences existantes. N’y a-t-il pas là une incohérence à ramener de la circulation dans un quartier résidentiel alors que précédemment un contournement de la sphère urbaine a été construit.
    Clamer que le la création de cette ZAE de 22 ha est dans l’enveloppe prévue par le SCoT est-il une justification recevable ? Avant la condamnation de nouvelles surfaces agricoles, ne conviendrait-il pas d’établir un plan de développement économique couvrant Colmar agglo pour apporter de la cohérence, éviter les doublons et préserver les espaces agricoles et naturels.
    Des surfaces importantes de vignes sont prévues à être urbanisées. Un des motifs avancé est l’urgent nécessité de production de logements sociaux. Or la commune ne remplit pas ses quotas de logements sociaux depuis le début des années 2000. La situation de carence s’est aggravée au fil des ans. Prétendre répondre à cette carence par des opérations de constructions de collectifs avec un minimum de 30 % de logements sociaux est-ce bien sérieux.
    En conclusion je prie Monsieur le commissaire enquêteur de bien vouloir donner un avis défavorable à ce projet de révision du PLU de Wintzenheim.
    Cordialement
    Joseph Baumann

  • Klein Dominique

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    L’espace ouvert à droite en sortant de Colmar qui se trouve à cheval sur 3 communes : Colmar, Wintzenheim et Wettolsheim doit le rester or le PLU de Wintzenheim voudrait en entamer plus de 20 ha (OAP N°9 qui ne se justifie pas de façon factuelle).
    Il est un espace ouvert, qui en plus de ses fonctions visuelles, promenade, prolongement d’un couloir écologique Ouest Est, … est constitué de très bonnes terres nourricières qu’il n’est même pas besoin d’irriguer. (La topologie Tiefenbach aurait-elle un lien avec ce fait)

    Dans cet espace cultivé d’un seul tenant (évitant par ailleurs la conurbation), il y a sur Colmar une zone de jardin familiaux Nj .
    Les zones Nj ( jardins familiaux) devraient être crées aux portes de Wintzenheim et Wettolsheim pour une petite partie, et le cœur donc l’essentiel au maraichage voir à la culture.
    Le maraichage est demandeur d’emploi et attire les jeunes générations qui quittent le « béton »

    Cela préserverait les circuits courts, créerait des emplois, limiterait la création de CO2 par des produits alimentaires venant des 4 coins de la planète et permet en cas de crise d’assurer un petit minimum de durée en auto suffisance.

    Les schémas actuels et bon nombre de mentalités commencent à changer leurs approches.
    Les conditions de vie (climatiques, pollutions, chute grave de la biodiversité…) y compris localement sont à prendre en compte dans l’urbanisme.

    Réservons ses terres pour nous nourrir et être en contact avec la nature sans prendre notre voiture !

    En conséquence, Monsieur le Commissaire Enquêteur, je vous demande d’émettre un avis défavorable au PLU de Wintzenheim
    Dominique Klein citoyen de Colmar Agglomération

    Zone-agricole-ouverte-jardins-familiaux-_-point-triple-3-communes.jpg
  • ROTH François

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Ce que j’avais annoncé c’est réalisé, en ce sens que la réponse de la CAC à votre demande d’information a été mise sur le site le jour de clôture de l’enquête.

    J’ai déjà eu l’occasion d’insister sur le caractère déloyal de cette chronologie, au regard des droits des administrés, et je maintiens sans y rien changer le point de vue exprimé dans mon observation du 25 avril 2019.

    Je tiens cependant à compléter mon opposition au projet par les éléments suivants.

    1. Je ne comprends pas par quel mécanisme la lettre de COLMAR AGGLOMERATION, qui vous est pourtant destinée, a été mise sur le site de l’enquête par la Mairie de WINTZENHEIM.

    Par quel mécanisme la Mairie a-t-elle eu en quelque sorte la primeur de cette réponse ?

    2. La référence à l’adoption du SCOT n’est pas pertinente, dans la mesure où, d’une part, les états d’esprits sont susceptibles de changer avec le temps, d’autre part la procédure de PLU doit ménager, au profit des municipalités, un minimum d’autonomie.

    Raisonner autrement consisterait ni plus ni moins à priver les Mairies de tout pouvoir, hormis celui d’appliquer les SCOT, sans autre forme de procès.

    3. L’aménagement des zones d’activités peut se faire, doit se faire, avec un minimum de cohérence.

    Or, il est totalement incohérent de créer une nouvelle zone d’activité là où, par ailleurs, il existe des friches industrielles, artisanales ou commerciales que la Mairie ne veut plus voir occuper, entre autres raisons du fait du coût de la dépollution.

    Il aurait été de bon ton de s’en préoccuper plus tôt, y compris dans le cadre du PLU, plutôt que de « massacrer » des terres agricoles supplémentaires, en se soumettant, sans autre forme de réflexion, à la requalification de zones que la Mairie souhaitait urbaniser.

    4. La réponse de la CAC, enfin, permet de sceller la responsabilité de la Mairie de WINTZENHEIM dans la conception de ce projet, alors que le Maire NICOLE n’a eu de cesse que de se retrancher derrière la CAC, et derrière le SCOT.

    J’observe en effet que, dans sa réponse, la CAC indique :
    « Ainsi, la Ville de Wintzenheim a souhaité proposer un projet de zone de 25 hectares. L’ensemble de ces propositions a été échangé et débattu au sein de Colmar Agglomération… »

    C’est donc bien la Mairie qui a conçu, seule, ce projet de création d’une zone d’activités économiques au Tiefenbach, sans que, a priori du moins, Colmar Agglomération n’ait eu initialement l’intention de s’étendre dans ce secteur.
    La moindre des choses que l’on est en droit d’attendre d’une Municipalité, c’est qu’elle assume la responsabilité de ses choix politiques et urbanistiques.

    Tel n’est manifestement pas le cas pour la Mairie de Wintzenheim, ce que l’on ne peut que déplorer.

    Pour ces raisons, se rajoutant à celles exprimées dans les 168 observations précédentes, je vous prie de rendre un avis défavorable au projet de révision du PLU de Wintzenheim.

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, mes salutations distinguées.

    François ROTH

  • LACOMBE Pascal

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Manifester sa colère est parfois un devoir quand les signaux de dysfonctionnement administratif et démocratique se manifestent de manière aussi grotesque, ici dans cette enquête publique.

    Nous assistons ici à une farce :

    Vous adressez un courrier de demande d’information, NON DATE, c’est ubuesque, à M. Gilbert Meyer. Ce courrier est présenté sur le site de l’enquête publique le 25 avril.

    Le 26 avril la réponse de M. Gilbert Meyer, est déposée par la mairie de Wintzenheim sur le présent site de l’enquête ….réponse de M. Meyer en date du 25 avril ….soit le jour même de la présentation sur ce site du courrier que vous adressez à M. Meyer.
    La technologie fait des miracles à la vitesse de la lumière !!!!!

    Et le temps de réponse qui nous est octroyé est quasiment nul …et ne me laissera pas le temps de réagir ici autrement que sur la forme.

    Je vous demande M. le commissaire enquêteur de vous opposer fermement à la validation de ce PLU pour les raisons évoquées dans la présente observation.

  • D.Roth Daniele

    Le 26/4/2019
    Monsieur le Commissaire Enquêteur ,
    Lorsque l’on fait un récapitulatif des avis émis par les différentes commissions pour la révision du PLU de Wintzenheim , on constate qu’ils sont très nombreux à être défavorables à l’urbanisation des zones agricoles dont la zone AUe du secteur Tiefenbach . Afin de faciliter le décodage de mon argumentaire , j’ai préféré citer inextenso les commentaires émis par les différents organismes.
    1)*La Chambre d’Agriculture émet un avis défavorable dans un courrier daté du
    12/3/2019 écrit à Monsieur le Maire Serge Nicole concernant le projet de PLU arrêté le 15/10/2018 , en ces termes :
    « la Chambre d’agriculture émet un avis défavorable à la zone 1 AUe au sud de la Croix Blanche . » (Avis PPA sur PLU arrêté-Chambre d’Agriculture d’Alsace . page2/7 du 12/3/2019)

    2) La MRAe Mission régionale d’autorité environnementale
    le 15/3/2019 donne la synthèse de son avis :
    « La commune prévoit de consacrer également 24,5 ha à l’extension et au réaménagement de zones d’activités économiques. Cette consommation foncière importante n’est guère motivée dans le rapport de présentation.
    ……….Les besoins d’extention d’urbanisation nouvelle sont peu motivés dans le dossier. Une gestion plus économe de l’espace permettrait une meilleure prise en compte des autres enjeux environnementaux de la commune . »
    « L’Autorité environnementale recommande principalement de réduire la consommation foncière :
    ……en reconsidérant les extensions des zones d’activités économiques après une analyse approfondie des disponibilités actuelles sur la commune et sur la Communauté d’agglomération de Colmar »
    « Dans le cadre du projet de PLU , la zone 1AU en extention urbaine au sud-est de la commune est impactée par les nuisances sonores dues à la RD83.
    L’Autorité Environnementale(Ae) s’interroge également sur les nuisances sonores pouvant impacter les zones urbanisées et urbanisables à proximité des zones d’activités existantes et prévues par le projet du PLU .
    L’Autorité environnementale recommande de mener des études acoustiques pour s’assurer de l’absence de nuisances sonores pour les secteurs résidentiels concernés par les futures zones d’activité . »

    3) La DDT :
    Les informations sont à mettre en cohérence . »

    4) L’ ARS : Agence régionale de santé ,
    *le 12/1/2018 a adressé un courrier à Monsieur le Maire de Wintzenheim :
    « Après étude des documents que vous m’avez transmis, je vous fais part de mes observations et remarques relatives à la prise en compte des enjeux santé-environnementaux à intégrer dans le cadre de la révision du PLU de votre commune . »
    « les recommandations en matière de prévention des nuisances liées à une trop grande proximité entre les zones d’activité futures/existantes et les zones à vocation principale d’habitation existantes et/ou projetées n’ont pas été prises en compte. De même , le respect d’un éloignement suffisant entre les futures activités et les habitations existantes et à venir n’a pas été évoqué . »
    * le 20/9/2018:
    « Après étude des documents que vous m’avez transmis et me référant à mon dernier avis daté du 12/1/2018 ,
    je vous informe de la nécessité à prendre en compte les enjeux
    santé-environnementaux dans le cadre de la révision du PLU de votre commune . »
    « Il est dommage que ces points évoqués dans mon avis du 12/1/2018 (cf p4 et 5/13) n’aient pas été repris dans le rapport de l’état initial de l’environnement . »
    Dans la rubrique pollution atmosphérique et santé , la responsable du service santé et environnement de l’ARS écrit :
    « Je relève que globalement les effets des polluants atmosphériques sur la santé ne sont pas abordés dans l’évaluation environnementale du PLU
    (cf pages 54 et 55 et 79).
    « Dans tous les cas , j’invite la commune à reprendre mes recommandations concernant l’ensemble des enjeux sanitaires et environnementaux dans le cadre de l’avis des personnes publiques associées. »
    *le 14/1/2019 dans une lettre adressé à Monsieur le Directeur Départemental des territoires :
    « Certains enjeux ont été oubliés et mériteraient d’être complétés :
    dans le rapport de présentation , les données sur la qualité de l’air ne sont pas à jour ».
    « Nos remarques dans nos derniers avis n’ont pas été reprises .
    Pourtant des enjeux importants ont été oubliés et certaines informations
    sont inexactes . »

    Toutes ces remarques n’ont pas été prises en compte puisqu’elles n’ont pas fait modifier quoi que ce soit .

    5) L’INAO , Institut National de L’Origine et de la Qualité dont l’avis n’avait pas été mis dans le dossier pour l’enquête Publique avant l’exigence de son insertion par un citoyen de cette commune , le 8/4/2019 a émis un avis défavorable à ce PLU .

    6) la CDPNAF dont l’avis n’avait pas non plus été mis dans le dossier pour l’Enquête Publique
    avant l’exigence de son insertion par un citoyen de cette commune a émis un avis défavorable à la révision de ce PLU.

    7) Le syndicat viticole en date du 23/4/2019 a émis un avis défavorable à la révision du PLU.

    8)La confédération paysanne émet également un avis défavorable en date du 18 avril.

    9)Alsace nature et son président Monsieur Daniel Reininger sont opposés à ce PLU .

    Voilà résumés de façon synthétique les avis défavorables à la révision de ce PLU ainsi que les réserves émises par nombre d’organismes .
    A ceux-ci s’ajoutent les nombreuses observations du public s’opposant très fermement à l’artificialisation des terres agricoles .

    Je vous demande donc Monsieur le Commissaire Enquêteur de prendre en compte l’ensemble de ces avis , et d’émettre un avis défavorable à ce PLU.
    D.Roth .

    .

  • ATE, Les Amis de la Confédération Paysanne, Alsace Nature Collectif

    Monsieur le Commissaire,
    En date du 25/04/2019, vous avez mis en observation, dans l’Enquête Publique sur le PLU de Wintzenheim, copie de votre courrier de demande d’informations adressée à Monsieur le Président de Colmar Agglomération.
    Le 26/04/2019, en fin de matinée, vous avez ajouté le courrier réponse, reçu la veille, de Colmar Agglomération à cette demande.
    Cette demande d’informations tardive dont vous nous aviez pourtant déjà parlé dés le 15/04/2019 lors d’une de vos permanence et la réponse dont nous n’avons eu connaissance que 2 heures avant la clôture de l’Enquête Publique mettent les opposants au projet dans l’impossibilité d’y répliquer, portant de ce fait atteinte aux droits des administrés.
    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire, nos salutations les meilleures.
    Signé: le Collectif ATE, Les Amis de la Confédération Paysanne et Alsace Nature

  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Je suis également opposée à ce projet, qui va à l’encontre des recommandations actuelles des grandes ONG et de l’attente d’un nombre croissant de citoyens : relocaliser l’agriculture et de préserver notre biodiversité et notre cadre de vie. Une zone artificialisée de plus ne permettra pas la « croissance », mais peut-être juste un transfert d’emploi pour un laps de temps précaire. Si une implantation locale complémentaire était vraiment impérieuse, il faudrait tout d’abord occuper les friches industrielles existantes, plutôt que de s’attaquer à un espace encore naturel apprécié des riverains.
    J’ai donc un avis défavorable sur ce projet.
    Avec mes salutations respectueuses.

  • Fritz Albert

    Le principal argument mis en avant par la mairie de Wintzenheim est la création d’emplois pour les habitants de la commune.
    A la lecture des nombreuses observations pour cette enquête publique, je n’ai trouvé personne qui soit enthousiasmé par cette soi-disant création d’emplois. Cet argument ne fait plus recette ! Les citoyens sont tous conscients que les espaces de nature qui leur restent ne doivent plus être sacrifiés au nom des caprices de certains élus, qui ont l’impression que leur puissance se mesure aux nombre de m3 de béton qu’ils déversent sur nos terres.
    J’émets donc un avis défavorable pour cette commission d’enquête.

  • Bergheaud Philippe

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    J’affirme mon opposition à ce projet, pour toutes les raisons de bon sens énoncées par les participants à cette enquête, auxquels je me joins.

    Philippe Bergheaud

  • Bergheaud Anne

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    Je clame mon opposition à ce projet.

    Je demande de planter quelques chênes dans chaque ville et chaque village.

    Je demande de placer des entreprises sur des terrains déjà perdus pour l’agriculture. Il y en a beaucoup à Wintzenheim…

    Anne Bergheaud

  • Claire FRITZ

    Je rejoins tous les avis opposés au projet d’artificialisation de 22 ha de terres au lieu dit Tiefenbach,. L’ensemble des arguments environnementaux développés me paraissent pertinents et bien plus respectables que la menace d’augmentation des impôts locaux ou le chantage à l’emploi.

    Puisque l’argument économique semble être la motivation essentielle du projet, je rajoute un simple commentaire sur ce point.
    Comme pour tous les « grands projets inutiles » , on nous dit que ce projet rapportera gros à la commune de Wintzenheim. On oublie de nous préciser ce par quoi on devrait commencer, nous dire combien ce projet coûte déjà et coûterait au final aux contribuables.
    Combien coûte par exemple cette enquête publique  ?
    Combien coûteraient toutes les études ( qui à priori devraient être réalisées) , les travaux d’aménagements des terrains etc … ?

    L’expérience montre qu’on ne nous dit pas non plus après la réalisation des projets , combien ils ont coûté …

    Je vous demande donc, Monsieur le commissaire enquêteur, de tenir compte de mon avis défavorable à la révision du PLU de Wintzenheim

  • Hecht Paul

    Monsieur le Commissaire enquêteur,
    Par la présente, je vous exprime ma vive opposition au projet de modification du PLU de Wintzenheim qui est soumis à votre avis.Trois raisons militent pour un rejet de ce projet.
    D’abord, il me paraît important de préserver un maximum de terres agricoles. Ensuite, il s’agit de considérer l’aspect environnemental de l’entrée de Colmar par la rue du Tiefenbach. Il faut cesser de créer des zones d’activités autour des giratoires. Ces zones sont déjà bien trop nombreuses du nord au sud de l’Alsace. Enfin, l’argument économique qu’invoque le maire de Wintzenheim quant à la création d’emplois ne saurait être déterminant. Les prévisions émises dans de telles opérations sont rarement confirmées, s’agissant en priorité de transferts d’emplois.
    Dans ces conditions, je vous serais obligé de bien vouloir émettre un avis défavorable à la modification du PLU de Wintzenheim.

  • Fritsch Aurélia

    Monsieur le Commissaire enquêteur,
    En tant qu’habitante du quartier Sainte Marie,je suis indignée par l’annonce de ce projet de PLU par la mairie de Wintzenheim. Les conséquences seront multiples:
    – Pollution visuelle (propriétaire d’un gîte de vacances, la vue sur les vignes et les montagnes fait partie du charme alsacien!), pollution sonore, pollution de l’air…
    – Plus de promenade, de jogging, de vélo avec nos enfants (d’ailleurs, qu’allons nous laisser à nos enfants?)
    – Des risques d’inondations: les terres actuelles permettent à l’eau de pluie de s’infiltrer et de ne pas envahir nos habitations…
    – Destruction de la biodiversité…
    – Plus de nourriture à long terme (à force de bétonner toutes les terres agricoles, qu’allons nous manger dans quelques décennies?)
    Je pourrais continuer la liste, tant il y a de choses à dire…
    Ce qui me choque le plus, c’est cette sensation que ce projet se profile en douce et que ENCORE une fois la population a le sentiment que les choix politiques se font sans écouter l’avis des gens! (d’ailleurs beaucoup de gens ne sont pas au courant de ce projet…)
    Alors même que nous savons tous qu’il est important de réagir pour sauver la planète, je demande un avis défavorable à la commission d’enquête.

  • lohner ruth

    Monsieur le commissaire enquêteur,
    Question: que laissons nous à nos enfants? un paysage dégradé.
    Je ne peux me représenter ce bel endroit propice aux balades, dénaturé par du béton.
    Pour cette raison, je demande un avis défavorable à la commission d’enquête.

  • Observation anonyme

    Monsieur Le Commissaire enquêteur,

    L’artificialisation des terres agricoles devient le fléau dans une grande partie du territoire national. Il faut bien avoir à l’idée que ce n’est pas en créant des zones commerciales en milieu rural ou semi-rural, où le spectre du développement, de la création d’emplois que l’on fait miroiter aux élus locaux très influençables par l’appât du gain en impôts et taxes pour leur commune, que l’on résoudra les problèmes économiques, sociaux et environnementaux sur le long terme… En effet, les entreprises qui viendront s’installer ne resteront pas forcément longtemps sur place, m’embaucheront pas nécessairement de la main d’oeuvre locale et généreront pollution et nuisances pour la fabrication de produits pas toujours utiles à la population.
    En revanche, conserver des terres nourricières vivantes, qui maintiennent des emplois locaux non délocalisables, en privilégiant des installations sur petites surfaces très demandeuses de main d’oeuvre, seraient des décisions rationnelles à prendre, dignes d’un décideur public. On peut très bien se passer de voiture, on ne pourra jamais se passer de se nourrir… Une terre agricole artificialisée ne pourra plus jamais être cultivée. La France est en train de perdre sont autonomie alimentaire au rythme actuel des destructions (un département bétonné tous les 7 ans). Dans 500 ans, il n’y aura plus rien à cultiver.
    Enfin, le département du Haut-Rhin fait parti des plus mauvais élèves en France si l’on prend en compte le rapport « croissance économique et démographique » et « rythme d’artificialisation ». Entre 2006 et 2015, la croissance a été faible dans le département, mais les artificialisations fortes (note d’Alice Colsaet, IDDRI: « Artificialisation des sols: quelles avancées politiques pour quels résultats? » 2019).
    Pour toutes ces raisons, je demande un avis défavorable à la commission d’enquête.

    201902-IB0219-AC-artificialisation-France_0.pdf
  • Brucker Roland

    Monsieur le Commissaire-Enquêteur,
    Nous nous trouvons, dans ce dossier, devant la gabegie de terres qui caractérise encore trop fréquemment les PLU. Celui-ci est particulièrement vorace en ha. Ce qui se faisait il y a 50 ans, parfois par ignorance, ne peut plus avoir cours aujourd’hui car nous savons.
    Nous savons que le changement climatique affectera l’humanité entière, nous savons que le lien de l’homme à la nature lui est salutaire, nous savons aussi que la nature rend gratuitement des services inestimables au genre humain, nous savons qu’il faut préserver les terres agricoles pour sortir d’un productivisme qui va à sa propre perte, nous savons qu’il faut désormais stopper toute artificialisation supplémentaire du sol et que pour chaque mètre carré bétonné, il faudra en rendre un autre à la nature, nous savons bien d’autres choses encore. L’ignorance ne peut donc plus excuser la fausse route. Nous devons répondre de chaque acte devant les générations futures.
    Notre modèle de développement doit changer du tout au tout, et cela commence au niveau d’un territoire.
    La raison première de cette extension de zone d’activités semble être l’emploi. Belle ambition ! Mais où est l’étude qui conclurait que le seul moyen de créer des emplois est de bitumer ? C’est une solution datant d’un demi-siècle. J’ajouterais que, par rapport à cette époque, le nombre d’emplois à l’are est aujourd’hui ridiculement faible.
    Sortir de la facilité, c’est faire honneur à l’intelligence de l’homme, et plus précisément à l’intelligence collective. Et dans le cas qui nous préoccupe, il y a visiblement carence de réflexion, et plus encore, de concertation.
    Je vous demande donc de formuler un avis négatif sur le dossier, en l’état.
    Roland Brucker

  • AMANN Sébastien

    M. le commissaire enquêteur,

    J’ai effectivement attendu très longtemps avant de déposer une observation par rapport au PLU de Wintzenheim.
    En effet, mon métier et celui qu’exerce ma famille depuis fort longtemps, est un très beau métier, celui de cultiver la terre et d’être au quotidien au contact de la nature. Je suis viticulteur récoltant ( à Wettolsheim) et j’exploite aussi un peu plus de 30 hectares de terres agricoles en diverses cultures (Maïs, Blé, Pommes de terre, Prairies, Jachère mellifère) sur les communes de Wettolsheim, Wintzenheim, Eguisheim et Colmar. Pour information, la plus grosse partie exploitée se situe sur le ban de Wintzenheim.

    Il est vrai que quand on lit les remarques laissées sur ce même site, je n’ai qu’une seule pensée qui me traverse l’esprit : « Est-ce que toutes ces observations serviront à quelque chose ? Est-ce que la municipalité de Wintzenheim en tiendra compte ? »

    Après avoir épluché toutes les observations, je constate que je suis un des rares exploitants qui ose s’exprimer. Faut-il avoir peur d’un revers de médaille de la part de la municipalité lorsque notre avis diffère du leur ?
    Il est vrai, que de nos jours, l’agriculteur ou le viticulteur est souvent montré du doigt. En effet, dès que nous sortons avec nos engins, nous dérangeons ! Cela peut être par le bruit, par l’envergure impressionnante des machines, mais aussi par les produits que nous utilisons (qui sont pour la plupart utilisable en Agriculture Biologique). Nous avons, nous aussi, un regard sur l’environnement.
    Je vous rappelle que le monde AGRICOLE n’est pas un monde facile, et les médias n’arrangent pas les choses.
    Un ancien Président de la République avait dit :  » il faut travailler plus pour gagner plus ». Or, dans le monde agricole, nous avons beau travailler plus, cela ne nous ramène pas plus. En effet, chaque année des hectares de terres disparaissent au profit de route, de zones artisanales ou autres, et il est donc difficile pour un agriculteur, qui ne gagne souvent même pas le SMIC, de faire évoluer ou même de perpétuer son entreprise.

    Voilà, les grandes lignes sont posées.
    Je remarque que pour ce PLU, il y a pas mal d’incohérence quant aux tracés de certaines futures zones, notamment auprès de certains de mes confrères viticulteurs. D’ailleurs, cela est très bien expliqué dans le rapport de la Chambre d’Agriculture qui donne un avis défavorable et qui est aussi soutenu par celui de l’INAO pour ce qui concerne la partie du vignoble qui sera impactée par des logements sociaux. Je me rends également compte que le Syndicat viticole de Wintzenheim émet le même avis.
    Je fais aussi le triste constat, que l’avis (négatif) laissé par la CDPENAF concernant ce PLU, n’est pas visible officiellement sur la page de l’enquête publique, la municipalité l’a mis en annexe le 17 avril dernier. Pourquoi ce rapport n’était-il pas consultable avant ?
    Pour information, si le PLU est validé tel qu’il est à ce jour, mon exploitation serait dépourvue de 40 ares de vignes et de 2,15 ha de terres agricoles. Cela équivaut à une perte d’environ 3% sur la partie vignoble et 7% sur la partie agricole. Je vous laisse le soin de calculer la perte de mon chiffre d’affaire. Je ne pense pas que le citoyen lambda serait d’accord d’une telle diminution de ses revenus dans un contexte où tout est en perpétuelle augmentation.
    Ensuite, je rejoins la plupart des commentaires déjà rédigés. Beaucoup de zones existent déjà autour de Colmar, et il me paraît plus logique de remplir d’abord les zones existantes avant d’en créer des nouvelles qui elles, ne seront même pas sûres d’être rentables et utilisées à 100%. Dans notre jargon agricole, on dit : « il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs ». En clair, y-a-t-il une forte demande d’implantation d’entreprises qui nécessite la création de la zone du Tiefenbach ?

    J’ai aussi vu que vous avez rédigé un courrier à M. MEYER, Président de Colmar Agglo, afin de connaître son avis sur le développement de cette future zone. J’estime pour ma part, que le délai de réponse est trop court et que l’éventuelle réponse ne sera plus englobée dans le contexte de l’enquête publique.

    Avant de conclure mes propos, un constat général s’impose. Les terres agricoles vont dans le futur devenir une denrée rare alors que les habitants ne cesseront d’augmenter. Mon souhait est que les générations futures puissent encore voir une belle ceinture verte autour de Colmar et les communes limitrophes, plutôt que des bâtiments vides et délabrés.
    Il faut des terres pour nourrir le monde, mais il en faut aussi pour faire vivre les agriculteurs et leurs familles, sans oublier les emplois qui en dépendent !

    Dans l’espoir d’être entendu, je donne un avis défavorable concernant la modification du PLU de Wintzenheim.

    Cordiales salutations

    Sébastien AMANN
    EARL AMANN Jean-Louis et Fils
    Domaine de la Martinsbourg

  • MAILLETAS Christian

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Dans les documents soumis à enquête publique, je ne trouve nulle part d’étude de sol concernant les 22 hectares menacés d’artificialisation sur la commune de Wintzenheim où j’habite.
    Avant toute décision de modifier la destination d’une telle surface, il est indispensable de réaliser une étude initiale de la flore, de la faune mais aussi et surtout, dans ce cas, de la microfaune du sol, ce qui n’a pas été le cas.

    La microfaune désigne l’ensemble des tout petits animaux (inférieur à 0,2 mm) présents dans un espace donné. La plus grande partie de la microfaune n’est visible qu’à la loupe, la loupe binoculaire ou sous le microscope. En dépit de sa discrétion, elle joue un rôle fondamental pour la formation et l’évolution des sols et des sédiments, ainsi que pour la décomposition du bois mort et des cadavres animaux. Elle joue ainsi un rôle majeur dans la minéralisation de la matière organique, le cycle du carbone et de nombreux grands cycles biogéochimiques par l’aération qu’elle produit tout en favorisant l’infiltration de l’eau vers les nappes souterraines.
    Pour donner une idée de l’importance de la vie dans les sols, disons que, dans un bon sol de prairie de nos régions renfermant 4 % en poids de matières organiques, l’ensemble des êtres vivants peut constituer 20 % de cette matière organique.
    Les Champignons et les Algues pourraient représenter dans ce sol hypothétique environ 1 kg de matière
    vivante au mètre carré, les Bactéries 1 kg, les Actinomycètes 300 g, les vers de terre 100 à 200 g, les autres métazoaires 50 à 100 g et les Protozoaires 10 à 20 g, soit un total approximatif de 2,5 kg de matière vivante au mètre carré soit, par extrapolation : 2,5 kg x 220 000 m2 = 550 000 kg = 550 T environ d’êtres vivants microscopiques irrémédiablement détruits par ce mauvais projet.

    D’autre part et parce que très spécifique à un biotope particulier, et peu mobile, une partie de la microfaune a une valeur bio-indicatrice de l’état, de l’évolution ou de la qualité de l’environnement et du climat que nous devons prendre en compte aujourd’hui.
    Il est certain que le micro-climat périurbain de ce secteur se trouverait modifié par l’asphalte et le béton d’une zone d’activités.

    Enfin, il est d’autant plus paradoxal de ne pas trouver dans cette enquête d’utilité publique, d’informations sur la micro flore et la micro faune du sol , que les programmes de l’éducation nationale en soulignent toute l’importance en faisant étudier aux collégiens et lycéens la transformation de la matière par les êtres vivants.

    Ainsi, je vous demande, Monsieur le Commissaire Enquêteur, de prendre en compte cette absence manifeste de données scientifiques concernant les micro-organismes des parcelles concernées par ce projet de création d’une zone d’activités et de donner un avis défavorable dans vos conclusions motivées.

    Monsieur MAILLETAS Christian
    Diplomé de la Faculté des Sciences de Bordeaux
    Professeur des Sciences de la Vie et de la Terre ayant choisi de passer sa retraite en plaine d’Alsace pour la qualité de vie qu’on y trouve encore.

  • HEIMENDINGER Marie Thérèse

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Je vous remercie de prendre en compte la pièce ci jointe ainsi que mon avis défavorable à la révision du PLU de Wintzenheim.
    Veuillez croire Monsieur le Commissaire Enquêteur en l’assurance de mes meilleurs sentiments

    Marie Thérèse HEIMENDINGER

    20190426-de-MTH-à-Monsieur-le-Commissaire-Enquêteur.pdf
  • Mailletas Liliane

    Wintzenheim est situé au-dessus de la nappe phréatique d’Alsace alimentée en partie par les précipitations, donc par infiltration. Actuellement, et cela ne pourra que s’accélérer, compte-tenu des prélèvements de plus en plus importants au niveau de cet aquifère, aussi bien pour les usages agricole que domestiques ou industriels, son niveau ne cesse de baisser.
    Il est donc essentiel de prendre en compte cet aspect quantitatif des réserves en eau dans les projets d’aménagement et de développement en limitant au maximum l’imperméabilisation des terres agricoles, d’autant plus que le projet se situe sur des cailloutis qui permettent une infiltration rapide, particulièrement intéressante en cas d’orages violents comme nous en connaîtrons de plus en plus fréquemment avec le dérèglement climatique annoncé. Comme l’artificialisation des terres favorise le ruissellement au détriment de l’infiltration, il me semble nécessaire de préserver ces 22 ha de terres arables et je vous demande, monsieur le commissaire enquêteur de prononcer un avis défavorable à l’application de ce PLU destructeur.

  • HEIMENDINGER Marie Thérèse

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Je vous remercie de prendre en compte la pièce ci jointe ainsi que mon avis défavorable à la révision du PLU de Wintzenheim.
    Veuillez croire Monsieur le Commissaire Enquêteur en l’assurance de mes meilleurs sentiments

    Marie Thérèse HEIMENDINGER

    20190425-Monsieur-le-Commissaire-enquêteur.pdf
  • Mailletas Liliane

    De nombreuses espèces d’oiseaux utilisent pour se nourrir ou/et se reproduire, les vieux arbres. Il ne s’agit pas d’espèces prestigieuses mais d’espèces « banales » et cependant protégées, comme le faucon crécerelle ou divers pics présents sur le secteur du Tiefenbach, fréquemment rencontrés et mentionnés dans la liste des oiseaux de l’état initial de l’environnement. Aussi, la disparition des cerisiers, noyers et conifères présents dans la zone, comme prévu dans les projets d’aménagement, porterait atteint à leur survie et ferait encore diminuer la biodiversité. En conséquence de quoi je vous demande de prononcer un avis défavorable,sur ce PLU.

  • Mailletas Liliane

    De nombreuses espèces d’oiseaux utilisent pour se nourrir ou/et se reproduire, les vieux arbres. Il ne s’agit pas d’espèces prestigieuses mais d’espèces « banales » et cependant protégées, comme le faucon crécerelle ou divers pics présents sur le secteur du Tiefenbach, fréquemment rencontrés et mentionnés dans la liste des oiseaux de l’état initial de l’environnement. Aussi, la disparition des cerisiers, noyers et conifères présents dans la zone porterait atteint à leur survie et ferait encore diminuer la biodiversité.

  • ROTH Sebastien

    Mr Le Commissaire Enquêteur,

    je souhaiterais porter à votre connaissance la pétition sur le site « change.org », dont vous trouverez un descriptif dans le document pdf en pièce jointe. Vous pourrez également trouver le contenu précis sur le site internet suivant:

    https://www.change.org/p/colmar-agglom%C3%A9ration-pr%C3%A9servez-les-terres-agricoles-de-l-agglom%C3%A9ration-de-colmar?fbclid=IwAR30Pf2B2fhL-zBaWav7aGQ8TTM_e53M9GEblwBabV7w-QT_rldPzZzRXv4

    Elle vise à mobiliser pour lutter contre l’artificialisation des terres agricoles sur l’agglomération de Colmar, et en particulier sur le site du Tiefenbach. Le 25 avril à 22h20, cette pétition a recueilli 685 signatures. Elle mobilise donc largement et il n’est plus possible d’ignorer les préoccupations des gens relatives aux terres agricoles, à la bétonisation, à l’artificialisation de la terre qui nous nourrit !!

    La très très grande majorité des commentaires laissés sur ce site l’illustre, et il n’est pas concevable de ne pas prendre en considération l’ensemble de ces avis.

    Je vous demanderais donc, Mr le Commissaire Enquêteur, de donner un avis négatif à cette modification du PLU, tant cette problématique d’artificialisation des sols est devenue majeure pour la population.

    Sébastien ROTH

    Pétition-Préservez-les-terres-agricoles-de-lagglomération-de-Colmar.pdf
  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire-Enquêteur,

    En tant qu’habitante de longue date du quartier Ste Marie à Colmar, je me sens concernée par le devenir de mon cadre de vie que viendrait détruire le projet de zone d’activités économiques du Tiefenbach: celui-ci semble être l’illustre exemple d’une périurbanisation hâtive, gourmande en espace et dévastatrice d’écosystèmes.

    Ce projet amènera nuisances sonores, pollutions visuelle et atmosphérique, circulation intensifiée dans cette périphérie où il fait bon vivre au côté de la nature. Il n’y aura plus possibilités de promenades, de jogging dans les champs, loisirs nécessaires au bien-être de la population. Voulons-nous sacrifier ce territoire agricole qui nous fait vivre au profit d’activités commerciales dont les retombées économiques ne sont pas avérées? J’ai le sentiment que ce ne sont que des préoccupations financières à court terme qui motivent la création de cette zone d’activités.

    En terme paysager, faut-il que chaque entrée de Colmar se pare de nombreux locaux commerciaux et artisanaux? Ne pouvons-nous pas dynamiser les centre-villes et laisser aux périphéries de beaux et vastes espaces naturels? Dans le cadre du développement durable, c’est une aberration de vouloir bétonner la moindre parcelle agricole, garante de la sauvegarde de notre biodiversité.

    Au regard des enjeux écologiques actuels et futurs, je vous demande donc, Monsieur le Commissaire-enquêteur, de donner un avis défavorable à la commission d’enquête et vous en remercie d’avance.

  • Klein Dominique

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Rapport de présentation Justification : Les indicateurs de suivi du PLU
    1) Le PLU n’affecte des objectifs chiffrés qu’à une partie des indicateurs : pourquoi ? C’est anormal.
    2) L’évaluation obligatoire est tous les 9 ans. Pourquoi ?
    Les entreprises gérant du foncier ou du patrimoine ont-elles des cycles aussi long ?
    3) « Il est donc nécessaire de prévoir un dispositif de suivi qui permette une telle évaluation » Le dispositif de suivi n’est donc pas défini et par ailleurs le PLU donne l’autorisation de modifier (souvent de façon irréversible) alors que le suivi n’est pas en place : NON

    4) L’emploi est un des motifs majeurs annoncé pour justifier l’urbanisation. Il n’y a aucun indicateur : par exemple le nombre d’emploi créé par are urbanisé déduction faite des emplois transférés) avec une valeur d’objectif à atteindre.
    Un manque de cohérence notoire (il y en a hélas bien d’autres dans ce PLU)

    5) Pas d’indicateur d’encouragement à l’amélioration, à la sobriété par exemple
    Exemple nombre de place parking souterraine crées et % évolution avec objectif du % de place de parking souterrain sur le total des places de parking

    Il en va de la gestion de centaines de millions d’Euros d’impacts.
    Aucune entreprise n’est gérée avec des indicateurs aussi peu définis, suivi, et associés à une boucle de réaction aussi tenue et longue de 9ans.

    Il en va de la gestion balbutiante de notre patrimoine : ceci est inacceptable (en particulier en ce qui concerne les espaces attribués au vivant – hormis les hommes- qui sont gaspillés irréversiblement).

    En conséquence, Monsieur le Commissaire Enquêteur, je vous demande d’émettre un avis défavorable au PLU de Wintzenheim
    Dominique Klein citoyen de Colmar Agglomération

  • Durr christian

    Monsieur le Commissaire enquêteur,
    je souhaite insister sur 2 contradictions :
    – l’absence totale de concertation intercommunale sur COLMAR AGGLO: après les zones industrielles de Horbourg wihr, puis Bischwihr, puis Muntzenheim et côté ouest de Wettolsheim, du nouveau PLU de COLMAR, voilà maintenant cette modification de PLU par Wintzenheim qui montre combien chaque élu « fait sa cuisine dans son coin » sans aucune coordination ni aucune cohérence d’ensemble.
    – ce projet est en totale contradiction avec le SCOT Colmar Rhin-Vosges (approuvé le 14/12/ 2016) et notamment avec son Document d’Orientation et d’Objectifs (DOO), texte par ailleurs opposable, qui impose dans ses différentes orientations de respecter l’intégralité des espaces urbains et agricoles protégés en recentrant les extensions de chaque commune (orientation 4), en recherchant une optimisation de la consommation foncière (orientation 6) ce qui n’est absolument le cas pour ce projet néfaste pour les agriculteurs, en maintenant les coupures d’urbanisation (orientation 7) et en préservant les espaces agricoles + en pérennisant l’activité agricole (orientation 18). Le même DOO impose aussi d’éviter les concurrences territoriales (ne pas créer 2 zones industrielles de même nature à proximité l’une de l’autre) et d’éviter également à nos agriculteurs le morcellement des exploitations agricoles déjà implantées.
    Cette ZAE du Tieffenbach est en totale contradiction avec ces principes et orientations votées dans ce texte.

    Je note et j’insiste aussi sur le fait que cette extension du PLU est également en contradiction avec la loi SRU et notamment :
    – la gestion économe du sol et l’utilisation des dents creuses ou la reconversion des friches existantes
    – la préservation de l’agriculture périurbaine aux abords immédiats des concentrations urbaines…
    – la limitation de l’exposition des habitants aux pollutions et aux nuisances…
    Or, le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) reprend tous les termes de cette loi ce qui rend ce projet également contraire au PADD.
    Pour toutes ces raisons légales, je vous serai reconnaissant de bien vouloir porter un avis défavorable à la proposition de modification du PLU de Wintzenheim.

  • STENTZ Jean

    Il est inconcevable que 4 ou 5 personnes décident pour toute une population et s’emparent des biens des agriculteurs à leur profit et ce sans aucun remords aux seules fins de satisfaire leurs envies

  • Schmoderer Delphine

    Jeudi, 25 avril 2019

    À l’attention de Monsieur Frédéric Wisselmann, commissaire enquêteur.

    Monsieur,

    J’ai le plaisir de vous transmettre mon avis en réponse à l’enquête publique portant sur la modification du PLU – Wintzenheim

    Pour ce projet de transformation de terres agricoles en un projet de développement « bâti », je vois l’étau qui se ressert quant à une diversité du vivant. Il me semble nécessaire de poser des questions.
    Qu’est-ce que le vivant ? Que voulons-nous transmettre aux adultes en devenir ?
    En agissant ainsi, laissons-nous le choix aux générations actuelles et futures d’organiser leurs besoins vitaux selon le contexte climatique et sociétal, en prenant en compte la réalité des écosystèmes actuels et selon nos connaissances actuelles ?
    L’écosystème s’effondre, à partir de quand les dégradations de l’homme sont-elles suffisamment importantes pour que plus rien ne fonctionne ? Pour que le système macro et microéconomique actuel puisse continuer ?
    Ces questions étant destinés à ceux qui peuvent encore se les poser, c’est à dire nous, habitants encore préservés et chanceux du territoire alsacien.
    D’autres questions, me semble-t-il, suivront et ne pourront plus se poser. Le changement climatique et ses répercussions sur notre modèle économique en est une.

    Selon moi, l’heure n’est plus aux projets «d’extension et de création de zones artisanales et commerciales », zones créatrices de flux de marchandises sur camions mais aux projets de «terre qui nourrit et qui crée des emplois locaux et non délocalisables », qui donne du sens à nos vies, à nos métiers (paysans, boulangers, maraîchers…).
    De plus, les zones de biodiversité sont propices au ressourcement des urbains et au bien-être général (sortir, marcher, faire du vélo sur des chemins de « campagne proche de la ville », manger des cerises (de beaux cerisiers jalonnent ces terres), se ressourcer, réfléchir…).

    Car c’est bien de cela qu’il s’agit, « Quel est le sens de ces futures constructions au regard du contexte actuel et à venir ? ».

    Habitante de Wintzenheim, lorsque je porte mon regard sur une échelle de 100m, je vois des maisons des années 60/70. Ces maisons ont été bâties en leur temps sur des terres agricoles, dans le cadre de projet d’urbanisme… Un demi-siècle plus tard, la durabilité et la transmissibilité de ces lotissements me semble incertaine. En effet, qui voudra de ces grandes maisons énergivores? Qui pourra les acquérir au vu des conditions économiques actuelles ? Il en va de même pour des anciennes usines, ateliers d’artisans, aujourd’hui vacants sur le territoire communale. La question de la non-réversibilité de ces terres en terres agricoles se pose.
    Quels conclusions faut-il en tirer ?

    Laissez croître les constructions vacantes ? Goudronner de nouvelles zones pour de nouvelles constructions en béton ?
    Existe-t-il d’autres solutions que celle déjà connues et répétées ?
    Élus, agriculteurs, futurs paysans, propriétaires, habitants et usagers du territoire peuvent-ils, au XXIème siècle, prendre le temps d’envisager une autre voie ?

    Avec un tel constat, si l’objectif étant le bon sens inscrit sur le long terme, alors « creusons » profondément la question suivante :
    Avant tout acte d’artificialisation des sols irréversible, devons-nous et pouvons-nous réorganiser l’ancien intégré au centre de la ville? Favoriser et dynamiser l’existant pour permettre l’éclosion du renouveau ? »

    Je propose :

    – de recenser les bâtiments vacants, existants et à venir sur Wintzenheim,
    – de dresser « une liste » des conséquences, sur l’ancien bâti, son devenir,
    – de prendre le temps de nous concentrer, de nous concerter, de prendre de la hauteur quant au recyclage de certains sites (pollués ou pas). Comment faire ? Les nettoie-t-on ? Les rénove-t-on ?
    de s’inspirer de projets innovants : tels que les chantiers et jardins participatifs, transmission de savoir, de compétences, valoriser des jeunes en décrochage, des moins jeunes, développer des emplois qui créent du lien… centre de formation, de transformation et de nouvelles expérimentations…
    – de laisser des terres (avec de la terre arable) pour que les prochaines générations puissent en 2050 envisager leurs projets, en fonction des situations à venir. Nos projets de bâtisseurs de « Zones » ne répondront peut-être pas à ce qu’ils vont connaître. Les questions d’organisation, de temps et d’argent se poseront également. Remettons aux futures générations, les bonnes choses, par définition celles qui peuvent être repensées.
    – de faciliter l’installation des futurs paysans « sans terre », volonté des politiques et des citoyens pour oeuvrer dans le sens du partage et du bien commun pour tous.

    Je suis plasticienne, intervenante artistique. Mon travail prend son sens lorsque j’interviens auprès de différents publics (collèges, écoles, maison d’arrêt, missions locales, Institut Médico Éducatif, médiathèque, crèche…). Mon objectif étant de considérer et d’encourager les jeunes, les détenus, les parents…par le biais de la médiation culturelle et des pratiques artistiques.
    Les questions qui reviennent sont « Qu’est-ce-que je pourrais faire plus tard ? Comment sera l’avenir ? Quoi faire ? Comment le faire ? Quelle est l’action qui me motive dans la vie ? ».
    Avec les jeunes, nous travaillons autour de la question des métiers. Ce qui en ressort ce sont des valeurs altruistes, leurs liens à l’altérité, au monde animal, l’aide à la personne…
    Ils évoquent la transition, en recherche d’identité, ils attendent.
    En tant que parents, citoyens, intégrons d’autres processus, faisons autrement, créons de la richesse en harmonie avec la nature pour développer des nouveaux métiers créatifs, manuels, altruistes, locaux et porteurs de sens.

    Je demande un avis défavorable à la commission d’enquête pour préserver les terres nourricières, transformer l’ancien, dynamiser l’actuel et favoriser l’éclosion de nouvelles voies.

    Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ma demande.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur Wisselmann, mes cordiales salutations.

    Delphine Schmoderer

    Monot-A3.pdf
  • Kraemer Jean-Marie

    Monsieur le Commissaire,

    Nous voyons bien aujourd’hui comment le cercle financier tourne, de la plus petite échelle vers la plus grande ou le contraire….
    Dans le cas présent du PLU de Wintzenheim, nous retrouvons à nouveau ce circuit financier. Une vente de terres signifie mouvements de capitaux à travers : la vente, les travaux d’infrastructures, des constructions, mise en place d’un réseau de communications, etc… Beaucoup de personnes sont concernées comme peuvent l’être les entreprises et cela représente de beaux bénéfices pour les uns et certains autres. Il faut croire que cette forme de pensée est contagieuse et n’a pas de limite, ni de cohérence puisque les diverses communes environnantes sont au même stade (40ha à Wintzenheim, 57 ha à Wettolsheim et x ha à Colmar) ou est-ce d’appât du gain?. NOUS SOMMES DANS LE ROYAUME DE LA SPECULATION ET DES FINANCES ET RIEN D’AUTRE. L’humain n’y a pas sa place ni les animaux. Jamais on ne parle de couloirs naturels de migrations de nos chers animaux qui nous entourent encore un peu aujourd’hui. Ce qui me peine le plus c’est que ces instigateurs de ces projets sont encore très fier de leurs oeuvres…. et vont même à demander des remerciements….
    Ne pourrait-on pas faire autrement et je me tourne vers une recherche de la part des ces maires ou autres élus. Qu’ils mettent en oeuvre un appel aux personnes qui veulent travailler la terre et nourrir ces concitoyens sans aller chercher la nourriture à des centaines de kilomètres (transports inutiles). Je suis sûr que des candidats nous en avons en France. Ce nourrir avec nos produits nous rend indépendant et libre de notre santé.
    Donc, monsieur le commissaire, je vous demande d’émettre un avis défavorable…
    Merci.

  • Observation anonyme

    Monsieur le commissaire enquêteur,
    Dans le cadre de la révision du PLU de Wintzenheim, le projet de développement économique sur le secteur du Tiefenbach m’interpelle. Les objectifs affichés restent flous, la simple conformité aux objectifs du SCOT ou la création d’emplois comme la dynamisation du territoire restent fragiles. D’autres considérations ne doivent t’elles pas être prises en compte, des considérations qui à mon sens et au regard des évaluations scientifiques et sociologiques actuelles s’avèrent prioritaires. Je pense notamment :

    – Au premier impact, la destruction de terres arables, riches et complexes. Cette destruction brutale implique des conséquences à très long terme, sans doute irréversibles pour retrouver une terre fertile, porteuse de biodiversité. Comment expliquer de tels choix alors que des bilans constatent la perte croissante de biodiversité (faune, micro-faune, végétal).

    – La limitation du foncier agricole péri-urbain qui ne cesse de reculer avec une tendance à la fragmentation. L’activité même de l’agriculture en est menacée.

    – Les enjeux environnementaux doivent être considérés. Les services écosystémiques rendus par ces surfaces agricoles (filtration et stockage de l’eau, accueil de la biodiversité, pollinisation, ruissellement, etc. ) ont-ils bien été mesurés et peuvent-ils seulement être compensés ?

    – Je pense également à l’impact paysager. Wintzenheim est une ville porte du PNR des Ballons des Vosges. Comment comprendre l’avis positif de la structure ? De tels choix d’urbanisation apportent souvent une déstructuration du paysage. Ils ne sont pas pensés à plus grande échelle et l’intégration paysagère est ignorée.

    – Il est souvent constaté que la création de zones d’activités à la périphérie des villes a un effet de gain d’emploi que temporaire. Il est ensuite relevé une désertification des activités économiques des centres ville, il ne s’agit alors que de transferts d’emplois.

    Pourquoi ne pas considérer d’autres pistes dynamisant le bâti et les lieux d’activité existants ? Pourquoi ne pas chercher les dents creuses et les espaces en friches ?

    A l’heure actuelle et pour envisager le futur, il semble précurseur de concilier davantage les enjeux écologique, économiques et sociétaux au travers de politiques d’urbanisme mieux intégrées.

    Merci de considérer cet avis.

  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Ne peut-on pas laisser les bonnes terres agricoles et productives aux paysans, aux agriculteurs et permettre à la faune de venir trouver refuge dans ce cadre de verdure ,de beauté et de diversité?
    Que laisserons -nous aux futures générations ?
    Partout on bétonne, on abats des arbres centenaires pour des routes, des centres commerciaux…et cela est irréversible.
    Le film de jeudi soir nous a bien donné la preuve.
    Nous sommes entourés de pollution chimique, aérienne, et le s nappes phréatiques commencent à avoir
    leur niveau qui baissent et qui sont à leur tour menacées de pollution.
    Arrêtons ce massacre et préservons ce poumon d’oxygène pour la planète.
    Une citoyenne, Maman, Mamie et qui aime la Nature et la vie.

  • Ackermann Pierre

    Monsieur le commissaire enquêteur,
    La création d’une zone artisanale proche du Tieffenbach me conduit à ces réflexions :
    1- L’artificialisation des terres agricoles est une catastrophe écologique, irréversible à l’échelle de plusieurs générations, le temps que le sol se reconstruit pour être à nouveau disponible pour de l’agriculture
    2- Pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut augmenter le végétal et particulièrement planter des arbres qui absorbent le CO2 pour rejeter de l’oxygène.
    3- Avec les canicules, l’air des zones bitumées devient malsain pour les riverains.
    4- Des friches industrielles existent sur le territoire de la CAC et n’attendent que des artisans
    5- Souvent des promesses d’emplois sont faites, mais à l’arrivée elles conduisent à des destructions d’emplois locaux, qui au contraire, devraient être pérennisés !

    Gardons cette zone libre pour une installation de maraichers, d’arboriculteurs !
    Ne commettons pas l’erreur de détruire cet espace.

    Pour éviter que nos descendants nous accusent de manque de discernements, ces raisons et biens d’autres me poussent à émettre un avis défavorable sur ce projet.

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, l’expression de ma considération distinguée.
    P Ackermann

  • Starck Daniel

    bonjour,
    veuillez trouver ci-joint l’avis de la Confédération Paysanne d’Alsace sur le projet de PLU de Wintzenheim.
    Cordialement,
    Daniel Starck

    pluwintzenheim-0001.pdf
  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    A l’issue de la projection/débat où le maire était présent la semaine dernière, nous n’avons pas de réponse claire aux questions suivantes :

    A quels besoins répond la création d’une nouvelle ZAE de 22ha sur le secteur du Tiefenbach ? L’argument économique est-il suffisamment pertinent pour justifier un tel projet ?

    Avec ce projet, nous perdons l’opportunité d’être précurseurs dans un développement durable des communes. Nous perdons l’opportunité d’être fiers d’habiter une commune, qui aurait osé concevoir son développement différemment.

    Cordialement

  • Petit Jim

    Monsieur le Commissaire enquêteur,

    J’exprime un avis négatif quant à la modification du PLU de la commune de Wintzenheim, notamment pour la transformation de terres agricoles en zone d’activité dans le secteur du Tiefenbach. Les travaux nécessaires à la mise en place de cette zone signifie d’enlever la couche de terre arable, travaux ayant pour conséquence d’artificialiser encore plus les sols de la commune et plus largement de l’agglomération de Colmar. Ceci est, à l’échelle humaine, irréversible.

    J’exprime d’autant plus mon opposition à ce projet par rapport aux changements climatiques, sociétaux et économiques que nous allons connaître. Le bilan écologique et énergétique de ce projet ne me semble pas positif, bien au contraire. Il me semble plus opportun de mettre en place un projet agricole de proximité, non délocalisable, durable et réversible pour les générations futures.

    Aussi, Monsieur le Commissaire Enquêteur, je vous demande de bien vouloir émettre un avis défavorable à ce projet.

    Bien cordialement,

  • ROTH François

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Je prends à l’instant connaissance d’une correspondance que vous avez adressée à Monsieur le Président de COLMAR AGGLOMÉRATION, et qui appelle de ma part les observations suivantes.

    En premier lieu, je constate que cette correspondance n’est pas datée.

    Il s’agit là d’une question qui peut être cruciale, selon le moment que choisira Monsieur MEYER pour y apporter une réponse.

    Je rappelle en effet que votre enquête est supposée se terminer demain, 26 avril 2019 à 12 heures.

    Il ne faudrait donc pas que COLMAR AGGLOMÉRATION vous adresse, d’une façon déloyale, sa réponse, à quelques minutes de la clôture de l’enquête, faute de quoi elle placerait les opposants au projet dans l’impossibilité d’y répliquer.

    De ce fait, serait à déplorer une nouvelle atteinte aux droits des administrés.

    En second lieu, j’observe que, alors que cette lettre aurait pu apparaître officiellement sur le site, elle ne peut y être consultée que sous forme d’une pièce jointe, qui plus est transmise en observation, par la Mairie de WINTZENHEIM.

    C’est donc que, par hypothèse, la Mairie a été destinataire d’une copie de cette même correspondance, selon un mécanisme que nous ignorons.

    J’observe enfin que, à ce moment précis, la Mairie de WINTZENHEIM, sans prendre position quant aux multiples oppositions formulées à ce jour d’une façon totalement contradictoire, n’a pas demandé de prorogation de l’enquête, alors pourtant qu’elle se prépare à recueillir de la part de COLMAR AGGLOMÉRATION de nouveaux éléments.

    Tous ces faits me confortent dans l’idée selon laquelle la Mairie a décidé, je le répète, de « passer en force », quitte à porter d’une façon permanente et itérative, une atteinte inadmissible aux droits des administrés, et par voie de conséquence à l’objectivité et donc la validité même de votre enquête, ce qui n’est pas concevable.

    Je vous demande expressément, dans ce contexte, de ne pas retenir la réponse éventuelle que COLMAR AGGLOMÉRATION serait susceptible d’apporter à votre courrier.

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, mes salutations distinguées.

    François ROTH

  • Klein Dominique

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    La mise à disposition de l’information nécessaire au déroulement de l’enquête publique présente certaines carences dommageables à la participation et la qualité de cette enquête.

    1) Le 14 mars 2019, voulant m’enquérir sur le site de la mairie de Wintzenheim du PLU et par là aussi de sa révision, celui-ci me renvoyait au PLU de 2015 ! (voir copie écran en annexe) sans proposition de lien avec sa révision ( Etat des documents préparatoires dont décision du conseil municipal)

    2) Un cours de l’enquête, l’accès au lien permettant de remettre des avis pose problème. Le site de la mairie de Wintzenheim via les onglets successifs et logiques « Urbanisme et cadre de vie » l’accès à « Révision du PLU » est facile.

    Cependant la facilité se perd après. Il faut deviner et chercher, aller au bas de la page « Délibération et arrêtés municipaux » puis « Arrêté de mise à l’enquête publique » (Une ligne parmi N) cliquer dessus pour ouvrir l’arrêté scanné et chercher à la seconde page sans pouvoir faire de copier/coller du lien tant recherché. Un collègue m’a demandé comment j’avais fait (Je ne suis pas ingénieur du BRGM !!!) écrivait-il
    Alors qu’en passant par un moteur de recherche et en tapant « enquête publique Wintzenheim » le lien actif apparait facilement dans un document « actif » donc non scanné.

    La démocartie doit-elle passer par les moteurs de recherche bien souvent non français et non européen sauf « Qwant » que j’utilise.
    3) Par ailleurs il y a aussi des manquements concernant des avis INAO CDPENAF….)

    Le PLU est un acte engageant l’avenir souvent de façon irréversible de notre patrimoine commun. Pourquoi d’autres sujets plus éphémères de la vie citoyenne se trouvent-elles alors en « tête de gondole » ?
    Pourquoi le désintéressement des citoyens y compris sur les étapes préliminaires à la mise en enquête malgré les expositions et les réunions publiques.

    Dans cette phase préliminaire au PLU, comme rapporté dans le document Arrêt du PLU et consultation publique, seul 9 neuf courriers de citoyens ont été réceptionnés alors qu’à cette heure dans l’enquête publique plus de 120 le sont ?

    Il y a déséquilibre pour ne pas dire distorsion dans :
    a) l’appel des citoyens à participer à la vie publique
    b) l’accès à l’information du citoyen qui cherche l’information avant de prendre une décision qui engage à long terme la commune mais aussi le voisinage de la commune

    Ce biais est inacceptable

    En conséquence, Monsieur le Commissaire Enquêteur je vous demande d’émettre un avis défavorable au PLU de Wintzenheim
    Dominique Klein citoyen de Colmar Agglomération

    EP-Wintzenheim-Infos.docx
  • Observation anonyme

    Monsieur, tout d’abord je déplore, comme d’autres commentaires que j’ai pu parcourir, que le gain en terme d’emplois ne soit pas chiffré. Par ailleurs au-delà du gain, il faut nécessairement s’interroger sur le coût d’un tel projet. Et il faut l’envisager dans toute son ampleur.
    A l’heure des enjeux majeurs actuels, il faut se demander quel est le bilan énergétique, l’empreinte carbone ou écologique d’un tel projet ? Son coût réel, lorsque l’on s’intéresse à la rentabilité de ce projet doit prendre en compte le coût environnemental en amont et la perte de services écosystémiques rendus par cette zone agricole (infiltration d’eaux pluviales, maintien de la biodiversité, entretien du paysage…). Ce seront autant de services pour lesquels des frais devront être engagés à plus long terme lorsqu’ils ne seront plus assurés par cette parcelle.
    Pensez aux évènements climatiques extrêmes dont les scientifiques s’accordent pour dire que l’ampleur et la fréquence vont augmenter. Combien vous coûteront à plus long terme les dommages liés aux inondations (conséquence de l’artificialisation des sols), aux pollutions et au retraitement des déchets générés par ces activés… Une réelle vision du développement doit prendre en compte ces aspects et nul ne doit se détourner d’envisager les conséquences globales de ses actes. Il en va du principe de responsabilité individuelle et collective.
    Par ailleurs, est-ce vraiment indispensable ? Vous proposez de l’indemnisation soit une forme de compensation mais la compensation ne doit intervenir qu’après avoir cherché à éviter le dommage, ou bien dans un second temps à le réduire au maximum et seulement après à le compenser. Il me semble que vous passez directement à cette troisième étape… Ce principe est pourtant inscrit dans la stratégie européenne pour la biodiversité et se doit d’être décliné par les Etats-membres dans leur législation. Vous pouvez gagner bien plus en étant exemplaire et vertueux qu’en cherchant à satisfaire des intérêts économiques de court terme et qui ne seront pas si rentables à plus long terme du fait des nombreuses externalités liées.
    Le développement de votre commune ne peut-il s’envisager que selon la construction de nouvelles zones commerciales ? Ne préférez-vous pas essayer de maintenir du dynamisme dans votre centre-ville plutôt que de le vider de toute activité par une concurrence en zone extérieure ? Pensez-vous que les personnes âgées pourront facilement se rendre dans ces zones ? Ne pensez-vous pas que davantage de réseaux de solidarités pourraient être maintenus par des commerces de proximités ?
    C’est à mon sens un combat bien plus noble et plus hardi que de maintenir son centre-ville en vie à l’heure où une grande partie des centres-villes de France se meurent. Ce sont les personnes qui ont le courage d’aller dans ce sens dont on se souvient et dont on vante le parcours.
    Le réel enjeu à l’heure actuelle est d’amorcer une transition de nos systèmes vers plus de durabilité. Il faut inventer des solutions nouvelles et sortir des sentiers battus qui ne font que nous mener davantage dans une crise écologique profonde. Tôt ou tard il faudra faire évoluer le modèle de développement actuel. Soyez de ceux qui ont la clairvoyance de le faire tôt, par propre décision plutôt que tard, sous la contrainte (et à des frais bien supérieurs).

    En vous remerciant de bien vouloir prendre en compte le fond de ce message et y réfléchir à deux fois.

    Bien cordialement,

    Alexis DIAMANT.

  • Klein Dominique

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    La conversion d’une terre agricole avec une irréversibilité très forte en zone d’activité, ne devrait-elle pas se programmer de façon Politique au sens premier du terme et non en laissant la bride sur le cou à des aménageurs ou des particuliers ?
    Les résultats des zones d’aménagements réalisées dans la communauté d’agglomération de Colmar et ailleurs, montrent que trop souvent des gaspillages voir des détournements d’objectifs se produisent au détriment du bien commun. La commune est la responsable au premier échelon et au contact des citoyens.

    Comment se fait-il que, par exemple,
    l’OAP n°9 (avec une telle surface plus de 20ha) soit aussi imprécise dans l’implantation ?

    C’est ailleurs la plus imprécise et la plus importante des OAP de ce PLU concernant une artificialisation des sols. Cette OAP n°9 floue mis à part son périmètre ne peut être prise comme référence

    Exemple de manquements :
    – aucun indicateur du nombre d’emploi crée au mètre carré urbanisable en activité ?
    – pas de regroupement des entrepôts cote à cote, comme cela se pratique ailleurs en laissant la partie verte d’un seul tenant en non par un rideau d’arbre cache misère
    – pas d’obligation de supprimer les parkings aériens
    (pas de terres agricoles qui servent à garer des véhicules en surface)

    1) Le but des OAP n’est que partiellement respecté (En particulier le n°9 qui ne définit rien à l’intérieur des 22 ha) voir page 25/30 du document OAP
    Par ailleurs la thématique de densité y est absente page 26/30

    2) Absence de mesures concrètes réduisant les excès passés pour diminuer des causes majeures d’étalement urbain
    Cette modification du PLU décline la même démarche que le précédent. Elle s’accommode et prend les aspects réglementaires en particuliers ceux environnementaux comme une contrainte et non comme des lignes guides pour les générations qui suivent.

    3) Les espaces naturels souffrent que trop du découpage humain.
    La possibilité d’OAP thématique laissée à l’initiative des communes depuis le Grenelle 2 de L’environnement n’a pas été activé.
    En présence de rareté des espaces naturels sur la partie plate de la commune et de la pression économique forte, il est judicieux de décliner des OAP à l’échelle communale dans le cadre de l’agglomération.

    4) Pourquoi le PLU ne prends pas d’initiatives telle l’OAP thématique alors que les conditions de vie changent sur terre très rapidement?
    N’y aurait-il pas dis-synchronie coupable entre et la réalité climatique & sanitaire de nos lieux de vie et le prévisible à ce jour (avec une incertitude comme celle du nombre d’habitants) et ce plan d’aménagement futur ?

    En conséquence, Monsieur le Commissaire Enquêteur, et en particulier pour chacun des 4 points, je vous demande d’émettre un avis défavorable au PLU de Wintzenheim

    Dominique Klein citoyen de Colmar Agglomération

    Plan-zone-activité-22ha.jpg
  • Baumann Aline

    Madame, Monsieur la/le commissaire enquêteur,

    M’appuyant sur le document établi par M. Pascal Lacombe, voir pièce jointe, dont les arguments me semblent solidement étayés, je déplore ce projet de nouvelle artificialisation de terres. Je constate par ailleurs l’absence de l’avis de la CDPENAF sur le site de l’enquête publique.

    C’est pourquoi je vous demande, au mieux de déclarer cette enquête publique non réglementaire, en raison de l’absence de ce document, ou tout du moins d’émettre un avis défavorable à ce projet.

    banque-de-donnees-enquete-publique-ATE.pdf
  • Klein Dominique

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    La salubrité est une des missions du maire. La commune de Wintzenheim comporte de nombreuses décharges et zones polluées : Décharge de Colmar et environ Neufeld (environ 20ha sur plus de 10 mètres d’épaisseur à certains endroits, décharge Jazz (pollutions diverses dont radioactivité utilisée pour les aiguilles phosphorescentes, métaux dont chrome, décharge de la société Grave Eco mâchefer …etc … et la décharge Industrielle de PCUK polluée entre autre au Lindane (les hexachlorocyclohexanes) extrêmement toxique pour les organismes vivants (400 à 600 tonnes semble-t-il). La contention des zones polluées (qui pour l’instant ne sont pas encore assainies), est insuffisante en particulier pour les zones Neufeld, Ligibel et peut-être Jazz et ..?. La variation de la nappe phréatique qui noie et dénoie une partie des déchets stockés et la lixiviation par les eaux de pluie, malgré des opérations d’étanchéification de surfaces complémentaires nourrit continuellement de poisons la nappe phréatique d’Alsace
    Le site du Ligibel en particulier, est un mini « Stokamine ».

    Il très dangereux de n’expliciter que partiellement des lieux de pollutions cachés, qui distillent des poisons en continu sur des décennies voir des siècles. La carte du PADD ainsi que les autres documents du PLU sont peut explicite et nuisent de ce fait à l’entretien de la mémoire collective essentielle pour ceux qui nous suivront.

    1) Le PLU :
    a) ne cartographie pas toutes les zones polluées de façon exhaustive,

    b) ne décrit pas avec précision toutes les zones pouvant porter atteinte à la santé et à l’environnement (quantités par nature de polluants (poisons pour le vivant), impact actuels au vu des résultats des mesures déjà effectuées (piézomètres etc).
    L’état initial doit informer de ces situations sanitaires et environnementales. Ceci permet entre autre la prise de décisions actuelles et futures en limitant les tromperies.
    c) ne donne pas de références à des sources complémentaires d’informations, permettrait en tant que de besoin à venir de s’y référer à l’avenir.
    2) Des aménagements sont rendus possibles à proximité de zones polluées ou sur des zones polluées dont la possibilité de créer des zones d’activité à proximité ainsi que l’habitat existant (comme à Colmar) ou de futures constructions sans assainissement préalable.
    3) Le PLU autorise des aménagements qui gêneront voir empêcheront l’assainissement indispensable de zones polluées.
    Exemple des superstructures photovoltaïques qui pourront être installées par des privés avec des durées de location très longues (voir vente du terrain) et laisseront la pollution nuire de façon insidieuse.

    Le PLU doit par ces prescriptions (OAT etc) permettre l’assainissement, puis de bâtir pour éviter l’étalement urbain et enfin « couronner ou parer» le tout, de dispositifs de récupérations d’énergies renouvelables.
    Ces lieux centraux de la conurbation colmarienne doivent être valorisés et bâtis pour éviter l’étalement et la conversion irréversible de nouvelles terres en bâtis.

    Ne recommençons pas ou ne continuons pas les erreurs du passé.
    C’est bien l’objet d’un PLU document d’aménagement par excellence au niveau de la commune ou de l’intercommunalité.
    Le maire, les syndicats exploitants de ces zones, l’agglomération, et d’autres instances pourraient être attaquées ultérieurement pour négligence ou autres manquements.
    Je dénonce la procrastination et la présentation biaisée de développement durable qui présente principalement la possibilité de mettre en place des panneaux photovoltaïques
    Afin de laisser des degrés de liberté plus importants pour les décennies à venir (plus de réversibilité), les sols doivent être au préalables assainis.

    En conséquence, Monsieur Commissaire Enquêteur, et en particulier pour chacun des 3 points, je vous demande d’émettre un avis défavorable au PLU de Wintzenheim
    Dominique Klein citoyen de Colmar Agglomération

  • Rinck Guy

    Monsieur le commissaire enquêteur,
    La création d’une zone artisanale proche du Tieffenbach me laisse perplexe tant les arguments contre une telle bétonisation de plus dans le contexte actuel de crise environnementale et de changement climatique et dans le cadre des accords de la COP21 signés par la France me semblent venir de soi. Nos décideurs ont toujours les mêmes mots en bouche ; création de centaines d’emploi, amélioration des finances publiques, dynamisation de la ville en oubliant de revenir sur les bilans bien à l’opposé de projets plus anciens. Il y a tant de place dans les dents creuses d’Horbourg et de Colmar entre-autres pour ne pas créer une verrue de plus d’une rentabilité économique discutable et d’un poids écologique certain. En plus ce genre de réalisations n’embellis pas notre Alsace bien défigurée par ces zones et les monocultures de céréales et de vigne !
    Quand est-ce que les responsables, encore ancrés dans des réflexions d’un ancien monde, vont-elles vraiment prendre conscience de ce que signifie la production d’une énorme quantité d’énergie fossile gaspillée pour la construction, la maintenance et le fonctionnement d’une telle infrastructure ? Et ce ne sera que la première étape d’une destruction de 270 hectares de terre agricole essentielle à la vie, à la biodiversité et à la nourriture de nos enfants ! Que dire de la masse d’eau nécessaire lors de tous les cycles du projet alors que notre nappe phréatique souffre de sécheresses répétées ! Comment accepter encore plus de pollution due à la circulation, plus de bruit dans un espace qui est actuellement un des rares poumons verts restants autour de Colmar.
    Nous avons, dirait-on, oubliés de grandir et nous nous comportons trop souvent comme des adolescents attardés et irresponsables ayant soif de consommation et de désir à réaliser sur l’instant le tout au nom d’une croissance infinie utopique. Changeons de dimension et prenons conscience de ce que nous allons laisser à ceux qui vont nous survivre et comme nous vont simplement emprunter cette terre si riche et si belle.
    Je vous demande de ne pas cautionner cette destruction irréversible, et d’émettre un avis défavorable.
    Bien cordialement
    Guy Rinck, citoyen , père et grand-père.

  • ROTH François

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Selon l’article 123-14-I du Code de l’environnement :
    « Pendant l’enquête publique, si la personne responsable du projet, plan ou programme visé au I de l’article L. 123-2 estime nécessaire d’apporter à celui-ci, à l’étude d’impact ou au rapport sur les incidences environnementales afférent, des modifications substantielles, l’autorité compétente pour ouvrir et organiser l’enquête peut, après avoir entendu le commissaire enquêteur ou le président de la commission d’enquête, suspendre l’enquête pendant une durée maximale de six mois. Cette possibilité de suspension ne peut être utilisée qu’une seule fois.

    Pendant ce délai, le nouveau projet, plan ou programme, accompagné de l’étude d’impact ou du rapport sur les incidences environnementales intégrant ces modifications, est transmis pour avis à l’autorité environnementale prévue, selon les cas, aux articles L. 122-1 et L.122-7 du présent code, et à l’article L. 104-6 du code de l’urbanisme, ainsi que, le cas échéant, aux collectivités territoriales et à leurs groupements consultés en application du V de l’article L.122-1. A l’issue de ce délai et après que le public a été informé des modifications apportées dans les conditions définies à l’article L.123-10 du présent code, l’enquête est prolongée d’une durée d’au moins trente jours ».

    Il a été vu que nombre de citoyens ont répondu à l’enquête publique pour faire état de leur désaccord profond avec le projet de révision du PLU de WINTZENHEIM, en tant qu’il emporte création d’une zone d’activité économique dans le secteur du Tiefenbach.

    Plus important : plusieurs organismes consultés ont soumis un avis défavorable au projet sur ce point.

    Plus grave encore : la CDPENAF, par 12 voix contre 3, a émis un avis défavorable sur le projet de PLU.

    Contrairement à la demande qui lui en a été faite, la Mairie de WINTZENHEIM ne vous a pas remis, pour l’intégrer au rang des avis recueillis, celui de cet organisme.

    Elle s’est contentée de l’annexer à une observation faite par Monsieur Joseph BAUMANN.

    La Mairie, pour ce qui concerne l’avis de la CDPENAF, affirme, sans en apporter la moindre preuve, qu’il serait arrivé postérieurement à la date limite.

    Nous avons demandé, à plusieurs reprises, la communication de la copie de l’enveloppe contenant, sur envoi de la Préfecture, la notification de l’avis de la CDPENAF.

    La communication de ce document est en effet essentielle pour apprécier si, oui ou non, la notification a été faite hors délai, si l’on rappelle que, selon l’article L. 112-1 du Code des Relations entre le public et l’administration, il faut s’en rapporter au cachet apposé par les prestataires de services postaux autorisés

    Bien plus, il est apparu que, contrairement aux dispositions pourtant dépourvues de toute ambiguïté de l’article L.112-3 du Code des Relations entre le public et l’administration, certains des avis notifiés n’ont pas été complétés par le cachet d’entrée du courrier à la Mairie.

    En consultant ces avis sur le site de l’enquête publique, on constate en effet que seul l’avis du Parc Régional des Ballons des Vosges, porte le cachet d’entrée à la Mairie.

    On aurait pu penser que la Mairie solliciterait à tout le moins des consultations complémentaires, voire une prorogation de l’enquête.

    Il est dès lors évident que la Mairie a décidé de « passer en force », en ne prêtant aucun égard aux observations faites, dont on peut même se demander si elle en a pris connaissance, en cédant, de la sorte, à des considérations politiciennes qui verront simplement sacrifier près de 24 hectares de terre exploitée, et la totalité des riverains du Tiefenbach..

    L’ensemble de ces éléments, constitutifs d’autant de vices de formes portant atteinte aux intérêts des administrés, conduit immanquablement à conclure à l’émission d’un avis défavorable.

    Si l’on s’en rapporte au désir exprimé par Monsieur le Président de la République d’instituer le referendum d’initiative populaire (ou citoyenne, selon l’appellation qui sera donnée in fine), il serait résolument intolérable de constater que, animée vraisemblablement par un seul motif d’ordre financier, la Mairie se soucie aussi peu des intérêts moult fois exprimés par les citoyens, autant que par les services publics consultés.

    Lors du débat qui s’est tenu le 18 avril dernier, à l’occasion de la présentation d’un film, Monsieur le Maire a indiqué, en effet, que la fiscalisation liée à la création de cette zone d’activité économique était importante pour le budget de la commune, ce qui est évident.

    Toutefois, il n’est pas pensable que la Mairie se préoccupe essentiellement de ces considérations financières, en faisant totalement abstraction des paramètres environnementaux, et par voie de conséquence professionnels, pour les agricultures dont les terres pourtant exploitées sont menacées de bétonisation, mais aussi pour les riverains qui auraient, de par la création de cette zone, à affronter de nombreuses sources de pollutions de tous ordres.

    Pour l’ensemble de ces raisons, je vous prie de bien vouloir rendre un avis défavorable au projet de révision du PLU de WINTZENHEIM, tel qu’il a été soumis à votre enquête.

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, l’expression de ma considération distinguée.

    François ROTH

  • Maudet Sandrine

    Monsieur le commissaire-enquêteur ,
    Ayant appris récemment l’existence du projet des 22ha de terres agricoles aux environs du lieu dit Tiefenbach, et surpris du choix de ces terres agricoles pour la construction d’une zone artisanale, nous posons la question : ce choix a t-il été effectué suite à une étude argumentant en faveur de la création d’emplois qui ne pouvait naitre ailleurs, comme par exemple dans des locaux déjà existants mais vides ? Ne serait il pas plus sains de rendre ces espaces inutilisés attractifs, plutôt que de sacrifier encore une zone verte ? Il ne reste que peu de terres agricoles , maraichères autour et dans Colmar . C’est désolant de se dire que bientôt nous n’aurons plus d’environnement agricoles ou de parcelles vertes , où se promener et profiter des bienfaits de la nature . Immeubles, constructions diverses poussent un peu de tous les côtés à Colmar et environs . Nous comprenons bien entendu la nécessité de créer des emplois, mais cela doit pouvoir se faire sans ravager davantage le paysage qui entoure Colmar . Notre ville était identifiée grâce à une belle et harmonieuse combinaison habitations, commerces, agriculture, parcelles vertes . En poursuivant frénétiquement l’émergence de béton sur ce qui reste de vert autour de Colmar, tout l’équilibre durement acquis, sera brisé, et le charme de nos cités totalement rompu. Nous souhaitons ardemment que la commission d’enquête émette un avis défavorable .

  • Lichtenauer Jean-Louis

    Monsieur le Commissaire-enquêteur,
    Merci de prendre en considération les quelques éléments suivants qu’il me semble important de porter à votre connaissance ainsi qu’à celle des décideurs.
    Obligations légales
    – Interdiction de taille ou destruction de haies entre le 15 mars et le 31 juillet comme le rappelle l’arrêté préfectoral du 7 mai 2012 pour le Haut-Rhin.
    – fouilles archéologiques préventives :
    Lors du passage des socs d’exploitants agricoles ainsi que lors de l’implantation de l’usine Ricoh, des fragments de poteries romaines ont été mises à jour. Cela entraînera donc des fouilles préventives, ce qui retardera d’autant la mise en œuvre des divers bâtis avec le risque de décourager d’éventuels acquéreurs.
    Je ne saurais passer sous silence les semble-il « rétentions » d’avis défavorables à ce projet, avis qui auraient pu éviter toute cette période d’enquête publique : INAO (44 hectares) et CDPENAF là aussi trop grande consommation.
    Je rajouterai aussi, comme si cela ne suffisait pas, la menace qui pèse sur d’autres terres dans le cadre de l’emplacement réservé Nà13 qui prévoit l’élargissement de la RD83 et dont l’évaluation des incidences sur les terres agricoles et les sols n’est pas évoquée, ni évaluée, ni quantifiée dans le PLU.

    Ces éléments, en plus de tous ceux évoqués précédemment, me semblent militer pour la non-rentabilité d’une telle opération.
    La commune de Wintzenheim est-elle devenue le vassal de Colmar et doit-elle sacrifier ses biens sur l’autel de la Communauté d’agglomération ?
    Je conclurai mes réflexions par ce rappel du plan biodiversité et de l’article 1.3 :
    L’étalement urbain et l’artificialisation des sols, en détruisant et en morcelant les espaces naturels, agricoles et forestiers, contribuent directement à la dégradation du fonctionnement des écosystèmes et à l’érosion de la biodiversité. Malgré les progrès de la planification urbaine, la consommation des
    espaces naturels reste trop rapide, même dans les zones où la population n’augmente pas, avec pour causes la construction d’habitats individuels, de zones commerciales en périphérie et le développement d’infrastructures de transport ou logistiques.
    Dans une logique globale de lutte contre l’étalement urbain, des mesures récentes ont été prises comme le recentrage du prêt à taux zéro en faveur de
    la construction neuve sur les zones tendues. La densification urbaine est également au cœur du programme Action cœur de ville qui vise la revitalisation
    de 222 centres-villes. Mais il faut aller plus loin, en s’engageant dans la définition d’objectifs chiffrés et d’une trajectoire pour atteindre l’objectif de zéro artificialisation nette. Les politiques d’urbanisme et d’aménagement commercial seront revues afin d’enrayer l’augmentation des surfaces artificialisées,
    de favoriser un urbanisme sobre en consommation d’espace et d’améliorer la mise en œuvre de la séquence « éviter – réduire – compenser » dans le cadre du développement des territoires.
    D’où l’intérêt de remplir d’abord les ZAC existantes dans le SCoT sur tout le territoire de la Communauté d’agglomération comme le prévoirait un PLUi dont ne veut pas le maire de Wintzenheim
    Autant de raisons qui me poussent, Monsieur le Commissaire-enquêteur, à vous demander de porter un avis défavorable à l’enquête publique en cours.
    Avec mes remerciements au nom de l’environnement, de la planète et de ses habitants.

    Jean-Louis Lichtenauer, ancien administrateur régional d’Alsace Nature

  • SEBASTIEN Gilles

    Habitant de la ville de Colmar et sensible aux enjeux de développement de la commune, je découvre aujourd’hui ce projet de modification du PLU.
    La lecture des documents accessibles me conduit à considérer que ce projet est une erreur totale quant à la création de la zone 1AUe rue du Tiefenbach.
    Il m’apparaît que la commune de Wintzenheim cherche à créer des ressources fiscales CTE (Contribution économique territoriale) sans se soucier de la pertinence globale de ce projet :
    – le besoin économique de la création de la zone (à l’échelle communale ou à l’échelle de l’agglomération) n’est en rien démontré ;
    – ce projet n’est à l’évidence pas compatible avec le SCOT (voir par exemple le 1.2 du PADD « gérer le sol de façon économe »).
    Cet espace est par ailleurs le lieu de promenade et d’agrément le plus proche pour de nombreux habitants de la partie ouest de l’agglomération de Colmar, d’autres sites comme le canal d’Horbourg Wihr ou le Neuland arrivant à saturation. Si les objectifs du PLH sont atteints dans les prochaines années, la situation ne fera qu’empirer. Quel gâchis !!
    Je suis résolument opposé à ce projet.

  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Le flou total sur des questions de santé publique concernant la ZAE du Tiefenbach !
    La suppression de 22 ha de terres agricoles et plus aucune possibilité de cultures locales, qu’à cela ne tienne, on a la chance de pouvoir importer d’ailleurs , ou comme on le voit déjà de Pologne , de Hongrie ,de Russie , de bons produits cultivés sur des terres irradiées .
    Un accès à une ZAE et c’en est fini d’une atmosphère encore à peu près respirable, la circulation entraînera une augmentation des émissions de gaz carbonique, des nuisances sonores évidentes, une pollution, liées à l’éclairage public, d’autres pollutions : sonores , atmosphériques , chimiques, électro-magnétiques , industrielles , lumineuses , organiques , thermiques, visuelles , respiratoires , sans parler du stress évident pour les riverains .
    Le courrier de l’ARS du 14/1/2019 mentionne clairement que malgré des avis antérieurs émis par leur service : «nos remarques dans nos derniers avis n’ont pas été reprises. Pourtant des enjeux importants ont été oubliés et certaines informations sont inexactes. »
    Ce qui est sidérant, dans cette démarche, outre la négation des ravages sur l’environnement, c’est cette absence de considération de l’Humain.
    Nous pouvons y prétendre a minima, alors que, de toute évidence, la Mairie limite ses centres de préoccupation aux seuls intérêts économiques et financiers dont le but est censé être le bien-être des administrés .
    Nous sommes extrêmement sensibles à l’étude engagée pour la protection du patrimoine remarquable dans les différentes communes, par :
    – – Les dispositifs de protection réglementaires,
    – -La maîtrise foncière,
    – – Le réseau Natura 2000,
    – – Les autres dispositifs contractuels,
    – – Les dispositifs d’inventaires,
    C’est une étude qui ne peut qu’emporter l’adhésion. Mais encore faut-il y accorder de l’intérêt et en tenir compte.
    Il est toutefois affligeant de relever qu’une étude aussi fine ne soit pas entreprise par le PLU pour les humains. Se soucie-t-on de leurs lieux de vie, de leur santé et de leur stress , de leur inhalation de gaz carbonique, des maladies et des pollutions engendrées par l’implantation d’une zone industrielle, artisanale et commerciale ?
    Les effets néfastes de la pollution atmosphérique sont clairement mis en évidence par de nombreuses études, et sont un enjeu fort de santé publique (ARS). Les friches industrielles existantes que l’on se refuse à dépolluer nous font craindre le pire .
    L’urbanisation de ces terres agricoles du Tiefenbach aura obligatoirement un impact sur les émissions de CO2 et autres pollutions atmosphériques, et donc une répercussion sur la santé des populations environnantes.
    Et ce ne sont pas que des mots .
    Nous avons tous dans nos connaissances des personnes qui sont ou ont été atteintes de maladies graves voire mortelles , dûes , on le sait , à la nourriture qu’on nous fait ingérer , à l’air qu’on nous fait respirer et à bien d’autres pollutions. Continuer dans ce sens est totalement irresponsable, et nous devons prendre conscience maintenant, tous et à tous les niveaux, que nous n’avons plus le temps si nous voulons laisser aux générations qui viennent, une vie moins sombre .

    Les effets à court terme sont des manifestations cliniques :
    – augmentation de la mortalité
    – augmentation des détresses respiratoires
    – augmentation des problèmes cardio-vasculaire
    Les effets à long terme sont des recrudescences des maladies cardio-vasculaires ou respiratoires (asthme, cancer des poumons), engendrant une diminution de l’espérance de vie.
    Le programme européen (APHEKOM) pg 10/13 de l’Agence régionale de santé du 12/1/2018, a « permis de mettre en évidence qu’habiter près de voies à grand trafic routier majore le développement des pathologies chroniques » . (On ne pourra nier l’importance du trafic routier de par le va et vient des camions, mais aussi des autres véhicules entrant et sortant de la ZAE)
    Quel est l’intérêt de toutes ces études , onéreuses (payées par les habitants de Wintzenheim…), certes obligatoires avant l’élaboration d’un PLU , si on n’en tient pas compte ? Certains avis défavorables à ce PLU n’ont pas été adjoints à l’Enquête publique et donc soustraits à la connaissance de nos concitoyens.
    Monsieur le Commissaire Enquêteur, compte tenus de tous les arguments évoqués, pour la préservation des terres agricoles ainsi que la préservation des habitants, je vous demande d’émettre un avis défavorable à cette révision de PLU.
    Un riverain

  • JAQUET Rémy

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    « là où il y a un chemin, il y a une volonté » disait Lénine.
    Le projet de création d’une nouvelle zone artisanale de 22 à 25 hectares qui remplacera des espaces de culture, de cadre de vie d’espèces animales, de loisirs, du côté du Tieffenbach me laisse perplexe à plus d’un titre.
    Ces chemins, je souhaiterai que nos enfants, nos petits enfants et leur descendance puissent en profiter.
    A notre époque où tout le monde, y compris les décideurs, qui ne l’oublions pas sont désignés par le « peuple », prônent : circuit courts, consommation locale, économie raisonnée, rythmes ralentis, déplacement écologique ; comment peut-on encore croire que des extensions de bâtiments, de voies de circulation, de bétonisation de 22 hectares par ici, 38 par là, 47 d’autre part, et à terme près de 270 hectares autour de Colmar vont dans le bon sens ?
    « Un homme qui se noie cherche à s’agripper même à une paille de riz » dit un proverbe chinois.
    Moi, je m’agrippe à chaque brin d’herbe, car celui-ci saura toujours nourrir ou réjouir quelqu’un.
    Le béton, quand à lui ne se mange pas et ne se remplace plus par de la nature. Les générations qui nous suivent, et qui vont vraiment changer la face du monde que nous sommes entrain de détruite, nous en saurons gré.
    Je vous demande de ne pas cautionner cette destruction irréversible, et d’émettre un avis défavorable.

    Bien cordialement

  • Uhrweiller Christian

    Mme M. Le Commissaire Enquêteur,

    Concernant le projet de ZA de 22 ha dans le cadre de la révision du PLU de Wintzenheim;
    Je fais un appel à l’intelligence politique !

    Il ne s’agit pas d’opposer ECOLOGIE ET ECONOMIE, seulement voilà, les deux sont globalisées et nécessitent du recul, c’est à dire une coordination avec son milieu.

    Ainsi un projet se doit de respecter la nature (tram verte et bleu, terres agricoles, etc.), les habitants (ressourcement dans un cadre de vie régénérateur, etc.) et d’envisager une gestion humaine (tissu économique soutenable) compatible à long terme avec la vie (concertation et mutualisation pour le moindre impact : éviter-réduire-compenser).

    Or, ce projet ne présentant à mon sens pas ses caractéristiques,
    je vous demande, madame monsieur le commissaire enquêteur, d’émettre un avis défavorable.

    Avec mes sincères remerciements,
    M. Uhrweiller Christian
    Vice Président d’Alsace Nature
    Responsable de la coordination du Haut Rhin.

  • Observation anonyme

    Une zone naturelle agricole de 22 à 44ha nous est annoncée comme allons être transformée en zone d’activité commerciale à court terme.

    Aujourd’hui le seule règle qui vaille est la règle du zéro artificialisation nette de sols, c’est-à-dire aucune destruction nette d’espaces agricoles ou naturels, c’est un impératif à appliquer maintenant, pas dans 5 ans ! Les terres doivent demeurer aux paysans qui génèrent le plus d’emplois et de richesse par hectare tout en préservant l’environnement et en particulier, et idéalement, vers ceux qui pratiquent l’agroécologie.

    Qu’en est-il de la cohérence entre le local et le global ici, à Wintzenheim ? Qu’en est-il de la gestion de cette politique foncière qui met toujours les citoyens devant le fait accomplit de projet peu ou pas réfléchis dont la finalité n’est assurément pas la sécurisation et la préservation de nos ressources et de notre avenir ?

    Je vous demande M. Le commissaire enquêteur d’émettre un avis défavorable à la modification de ce PLU

  • Marques Géraldine

    Monsieur le commissaire enquêteur,
    Je suis opposée à ce projet qui n’a pas lieu d’être. La bétonisation n’est pas nécessaire ,elle amenuise la capacité des sols à retenir l’eau de pluie et conduit à un réchauffement climatique et à de nombreux désastres que l’on connaît. La vie c’est aussi la nature et conserver des espaces végétalisés est essentiel pour notre vie actuelle mais aussi pour nos enfants. Plus de béton ,c’est plus de circulation donc de pollution de l’air et sonore,ce n’est pas ce que nous voulons pour nos enfants. Maintenir la biodiversité est essentielle également. Nous faisons tous partie d’une même chaîne et la détruire c’est aussi se détruire à terme.
    Pour ce qui est de l’emploi,il existe suffisamment de locaux vides pour que les entreprises puissent s’installer. Pourquoi toujours vouloir construire du neuf,l’argument économique ne tient pas.
    La politique actuelle vise à détériorer la qualité de vie au profit d’éventuels bénéfices économiques qui ne ne sont pas garantis. Pourquoi prendre ce risque? Les bénéfices de ce projet sont dérisoires par-rapport à ce qu’il détruit. Soyons responsables et tournés vers l’avenir.
    Je demande donc que vous émettiez un avis défavorable à ce projet .

  • Rietsch Claude

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    La loi n° 2014-366 du 24 mars 2014, dite loi ALUR, dans son Titre IV, intitule son chapitre III: « Lutte contre l’étalement urbain et la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers ». Ce chapitre apporte modification de l’article L 122-1-2 du code de l’urbanisme où sont clairement mentionnées la  » densification des espaces bâtis  » et la  » limitation de la consommation des espaces naturels, agricoles ou forestiers « . Ce que s’apprête à réaliser la commune de Wintzenheim, dans sa volonté de sacrifier 22 hectares de terres essentiellement agricoles, me semble aller clairement à l’encontre des préconisations légales. Les besoins répertoriés en matière de développement économique sont en outre, selon les dires même de la municipalité, excessivement limités à l’heure actuelle.
    Considérant la  » ceinture verte  » colmarienne, celle-ci subirait une nouvelle atteinte sur son flanc sud-ouest après avoir été malmenée au sud (route de Rouffach, les Erlen), à l’ouest (Ligibel), à l’est (ZA de Horbourg-Wihr)…et être totalement inexistante au nord.
    C’est pourquoi je demande à la commission d’enquête d’émettre un avis défavorable.
    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, mes salutations respectueuses.

  • Lacombe Pascal

    M. le commissaire enquêteur,

    Je porte à votre connaissance l’existence d’une pétition qui appelle à s’opposer au projet d’artificialisation des 22ha de terres agricoles aux environs du lieu dit Tiefenbach. Projet objet de la présente enquête.

    Cette pétition atteint déjà à ce jour 681 signataires qui s’opposent au projet de modification du PLU de Wintzenheim.

    En complément de tous les avis défavorables à ce projet qui s’accumulent dans la présente enquête , il convient de noter que ce projet est donc très largement contesté. A ce titre je vous serai reconnaissant de bien vouloir porter un avis défavorable à la proposition de modification du PLU de Wintzenheim.

    La pétition en ligne est consultable là : http://chng.it/8DLJmfpRrq

    Le texte de la pétition est le suivant :
    « La mairie de Wintzenheim propose aujourd’hui une modification de son Plan Local d’Urbanisme (PLU), 22 ha de terres agricoles sont mis en péril par un projet de zone industrielle et artisanale au lieu-dit Tiefenbach. Une enquête publique se tiendra en mairie de Wintzenheim dès le 26 mars et jusqu’au 26 avril pour recueillir les avis des habitants, des parties prenantes et de toutes personnes se sentant concernées par ce projet. Trois associations se sont regroupées pour défendre les terres agricoles : l’Association Tiefenbach Environnement qui regroupe des riverains, des défenseurs de l’environnement et de la nature, et des agriculteurs locaux ; Les Amis de la Confédération Paysanne et Alsace Nature.
    Nous refusons toute minéralisation, bétonisation, artificialisation de la terre qui nous nourrit ! Toute terre bétonnée aujourd’hui sera perdue à vie. Un champ de maïs peut redevenir de la forêt, peut être converti en culture bio, peut accueillir des cultures pour nourrir nos cantines… une terre agricole recouverte de béton est définitivement perdue.
    On nous fait miroiter des créations d’emploi, auxquelles nous ne nous opposons pas, mais les friches industrielles existantes doivent être dépolluées, reconverties et accueillir des entreprises prioritairement (JAZ ou l’ancienne déchetterie de Logelbach).
    Aujourd’hui toutes les alertes scientifiques, analyses documentées et référencées, affirment qu’il n’est plus acceptable de continuer à artificialiser des espaces naturels et des zones agricoles qui se raréfient partout à une allure dramatique .
    22ha avec des activités agricoles diversifiées, se sont potentiellement plus de 80 personnes nourries, l’installation de 2 agriculteurs, un abri pour des centaines d’espèces animales et végétales, un espace de promenade pour les riverains…
    Nous sommes déterminés pour ne pas voir ce projet se réaliser.
    Voilà, les enjeux actuels au lieu-dit Tiefenbach et plus globalement dans les zones naturelles ou agricoles restantes de la couronne de Colmar où d’autres projets doivent voir le jour. Ce seraient plus de 300 ha de terres artificialisées dans les années à venir. Soyons attentifs et vigilants, chacun d’entre nous doit devenir le gardien des terres agricoles qui nous nourrissent. »

  • BERNARD Céline

    M. le Commissaire Enquêteur,
    Je rejoins la totalité des observations défavorables à la zone d’aménagement 1AUe (Tiefenbach – Sud de la Croix Blanche), qui ont déjà été émises et rendues publiques (que ce soient par des citoyens ou personnes publiques telles la Chambre de l’Agriculture) :
    – perte de biodiversité
    – terres agricoles de bonne qualité (avec un rendement économique important dixit la position de la Chambre d’Agriculture)
    – OAP n° 9 (secteur Tiefenbach) : les éléments de cadrage ne nous apparaissent pas suffisamment opérationnels (CCI)
    – disponibilité de zones industrielles / économiques au niveau de Colmar Agglomération
    J’en rajoute une = l’artificialisation des sols qui contribue à l’effet « ilôt de chaleur » :
    « Toutes les études montrent que les sols scellés, qui correspondent aux surfaces bâties, voirie, trottoirs, places, parkings, infrastructures industrielles, logistiques et militaires, aéroports, installations portuaires) sont les plus pauvres à la fois en activité biologique et en biodiversité globale. Ce sont les plus susceptibles de provoquer du ruissellement et ceux qui contribuent le plus au phénomène d’îlot de chaleur urbain (tout comme les murs des bâtiments, les toitures et les sources d’énergie). »
    Extrait de la synthèse : https://inra-dam-front-resources-cdn.wedia-group.com/ressources/afile/419109-b8d37-resource-artificialisation-des-sols-resume-francais-8-pages.pdf
    Par consequent, je vous prie de noter mon avis défavorable à cette revision du PLU de Wintzenheim.

    Bien à vous,

    Céline BERNARD

    419109-b8d37-resource-artificialisation-des-sols-resume-francais-8-pages.pdf
  • AMBEIS Régis

    M. le commissaire enquêteur,
    Par la présente, je vous donne mon avis défavorable à ce projet de modification du PLU de Wintzenheim.
    En effet, les zones agricoles ne sont pas illimitées, un passage en zone industrielle est irréversible, il serait temps de s’occuper des friches industrielles dont personne ne veut et les dépolluer afin de pouvoir réinstaller des entreprises.
    Il est très facile de construire sur des terres agricoles, mais quand tout sera bétonné, que mangerons nous ?
    D’autre part, les entreprises concernées s’installeraient en bénéficiant de prime ou crédit d’impôt pour les faire venir. Au bout de quelques années, ils vont repartir et laisser derrière elles une nouvelle friche ! Avec les terres agricoles, ce sont des emplois pérennes, locaux et surtout non délocalisables ! Pourquoi sur cette surface ne pas installer un maraîcher, arboriculteur pour produire des denrées alimentaires nécessaires à tous.
    L’agriculture permet en plus de stocker plus de CO2 dans le sol et donc limiter les gaz à effet de serre pour respecter les objectifs mondiaux.

    Bien Cordialement
    AMBEIS Régis

  • Lichtenauer Simone

    Monsieur le Commissaire-enquêteur,
    Ci-jointes quelques réflexions et questions concernant l’enquête publique sur le PLU de Wintzenheim.
    Au vu du projet de zone artisanale prévue au Tiefenbach, il me semble que les terres agricoles sont de plus en plus considérées comme de vulgaires réserves foncières. Ce sont pourtant elles qui nous nourrissent, nous procurent un air moins pollué et un peu de calme, loin de la circulation. De plus, il s’agit ici de la destruction d’un des derniers secteurs de balades pour les Colmariens, d’un espace vert proche des quartiers ouest après la disparition de celui de la Croix Blanche. Serons-nous à l’avenir obligés de prendre la voiture pour aller nous promener plus loin, ce qui va augmenter d’autant la pollution ?
    En construisant et en bétonnant, on supprime aussi une trame verte vitale pour les animaux et un petit bois qui abrite des oiseaux (lieux de nidification d’espèces protégées), mammifères (renards, martres, blaireaux) et insectes, ainsi que des haies coupe-vent.
    A-t-on vraiment besoin de cette zone d’activités, alors qu’il en existe d’autres assez proches (les Erlen, au nord de Colmar, Horbourg-Wihr, Sainte-Croix-en-Plaine, sans compter les 50 ha consommés par Wettolsheim), y a-t-il suffisamment d’entreprises prêtes à s’y installer (engagements sûrs et pas uniquement de vagues promesses), combien de NOUVEAUX emplois seront-ils créés (hors déménagements d’entreprises déjà existantes) et les demandeurs d’emploi auront-ils les formations liées aux besoins des entreprises?
    Cette zone est en phase avec le SCOT, mais consomme une grande surface et n’est pas dans l’esprit du SCOT, aux dires de son Président.
    Elle aura un gros impact sur l’effet de serre (béton remplaçant les plantations), la pollution de l’air (routes, circulation, pollution aux particules fines, pollution liée aux constructions elles-mêmes : chauffages, climatisations), le bruit.
    Le préjudice visuel est reconnu par la justice : destruction du paysage, plus de vue sur les collines et les châteaux, entrée de ville (la seule encore correcte) massacrée.
    Je vous demande donc, Monsieur le Commissaire-enquêteur, de donner un avis défavorable à la commission d’enquête et je vous en remercie d’avance.

  • Kornmann François

    Mr le commissaire Enquêteur
    Nous sommes en désaccord total avec ce projet.
    Arrêtons le massacre,arrêtons de bétonner et ne prenez plus nos terres agricoles
    Que vont manger nos enfants demain?….Les légumes ne pousseront pas sur le béton…….
    Nous demandons donc un avis défavorable à la commission d enquête.
    Mr et Mme François Kornmann
    Le 23 Avril 2019

  • ROEDER MONGILARDI Michel

    Convertir 22 hectares de terres agricoles en Zone d’Activités Economiques, quels sont les arguments de Monsieur NICOLE, maire de Wintzenheim ? (cf DNA du 22 novembre 2018) :

    –  » plus personne ne veut intégrer les anciennes friches, comme celle de JAZ ou de l’ancienne SAIC VELCOREX de Logelbach  »

    En l’état, cela s’explique, parce qu’accueillir des entreprises, c’est d’abord créer les aménagements nécessaires (infrastructures, réseaux, etc), dépolluer en cas de besoin, donner de l’attractivité, les entreprises auraient alors une autre perception de ces zones, et cette démarche s’inscrirait dans le respect du SCoT Colmar Rhin-Vosges, et notamment de son orientation n°6  » optimisation de la consommation foncière « .

    –  » la municipalité a aussi le souci de l’emploi… »

    Monsieur le Maire, auriez vous oublié que l’agriculture génère des emplois, directs (agriculteurs, vignerons, jardiniers…) et indirects (récoltes, vendanges, transformations, conditionnements, transports, distributions et ventes des produits de la terre), et cela fonctionne depuis des générations.
    D’autre part, si le besoin de nouveaux espaces était vraiment nécessaire à la création d’emplois, la zone des Erlen, créée il y a 10 ans, afficherait complet depuis longtemps, ce n’est pas le cas, la zone située le long de la route de Rouffach qui ne s’est jamais développée, devrait selon vous, redevenir en partie agricole !!!
    Quid du gaspillage de l’argent du contribuable ?
    Vous n’avez pas le droit de disposer à votre guise de la terre comme d’un bien consommable !

    Les zones d’activités, les emplois, c’est à l’échelle de la communauté de communes qu’il faut raisonner, c’est tout a fait dans ses attributions. Il ne faut pas observer la situation par le petit bout de la lorgnette, et vouloir à tout prix sa propre zone d’activités qui entrera en concurrence avec celles des communes voisines.

    – quel inventaire chiffré objectif des besoins et des offres pouvez vous avancer pour justifier votre ZAE ?
    – quelles sont les nouvelles entreprises sur les rangs, (et pas les simples transferts d’un site sur un autre qui
    ne génèrent pas de création d’emplois) ?
    – quel recensement des friches sur Colmar Agglomérations avez-vous réalisé ?

    Le citoyen, contribuable et électeur que je suis, attend des réponses précises à ces questions, et pas de simples propos politiciens.
    Les temps ont changés, Monsieur le Maire, et nous sommes nombreux à dire le gaspillage, ça suffit !

    Les commentaires des associations, instituts, syndicats, commissions et particuliers exprimés dans l’enquête en cours sont nombreux, et vous ne pouvez pas les ignorer.

    Monsieur le Commissaire, je vous prie d’ajouter mon commentaire à la longue liste de celles et ceux qui s’opposent à ce PLU et vous invite à formuler, vous aussi un avis négatif.

  • POUPET Mélanie

    Mr le Commissaire Enquêteur,
    Lors du ciné-débat qui a eu lieu au Lycée Pflixbourg de Wintzenheim le jeudi 18 avril, en présence du Maire, pour évoquer ce projet de modification du PLU, ce dernier a évoqué cette problématique d’installation des entreprises qui ne souhaitent plus s’installer en ville. Il serait donc nécessaire de « délocaliser » les entreprises sur des terrains à l’extérieur de la ville, comme sur le site de Wintzenheim.
    Cet argument a très rapidement été déconstruit par un des participants, qui a très justement expliqué que même si des entreprises veulent s’installer (ce qui n’est aujourd’hui pas établi…) et que des sites agricoles comme celui du Tiefenbach sont transformés en zone d’activités, au bout de quelques années, les entreprises disparaîtront comme cela a déjà été le cas à Wintzenheim, laissant derrière elles des friches industrielles dont plus personne ne voudra.
    La problématique se trouve là, Mr le Commissaire Enquêteur : une vision très réduite de l’avenir en général et du développement de Wintzenheim en particulier, qui ne prend en compte que l’aspect économique et réfléchit uniquement à court terme.
    Un autre argument avancé par le maire lors de cette même soirée : « je laisse tomber la zone artisanale, j’augmente les impôts locaux de 10 ou 15%, puis ça y est, c’est bon le problème est réglé ». Il n’est plus concevable aujourd’hui de ne piloter une ville qu’avec des arguments économiques à très courts termes, sans penser au long terme et à ce que nous laisserons à nos enfants et petits-enfants !
    Imaginons les sites agricoles s’urbaniser et se bétoniser, permettant à des entreprises de s’installer. La ville pourra certes bénéficier de taxes industrielles pendant quelques années… avant que ces entreprises ne disparaissent. Et le résultat sera une nouvelle friche industrielle…
    Je me permets, Mr le Commissaire Enquêteur, de vous laisser un lien vers un extrait (d’1 minute 30) du film « la Terre en Morceaux » d’Ariane Doublet, qui illustre à la perfection la problématique, montrant qu’un retour en arrière n’est plus possible après l’artificialisation des terres.
    https://www.youtube.com/watch?v=fgKu38DavLA
    Si des erreurs ont été faites dans le passé, il est indispensable de réfléchir à la situation, afin de ne pas les réitérer. Prenons acte des erreurs et agissons de manière éclairée ! Soyons intelligents !
    Je vous invite, Mr Le Commissaire Enquêteur, à prendre cette minute sur votre temps et à visionner cet extrait, riche de sens. Peut-être vous permettra-t-il de conclure, je l’espère, à un avis négatif sur cette modification du PLU de Wintzenheim. C’est en effet un avis négatif que je vous demande d’émettre.
    Bien cordialement
    Mélanie Poupet

  • ROTH Sebastien

    Mr le Commissaire Enquêteur,

    « L’annexion » de 22 ha de terres agricoles avec une artificialisation des terres, par des entreprises qui pourraient s’implanter (aucune entreprise n’a donné de garanties quant à sa volonté de s’implanter sur ce site) est une véritable aberration économique et environnementale.

    La mairie de Wintzenheim est fière d’annoncer qu’elle s’est battue, lors de l’élaboration du SCoT pour récupérer 22 ha pour y implanter des industries : y a-t-il vraiment de quoi être fier d’artificialiser un espace tel que le site du Tiefenbach, qui n’est au final, qu’une 1ère partie d’artificialisation, en attendant les zones des Erlen, de Colmar, de Wettolsheim ?…..
    ….Pour y mettre quoi ?…. une entreprise qui restera 3 ans, avant de partir, laissant sur place une irréversible zone de friche industrielle ? Ce point revient très souvent dans les commentaires laissés sur le site de l’enquête publique, et vous ne pouvez donc l’ignorer. Cette désertification des zones a déjà été vue à Wintzenheim, et nous voulons refaire les mêmes erreurs, en recréant une nouvelle zone qui sera désertée dans quelques années ? Ne peut-on pas apprendre de nos erreurs et éviter de refaire les mêmes ? Densifions l’existant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Chaque commune de la CAC veut sa propre ZAC : ne peut-on pas artificialiser de manière « intelligente » ? une ZAC à Logelbach, une sur le site du Tiefenbach, une à Horbourg, une à Colmar nord……. Cela ne suffit-il pas ?
    Faire venir des entreprises pour recréer de l’emploi à Wintzenheim ? est-ce vraiment cet argument qui est utilisé pour justifier de la création de cette ZAC ??……. je croyais que la gestion d’une ville était quelque chose de sérieux…..
    Parmi l’ensemble de ces « suppositions d’emplois » qui pourraient se créer, ces « supputations » relatives à l’installation d’entreprises sur le site, la seule chose qui n’appelle à aucune hypothèse, ni extrapolation est le point relatif à l’artificialisation des terres qui est un processus IRREVERSIBLE…. c’est bien là le seul point dont nous pouvons être sur….
    Des pseudo-prétextes économiques tout à fait aléatoires, des emplois sans aucune certitude (donnés à des habitants ne résidant d’ailleurs pas nécessairement à Wintzenheim…), une bétonisation de terres agricoles nourricières irréversible et sans aucun intérêt …. Voilà ce que propose cette modification de PLU……

    Je vous demande, Mr le Commissaire enquêteur, de donner un avis défavorable à ce projet qui n’a de certain que son caractère aléatoire !!!!

    Sebastien ROTH

  • voltz madeleine

    Monsieur le commissaires enquêteur,
    Je suis contre le projet.
    .Pas de béton, on étouffe!!
    Préservons la faune, la flore.
    Laissez nous respirer…Merci
    Je demande un avis défavorable à la commission d’enquête.

  • Périchon Josiane

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Pourquoi conserver les terres agricoles :
    – la population ne faisant qu’augmenter, nous voyons les terres agricoles et nourricières se réduire comme « peau de chagrin » : où est la faille ?
    – le monde agricole est générateur d’emplois
    – aujourd’hui l’urgence ne nous permet plus de tergiverser sur le bien-fondé du grignotage de terres agricoles, forestières et naturelles : le bon sens réclame un arrêt total de cette irréversibilité.

    Comment proposer des solutions alternatives en mettant en place des productions locales : légumes, fruits, petits élevages, apiculture….
    – Limitation des déplacements de l’autre bout du territoire national et/ou mondial
    – résilience : économie de temps et d’énergie fossile (pétrole)
    – baisse de la pollution occasionnée par les différents transports (camions)
    – plus de sécurité sur les routes

    Pour toutes ces raisons, je vous demande, Monsieur le Commissaire-Enquêteur, de donner un avis défavorable pour la modification du PLU de WINTZENHEIM

    Josiane PERICHON

  • ZERR Christian

    Monsieur le commissaire enquêteur
    Pourriez vous conseiller à Mr le maire de Wintzenheim et à ses conseillers et conseillères de laisser ces 22 ha de terres agricoles à leurs vocation actuelle !!
    Ils éviteraient ainsi leur complicité dans la disparition de l’équivalent d’un département français de terres agricoles par an.
    Il y a sur leur commune d’autres espaces qui pourraient servir à construire une zone d’activité économique et qui en même temps pourraient être dépolluer:
    -la friche industrielle JAZ polluée par des éléments radioactifs…..
    -l’ancienne décharge polluer par des fûts de lindane qui menace notre nappe phréatique…..
    S’ils choisissaient cette voie ils rencontreraient certainement de nombreuses difficultés mais ils obtiendraient certainement l’aide de toutes les personnes opposées au PLU projeté actuellement.
    Christian ZERR
    Munster

  • ROTH Jean-Paul

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Veuillez prendre en considération la pièce adjointe à ce courrier
    Ce document jumelé démontre si besoin est, l’opposition flagrante, totale et absolue qui existe entre les objectifs de la SAFER GRAND EST de 2017 et ceux de la commune de WINTZENHEIM dans l’argumentaire que ses « spécialistes » développent pour justifier la révision du PLU de la commune en 2019.
    C’est pourquoi je vous demande d’émettre un avis défavorable à la révision du PLU de WINTZENHEIM.
    Veuillez agréer ,Monsieur le Commissaire Enquêteur, l’expression de mes meilleurs sentiments
    Jean-Paul ROTH

    20190422-DEMANDE-AVIS-DEFAVORABLE-AU-PLU-vs-OBJECTIFS-DE-LA-SAFER-GRAND-EST.pdf
  • Observation anonyme

    Experts, scientifiques et écologistes nous alertent constamment de l’effondrement de la biodiversité ; insectes, mammifères, oiseaux, végétaux disparaissent dramatiquement et malgré cela certains veulent encore poursuivre cette œuvre destructrice de milieux naturels ; d’autres se demandent quel sera le bilan carbone de ces coûteuses opérations : ces données ont-elles été quantifiées ?
    Des mesures compensatoires sont-elles envisagées ?
    Pour quelles raisons devrait-on sacrifier les derniers espaces de verdure ?
    La finalité de ce projet est-elle d’aiguiser davantage encore la concurrence aux petits commerces de centre ville, d’encourager les gens à utiliser davantage de véhicules polluants et d’accroître nos besoins en énergies fossiles/ nucléaires ?
    Alors que l’on souhaiterait limiter l’étalement urbain, voire réensauvager cette planète meurtrie, on ne peut que déplorer vivement les orientations insensées projetant de bâtir de nouvelles zones d’activité économique, à grand renfort de béton, macadam, sur des terres agricoles plutôt que de réhabiliter des friches industrielles, qui forment autant de verrues dans le paysage alsacien.
    Il reste suffisamment d’espaces disponibles dans la ZI Nord de Colmar pour satisfaire les besoins de la périphérie colmarienne ; la chambre d’agriculture a d’ailleurs émis un avis défavorable à la création de cette zone 1AUe de Tiefenbach.
    Les zones humides (ZDH) aux abords du Logelbach sont particulièrement précieuses et fragiles, il est impératif de les protéger. Les spéculations hasardeuses des promoteurs prennent-elles bien en compte l’évolution de la société et de nos modes de vies ?
    Avant de lancer un si funeste projet il convient de considérer les bouleversements que nous voyons se profiler : de plus en plus de consommateurs se tournent désormais vers le commerce en ligne, via des plateformes étrangères qui ont le glorieux privilège de ne pas avoir à s’acquitter des mêmes taxes qui impactent les affaires des entreprises françaises. Je fais ici allusion aux fameux GAFAM qui auront bientôt conquis les dernières parts de marché et rendent inutiles tout projet de ZA.
    Nuisances diverses, prédation des milieux naturels et destruction d’écosystèmes, producytion de déchets, augmentation de la pollution et bilan carbone affligeant, les conséquences de ce projet irresponsable ont toutes les chances de fédérer l’exaspération d’une grande partie de la population contre ses élus locaux…
    En ces temps troublés où des cortèges de manifestations réclament de la décence, voici un bon moyen de renforcer son impopularité ?
    Sitting Bull

  • Herber Martine

    Martine HERBER Strasbourg, le 21 avril 2019
    63 rue de la Grossau
    67100 STRASBOURG

    Contribution à l’Enquête Publique
    concernant le projet de Zone d’Activité de Wintzenheim.

    Mesdames, Messieurs les Commissaires Enquêteurs,

    Avec le dérèglement climatique qui s’annonce et fait déjà des dégâts, c’est une hérésie de continuer à artificialiser les terres, pour quelque raison que ce soit. Le carbone qui est produit du fait des activité humaines, ne pourra plus être stocké dans les sols recouverts de bitume ou autres revêtements, et inévitablement se retrouvera dans l’atmosphère, augmentant encore l’effet de serre.

    En cas de fortes pluies, les sols artificialisés ne pourront plus absorber toute l’eau, contrairement aux forêts, aux prairies et aux terres cultivées. Cela provoquera des inondations plus nombreuses.

    Et la vocation première des terres agricoles est de nourrir les Hommes. On observe déjà des risques de pénuries alimentaires du fait d’étés plus chauds et plus secs, et ceci sera encore accentué par la diminution des terres cultivables. Au lieu de relocaliser notre alimentation pour éviter au maximum les transports,
    nous faisons le contraire : nous continuerons d’importer de nombreux aliments, à grand renfort d’avions et de camions polluants, jusqu’au jour où les pays qui nous nourrissent (avec quelle forme d’agriculture intensive?) garderont leurs vivres pour leurs populations.

    Et les 22 hectares évoqués correspondent à la surface « brute » de la zone d’activité en projet. Mais il faudra également prévoir des routes pour y accéder, et cela contribuera encore à la disparition de « quelques hectares » supplémentaires.

    Tous ces « artisans » qui ont besoin de s’installer se sont-ils déjà signalés ?
    Quelles sont leurs demandes en surface de bâti et de parking ?
    Y a-t-il déjà des engagements fermes qui sont signés, au cas où le projet aboutirait ?
      
    Par ailleurs, a-t-on fait un recensement des terres et des bâtiments existants et inoccupés et qui pourraient être aménagés ?
    Y a-t-il d’autres zones de ce type dans la région de Colmar ?
    Sont-elles occupées de façon optimale ou y a-t-il encore des espaces disponibles ?
    Répondre à ces questions est une priorité, avant toute velléité de nouvelle ZAE.

    C’est la réutilisation de zones déjà artificialisées qu’il faut privilégier, plutôt que de saccager de nouveaux espaces naturels ou agricoles.
    Une autre question se pose quant au financement de ces travaux : qui les paiera ?
    Qui sera le maître-d’oeuvre ?
    Les entreprises intéressées participeront-elles au coût de construction ?
    A quelle hauteur ?

    Et supposons que cette zone, une fois construite, ne trouve pas assez d’entreprises pour s’y installer ? En plus de la dilapidation de l’argent public, ce sera un gâchis énorme de terres non récupérables pour leur vocation première. Il n’y aura pas de retour en arrière possible. Qui en portera la responsabilité ?

    De plus, pour construite cette zone d’activité, combien de rotations de camions faudra-t-il subir, apportant une gêne certaine pour le voisinage, au niveau sonore ainsi qu’au niveau de dégagements de gaz toxiques ? Et quand elle sera achevée, les visiteurs ou clients, si ce ne sont pas des entreprises polluantes, contribueront aussi à perturber la tranquillité de ces lieux.

    Par rapport à la nappe phréatique, quelles précautions ont été prises pour éviter que celle-ci ne soit impactée ? Tous les produits qui se déposeront naturellement sur ces routes, sans compter la pollution en cas d’accident de camion (mais bien sûr, cela ne peut pas arriver !), vont automatiquement « ruisseler » vers la nappe phréatique en cas d’épisodes pluvieux.

    Ces décideurs qui ne voient que les gains immédiats, sans prendre en compte les catastrophes à venir,
    ont-ils des enfants et des petits-enfants ?
    Ceux-ci pourront dire : « Mon père a contribué à détruire notre futur ! ».

    En tenant compte de tous ces arguments, je demande à la Commission d’Enquête de donner un avis défavorable à ce projet.

    Recevez, Mesdames et Messieurs, mes sentiments les meilleurs.

    Martine Herber

  • Observation anonyme

    Même problème qu’à Colmar, toujours plus de béton, toujours plus de nuisances, et encore des destructions de terres agricoles.ça suffit.

  • ROTH Jean-Paul

    Wintzenheim, le 20 avril 2019

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    En réponse à une invitation à assister à la projection du film  » La Terre en morceaux », Monsieur le Maire de COLMAR, tout en déclinant la proposition, a précisé :
     » J’ajoute que le Plan Local d’Urbanisme de Colmar est arrêté et a donc figé la « cartographie » de l’utilisation des sols. Dans cet esprit, il n’y a plus d’extension possible à venir en matière d’urbanisation ».

    Je déduis de cette affirmation que, via la Communauté d’Agglomérations de COLMAR, la municipalité de cette ville, en réalité, tente de faire supporter par la commune de WINTZENHEIM, et la révision de son PLU, les conséquences d’une certaine forme d’imprévoyance.

    Je considère que la commune n’a pas à faire les frais de cette situation, par une extension d’une zone d’activités économiques qui ne servira en fin de compte que les seuls intérêts de COLMAR.

    Il en est d’autant plus ainsi que, lors du débat ayant suivi cette projection, Monsieur le Maire de WINTZENHEIM a dû concéder que l’apport financier pour la commune, en termes de fiscalité locale, serait important, ajoutant que la commune pourrait se passer de cette création à condition que la fiscalité, en particulier taxes foncière et d’habitation augmente de 10 %.

    Il s’agit là d’une vision à court terme.

    En premier lieu, la création de cette zone d’activités économique, à mon sens, n’est pas de nature à régler la question, dans la mesure où rien ni personne, à ce jour, ne permet d’affirmer, et encore moins de démontrer, que la zone sera totalement occupée.

    Au contraire, l’expérience tirée, en particulier, des modifications de RICOH, permet d’affirmer que les entreprises,quelle que soit leur taille, ne brillent pas par une pérennité garantie, de sorte qu’il est à craindre que, par-delà une première installation, probablement dictée ou motivée par des aménagements fiscaux, dans un second temps, la future zone ne redevienne une friche industrielle.

    En second lieu, sacrifier des terres agricoles sur l’autel de l’activité économique génératrice d’emplois n’est pas la solution.

    Rien ne peut, en l’état, garantir le nombre et le maintien des emplois susceptibles d’être créés.

    Il en est d’autant plus ainsi que, vraisemblablement, on assisterait à une certaine forme de « délocalisation  » d’activités existantes, et non pas à la création d’activités nouvelles.

    En troisième lieu, je rappelle qu’il existe actuellement, sur le territoire de la commune de Wintzenheim, plusieurs sites dont le Maire a précisé, lors du débat, que leur dépollution n’était pas envisageable, parce que trop onéreuse.

    Or, c’est à mon sens prendre le problème à l’envers.

    Les sites existent, et, les fonds publics devraient ou pourraient judicieusement être affectés à leur dépollution, puisque, manifestement, la Municipalité ne veut pas mettre en pratique le principe « Pollueur-Payeur ».

    Cela permettrait d’implanter sur ces sites autant d’entreprises que les surfaces dédiées permettraient d’accueillir, sans pour autant empiéter sur des terres agricoles dont la surface se réduit comme une peau de chagrin.

    En outre, il est constant qu’une terre agricole qui est « bétonnée » est à jamais perdue pour l’agriculture, alors que les friches industrielles actuelles pourraient donc et devraient être reconditionnées, avant d’envisager de créer de nouvelles zones.

    C’est la raison pour laquelle je vous prie de rendre un avis défavorable à la révision projetée.

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, mes salutations distinguées.

    Jean-Paul ROTH

    20190404-REPONSE-DE-LA-MAIRIE-_000049.pdf
  • Lichtenauer J.Louis

    Club vosgien de Colmar
    Jean-Louis Lichtenauer
    Responsable commission environnement

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    Depuis sa création, le Club Vosgien s’est donné pour mission de protéger la nature, les paysages et le patrimoine dans le Massif des Vosges. Il est titulaire d’un agrément du Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie en date du 15 mai 1979. Il s’est doté d’une charte de la protection de la nature inspirée des fondements de la « Charte nationale de l’Environnement ». Sa mission : veiller à la préservation du patrimoine, à la gestion des espaces et à la lutte contre la pollution. Le Club Vosgien est particulièrement attentif à la qualité et à la pérennité de son réseau de sentiers, à la sauvegarde des valeurs identitaires et patrimoniales des sites, à la préservation du cadre de vie et des milieux naturels.
    Si plusieurs points du PLU projeté mériteraient également d’être contestés, je m’intéresserai essentiellement à ce qui touche aux missions du Club Vosgien, à savoir la disparition de 22 hectares de terres agricoles, de bosquets et vergers, autant d’endroits de verdure propices à des randonnées. Il s’agit là de l’un des derniers poumons verts de Colmar, puisque, vous n’êtes pas sans le savoir, cette zone projetée s’étend jusqu’en parallèle de la rue d’Eguisheim, la première rue de Colmar après la Croix Blanche. Les chemins qui en partent puis traversent l’espace sont utilisés par de nombreux randonneurs ainsi que par des pratiquants de la marche nordique, l’une des activités du Club Vosgien qui connait un grand succès.
    Or, une fois les activités, qu’elles soient commerciales, industrielles ou tertiaires, installées, les voies d’accès seront au mieux empruntées par des véhicules, au pire certainement revêtues de bitume et soumises aux pollutions multiples.
    Atteinte au paysage
    Toucher à ces 22 hectares constitue également une atteinte au paysage, non seulement par la disparition des bois et vergers et des terres cultivables, visibles à proximité, mais plus grave encore, car visibles depuis les collines qui s’étendent d’Eguisheim, Husseren-les-Châteaux, jusqu’à Wettolsheim et Wintzenheim, voire Logelbach et Turckheim et plus haut depuis la ligne des cinq châteaux.
    Que penseront les touristes qui, depuis les remparts du Hohlandsbourg, verront la plaine d’Alsace à leurs pieds, couverte de bâtiments dont certains sont prévus pour atteindre une hauteur de 15 mètres. Même effet désastreux pour ceux qui circulent sur la Route des Vins, notamment nombre de cyclistes qui, venant d’Eguisheim, empruntent la rue du Tiefenbach pour revenir à Colmar.
    Atteinte à la nature
    La protection de la nature fait également partie des missions du Club vosgien. Or là aussi, en supprimant 22 hectares dont des bosquets aux essences variées, des vergers, le PLU de Wintzenheim porte atteinte à la nature. En effet, cette zone est un refuge pour nombre d’espèces, petits mammifères, oiseaux dont des rapaces, lièvres et bien d’autres. Sans compter les nuisances sonores et olfactives. Parmi les missions du Club Vosgien figurent :
    – la sauvegarde des habitats et des biotopes de la faune et de la flore,
    – encourager le maintien des vergers à haute et demi tige autour des communes.
    – préserver les milieux naturels contre la pollution des sols, de l’eau et de l’air,
    – tendre par des moyens appropriés vers une réduction du bruit engendré par les activités humaines.
    Atteinte au patrimoine
    La précédente dénomination de la commission environnement était PNPP (paysage, nature et protection du patrimoine). La notion de patrimoine ne concerne pas que le patrimoine culturel ou historique, mais aussi le bien de tous. En rayant de la carte 22 hectares qui concernent beaucoup de randonneurs et riverains, le PLU porte atteinte au patrimoine immatériel, notion prise en compte par l’Unesco pour protéger nombre de sites. N’oublions pas non plus un calvaire sis au bout du chemin partant de la rue d’Eguisheim qui, même s’il n’est pas concerné de suite, le sera forcément à terme.
    Parmi les autres missions liées au patrimoine figurent également :
    – préserver les coulées vertes dans nos villes et nos campagnes, ce qui ici ne sera plus le cas.
    – préserver l’attractivité de l’impact visuel de nos paysages en maîtrisant la pression de l’urbanisation ou des intérêts économiques,
    – veiller à l’offre touristique de nos régions pour préserver le cadre de vie,
    – informer le public des valeurs de notre patrimoine paysager.

    Compte tenu de ces éléments contraires à la mission du Club Vosgien, à savoir protection de la nature, des paysages et du patrimoine, en tant que responsable de la commission environnement du Club Vosgien de Colmar, avec l’accord unanime du Conseil d’administration réuni le 11 avril, je lance une alerte au niveau de la Fédération pour atteinte aux fondamentaux de la charte.
    Je regrette l’absence totale dans la présentation des documents d’un bilan factuel ainsi que l’omission de mesures compensatoires destinées à atténuer cette dégradation de l’impact visuel.
    En conséquence, donne un avis défavorable à la modification du PLU telle qu’envisagée et vous demande M. Wisselmann, commissaire enquêteur en charge d’examiner la demande de modification du PLU de Wintzenheim, de conclure également votre enquête par un avis défavorable.

    Avec mes remerciements
    Jean-Louis Lichtenauer
    responsable commission environnement

  • REGISTRE

    Copies des pages du registre d’enquête publique de ce jour, jeudi 18/04/2019

  • LACOMBE Sophie

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    Une nouvelle destruction de terres agricoles est prévue via la demande de modification de PLU dont il est question ici.

    Tous les indicateurs sur le devenir de notre planète, du climat, de la pollution … sont aux rouges. Le rapport du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) en particulier, qui fait une synthèse assez exhaustive des menaces qui nous concernent avec ses préconisations à appliquer avec la plus grande urgence.

    Ce rapport ne laisse plus de doute sur les mesures drastiques qu’il convient de prendre. La synthèse est lisible ici, elle est en français et destinée à aux gouvernants dont les maires de communes font partie : http://leclimatchange.fr/

    Nous retiendrons en particulier que ‘’Le précédent rapport du Giec daté de 2007 estimait que le lien entre les activités humaines et la hausse des températures était « très probable » (90% de chances). Auparavant, ce lien était moins certain : il était évalué à 66% en 2001, et à un petit peu plus de 50% en 1995. Aujourd’hui, cette responsabilité est estimée comme « extrêmement probable » (95% de chances)’’.

    Artificialiser des terres, toujours et encore, fait partie des activités les plus dévastatrices de notre planète. En 1950 72% du territoire National était cultivable. En 2015 il n’en reste plus que 54%…

    Des dizaines de rapports, enquêtes, travaux scientifiques, articles référencés, mettent en évidence la nécessité de mettre un terme à l’artificialisation des sols. Des organes indépendants, des ONG environnementales, d’innombrables associations alertent continuellement sur les menaces qu’encourt notre civilisation à épuiser nos ressources et la nature. Et voilà un nouvel espace agricole destiné à devenir une zone bétonnée et construite. 44ha au total sont susceptibles d’être retirés à notre mère nourricière rapidement !

    Je m’y oppose.

    Continuer ainsi n’est plus acceptable !

    Continuer ainsi est criminel !

    Continuer ainsi est irresponsable !

    Pour cet ensemble de raison je vous demande M. le commissaire enquêteur de prononcer un avis défavorable concernant la modification du PLU de Wintzenheim.

    Sophie Lacombe

  • klein alphonse

    Dans son axe 3, dont vous trouverez le texte ci-dessous, le SCoT prévoit l’économie des espaces fonciers, la proposition du PLU de Wintzenheim doit respecter ce principe. Cette recommandation forte du SCOT semble plus que bafouer par le futur PLU de cette commune. Des zones, certes à dépolluer, existent dans cette commune et sont en friche à l’heure actuelle et pourraient convenir à l’implantation des futures entreprises. D’ailleurs aucune information n’a été donnée sur la nature de ses futurs occupants. Et si le PLU est accepté dans 50 années on aura une grande chance de se retrouver avec des terres polluées qui auraient dû rester cultivables comme le préconise également le SCoT dans son chapitre 4

    « 3.4 Gérer le sol de façon économe La gestion économe du sol constitue l’un des éléments fondamentaux du projet de territoire en écho notamment aux lois Grenelle et ALUR. Avec une consommation estimée, entre 2000 et 2012, à 373 hectares de terres agricoles et d’espaces naturels au profit d’espaces artificialisés, le territoire se doit de maîtriser son développement et de le localiser dans des secteurs préférentiels, où les impacts écologiques et économiques seront moindres.
    Le SCoT Rhin Vignoble Grand-Ballon affiche des objectifs concrets pour mettre en œuvre une urbanisation économe en foncier et en particulier en espaces naturels et agricoles. Il s’appuie sur les potentialités du territoire et compose avec ses contraintes. Aussi, les réflexions sur les perspectives de développement de l’habitat et des activités économiques au cours des 20 prochaines années combinent la nécessité de préservation, de valorisation avec un développement cohérent à l’échelle du territoire.
    Deux axes majeurs du projet, à savoir une volonté d’économiser l’espace et de maintenir un cadre de vie attractif, peuvent être illustrés par les attitudes suivantes :
     Favoriser le renouvellement urbain lorsqu’un potentiel existe et peut être mobilisé (c’est-à-dire la restructuration de secteurs anciennement urbanisés) et optimiser le tissu urbain existant (urbanisation des « dents creuses ») pour accueillir des logements, des équipements, des activités économiques. L’objectif étant ici de donner la priorité au renouvellement urbain et au réemploi des friches (lorsque cela est techniquement et financièrement viable).
     Réhabiliter le parc de logements.
     Changer la manière de produire du logement pour être plus économe en foncier : rechercher une plus grande densification dans les nouvelles opérations d’aménagement.
     Optimiser l’occupation des zones.
    Ainsi le SCoT affirme la nécessité de rechercher l’économie du foncier dans toutes les politiques publiques d’aménagement et d’urbanisme, à toutes les échelles du territoire. Cet objectif politique est décliné via l’organisation urbaine qui privilégie la concentration du développement urbain, mais aussi au niveau des différents projets. Les extensions spatiales des villes, qu’elles soient à vocation économique, résidentielle ou d’équipement, tout comme les infrastructures ou les aménagements doivent rechercher et privilégier les solutions mettant en œuvre une économie foncière. »

  • ROCHAMBOURG Dan

    COLMAR, le 8 avril 2019.

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Plus de 22 ha de terres agricoles sacrifiées sur le site Tiefenbach , il ne restera bientôt plus sur le ban de Wintzenheim que des terres caillouteuses où on ne peut rien cultiver . Ce dernier espace encore vierge de béton et de pollution ressemble à un beau jouet tout neuf , convoité par nos élus .
    A l’heure où tous les voyants sont au rouge en matière de préservation du sol , (le Scot Colmar Rhin Vosges en fait une priorité ), à l’heure où l’alerte est maximale en matière de pollutions (A.R.S du 18/1/2018 , du 20/9/2018 et du 14/1 2019) , nos élus font preuve d’un désintéressement absolu pour toutes ces considérations écologiques et ne mesurent en aucune manière ses conséquences futures .
    Ils continuent de s’engouffrer dans cette spirale qui nous propulse tout droit vers une catastrophe sanitaire .

    Les riverains ne sont pas davantage pris en compte .
    Le SCoT demande également « une limitation de l’exposition des habitants aux pollution et nuisances » .
    Mais dans le dossier du PLU, on ne trouve aucune mention concernant les habitations situées
    juste en face de ces terres que l’on destine à une future reconversion industrielle et commerciale de la zone du Tiefenbach.
    La vie des riverains paraît quantité négligeable : cela ne vaut même pas la peine de l’évoquer.
    1. Monsieur le Maire et ses adjoints qui , en première intention , avaient placé ces entrée et sortie juste en face du lotissement (on ne pouvait pas les placer plus près), auraient consenti , à les déplacer de quelques mètres, si l’on s’en rapporte à la délibération du Conseil Municipal en date du 6 décembre 2018. (p3)
    Et à supposer que cela devienne réalité , on ne sait pas de quelle distance, faute de précisions et d’écrits sur ce point.
    N’est-ce pas là , Monsieur le Commissaire Enquêteur , la démonstration évidente d’un manque total de considération pour les riverains , tout en voulant leur prouver le contraire ? Ils savaient parfaitement au départ que l’emplacement 1er provoquerait des remous qu’ils calmeraient , magnanimes , par des aménagements ultérieurs . Ces derniers ne répondent cependant en rien aux considérations sanitaires et écologiques les plus basiques .
    2. De même , en réponse à cette 1ère lettre des riverains adressée à Monsieur le Maire de Wintzenheim le 2/11/2018, il a été question d’implanter un rond-point « afin de ralentir la circulation ». (Conseil municipal du 6/12/2018) .
    Or, le lieu d’implantation de cet hypothétique rond-point n’a pas été déterminé.
    Il paraît évident qu’il ne se situera pas au niveau de l’accès à la ZAE prévu sur la Rue du Tiefenbach , la rue n’étant pas assez large. Sauf à l’élargir ?
    De même, dans la mesure où la RD 83 traverse le ban de la commune de WETTOLSHEIM, il est évident que le PLU de WINTZENHEIM ne pourra pas empiéter sur le territoire de la commune voisine , pour ménager un accès à la ZAE.
    Les services techniques consultés ont affirmé qu’en aucune manière cet accès ne pourra se situer sur le ban de la commune voisine .
    Et la CCI le mentionne clairement dans la rubrique « Règlement » du 15/3/2019 en stipulant qu’ «il est suggéré de traduire graphiquement la règle d’interdiction de création de nouvel accès sur la RD83 »
    Il en résulte donc qu’il ne pourra se faire que sur la rue du Tiefenbach .

    3. Par ailleurs , et toujours après la réaction des riverains , le Conseil municipal du 6/12/2018 a affirmé qu’ « un aménagement paysager ou une marge de recul » par rapport à la rue du Tiefenbach, sera prévu.
    Or, sur ce point également , rien n’est écrit ni précisé.

    Monsieur le Commissaire Enquêteur , compte tenus de ces 3 points (entre autres bien sûr) , je vous demande d’émettre un avis défavorable à la révision du PLU de Wintzenheim .
    Veuillez agréer Monsieur l’expression de ma haute considération .
    D.Rochambourg.

  • Caillou Anita

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    L’Alsace bétonne toujours plus.
    L’urbanisation progresse dans notre région, aux dépens des zones naturelles et surtout agricoles. À l’heure de la préservation de la biodiversité, de la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution, les politiques publiques sont-elles impuissantes à freiner le grignotage du foncier ?
    Selon le Geo Grand Est qui dresse l’inventaire de l’occupation des sols, l’Alsace a perdu en 12 ans (entre 2000 et 2012), 7 300 ha de zones naturelles ou de champs qui ont été artificialisés dont 6 700 ha de terres agricoles : lotissements, zones commerciales, routes … Que sera le prochain inventaire prévu en 2021 ?

    Concernant le projet de modification du PLU de Wintzenheim, rien n’a été mis en œuvre pour une autre solution. Or, des friches industrielles existent à Wintzenheim (ainsi que dans d’autres communes proches). Pourquoi artificialiser 22 ha alors que d’autres solutions, économes en terres agricoles devraient être affectées en priorité à ce type de projet ?
    Si ce projet aboutit, n’est-ce pas le début de la « bétonisation » jusqu’à l’entreprise Ricoh ? Pourtant le PADD défend le principe de préserver l’agriculture péri urbaine.

    Pourquoi le SCOT Rhin-Vosges, adopté le 14 /12 /2016, n’est pas pris en compte et pourquoi chaque commune fait, sans le respecter, des modifications conséquentes du PLU ? Qu’en est-il de la concertation et de la cohérence inter communale ?

    Une étude d’impact générale concernant l’environnement a-t-elle eu lieu ?

    Pour ces raisons et ces interrogations qui engagent l’avenir, je m’oppose à ce projet et vous demande Monsieur le commissaire enquêteur de donner un avis défavorable à cette modification du PLU de Wintzenheim.

    Anita Caillou
    Colmar

  • Marleix Isabelle

    Bonjour,
    Je suis farouchement opposée à ce projet d’urbanisation d’une zone agricole où il est agréable de se promener. Les zones artisanales/commerciales sont déjà bien suffisamment nombreuses à quelques kilomètres de là…Il faut arrêter de sacrifier les terres agricoles au profit du béton et des voitures !!!
    Je vous prie, Monsieur le Commissaire Enquêteur, de donner un avis négatif à la modification du PLU.
    Cordialement.
    Isabelle Marleix, habitante de Colmar.

  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    je remercie la municipalité de Wintzenheim de penser à nous priver d’un lieu de promenade agréable avec ma famille et là où j’apprends à faire du vélo à mes petits enfants.Déjà le parc rue Acker est supprimé grâce aus travaux des logements. Je ne peux plus en profiter avec ma petite fille,et à présent la municipalité prévoit le trafic de camions rue du Tiefenbach, pour la zone artisanale, vive les emplois que la mairie va réaliser. Où je dois me promener avec mes petits enfants? Je demande un avis défavorable à la commission d’enquête.
    Un Colmarien des quartiers ouest.

  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    je suis totalement opposé à la mise en place d’une ZAE rue du Tiefenbach, car depuis 30 ans je profite de cet espace naturel pour me promener avec ma famille. C’est un endroit encore libre d’aménagement humain, pour les habitons du quartier ouest de Colmar. Nous pouvons se détendre après notre travaille, aller rapidement avec nos petits enfants de profiter de la nature, sans être obligé de prendre la voiture et en plus polluer notre environnement. Alors où nous devrons aller pour trouver cela? A combien de kilomètres? Toujours plus loin car les autorités publiques considères les terres agricoles comme inutiles, et qui se servent à leur guise pour la mise en oeuvre de projets d’urbanisme? Mais où sont passées le s intérêts des agriculteurs et de la population? Y pense-t-on que ces terres permettre de nourrir les Hommes?
    Je demande un avis défavorable à la commission d’enquête.
    Une habitante de quartier ouest de Colmar.

  • BUECHER PASCAL

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Sur le zonage de mon exploitation au 42 rue Feldkirch il serait juste de faire suivre la ligne UC le long du chemin du Klebweg pour que l’ensemble du site soit en UC pour une future construction d’un hangar afin que je puisse me développer au Nord Ouest du site. Puisque la commune envisage de faire une OAP (n° 8) d’habitation au Sud de mon exploitation il serait aussi judicieux de prévoir un traitement végétal de transition avec mon exploitation. Je joins en annexe le plan dont il est question.
    Salutations distinguées.
    Pascal BUECHER
    EARL BUECHER-ROECKLIN

    plu-wintzenheim001.pdf
  • Yata Florence

    Mr Le commissaire enquêteur,
    Je suis une ancienne habitante du quartier de la rue du Tiefenbach, et à ce titre, je vous offre un instant d’évasion.
    Voici un beau rêve, le rêve d’un monde sans chômage, imaginons un instant…
    -le remplacement de l’Ecomusée par une zone d’activité commerciale qui créerait pleins d’emplois,
    – la construction d’une grande zone commerciale à la place du vignoble de Beblenheim pour créer des emplois
    -la vidange et le comblement du Lac Blanc afin d’y construire une zone industrielle qui créerait des emplois
    -le développement et le prolongement de la zone d’activité qui se construirait rue du Tiefenbach, jusqu’à Herrlisheim-près-Colmar, qui créerait pleins d’emplois,
    – le prolongement de la zone commerciale entre Houssen et Sélestat, qui créerait des emplois,
    -la bétonisation progressive des zones vertes, pour éradiquer le chômage,
    -la bétonisation de …
    Il ne s’agit pas d’un fantasme effrayant d’ayatollahs paranoïaques de l’écologie, il s’agit d’une prévision, d’une prophétie, de la description d’un avenir inéluctablement grisé par le béton si personne n’a LE COURAGE DE DIRE STOP, le courage de dire NON.
    Que retiendrons nos enfants, nos petits enfants de toutes les décisions de leurs parents, du Maire, des politiciens, de votre décision ?
    Peut-être se souviendront-ils qu’à cause de ce manque de courage, ils ont dû migrer, plus loin, toujours plus loin pour trouver des arbres, un bout de jardin à cultiver, un air à respirer qui n’aggrave pas l’asthme de leurs propres enfants.
    Vos légumes viendront d’ailleurs, ou de nulle part si le végétal n’est plus.
    Nous ne verrons peut-être pas ce monde déprimant sans arbre, sans champ, sans promenade dans les vignes, peut-être même que nos enfants pourront encore faire 40 kilomètres pour trouver une prairie dans laquelle flâner. Mais devons-nous oeuvrer aujourd’hui pour arriver à cela plus tard ?
    Après moi le déluge ?
    Je serai déjà morte peut-être… j’espère. J’espère ne pas voir cela. Et dans quelles conditions serais-je morte ? Malade ? Le corps aussi pollué que mon ancien jardin ?
    Qui aura le COURAGE DE DIRE STOP LE PREMIER ?
    Qui aura l’HONNEUR, l’INTELLIGENCE d’avoir le premier ouvert la route vers un avenir plus beau, moins gris, moins industriel, vers un avenir tout court.
    Je suis pessimiste, je ne vois que grisaille, pollution, maladies, béton, camions, voitures.
    Maladies, béton…Qui ne voit pas cela ? Monsieur le Maire ? Vous ?
    Mais rien n’est jamais tout noir ou tout blanc ? Ou tout gris ?
    J’ai encore un mince espoir que je dois à mes enfants, à tous les enfants. C’est leur espoir que je vois dans leurs rires, dans leurs projets, dans leur foi en leur avenir. Inconscience ? Crédulité puérile ? Ou foi absolue en leurs parents, en la volonté de ces derniers de leur offrir vraiment un avenir meilleur, foi en leur Amour pour eux ?
    22 hectares de terres, 22 hectares de béton, 22 hectares comblés par tous les chômeurs de Wintzenheim qui auront tous retrouvé un emploi ? Non. Cela n’y changera pas.
    Ayons ce courage.
    Je vous demande, ainsi, Mr Le commissaire enquêteur, de donner un avis négatif sur ce projet de modification du PLU.
    Florence Yata

  • Faure Sabine

    Je suis absolument contre ce projet, une nouvelle zone artisanale et industrielle est inutile. Par contre, preserver cet espace pour des terres agricoles et pour les promeneurs me semble vital

  • Observation anonyme

    Bonjour,
    Habitante de Colmar dans un quartier proche de Wintzenheim, je fais le constat suivant :
    On trouve à Wintzenheim un lieu vierge de tout aménagement (environ 22 ha rue du Tiefenbach) où les riverains plus ou moins proches apprécient se promener, faire un footing, se balader le dimanche après-midi, ramasser quelques fleurs… Jetez un coup d’œil et vous les verrai. Et pourtant, on y trouve une agriculture plutôt intensive, du maïs chaque année, des fertilisants et des pesticides y sont apportés. Cela n’arrête pas la quête des habitants de trouver un lieu ouvert, calme où l’on admire les Vosges et ses châteaux. L’agriculture intensive n’arrête pas les gens ; le béton si. C’est donc sous cet angle que je vous amène à regarder cette zone agricole du Tiefenbach où le PLU propose un passage en zone à urbaniser. Où iront les coureurs ? les promeneurs du dimanche ? N’avons-nous pas quelque chose de mieux à leur proposer ? Le paysage agricole conventionnel peut devenir un paysage diversifié où l’on pense les différents usages, leur complémentarité, leur cohabitation. Le paysage bétonné le restera pour toujours, c’est de la terre, socle de la vie, qui disparaît à jamais.
    En ce sens, je demande un avis défavorable à la commission d’enquête qui propose l’urbanisation de terres agricoles.

  • Périchon alain

    Monsieur le commissaire,
    Trouvez ci-joint en pièce jointe mon avis défavorable pour la modification du PLU de Wintzenheim.
    Motivé par des solutions alternatives non envisagées par la mairie.
    Cordialement
    Aalin Périchon

    lettre-commissaire-Commissaire-enquèteur.docx
  • LACOMBE Pascal

    M. le commissaire enquêteur,

    Je vous prie de bien vouloir prendre note de mon appui aux observations formulées dans la présente enquête par Mrs Russeil (avis ci-dessous du 11 avril – pdf) et Baumann (avis ci-dessous du 25 mars et 8 avril avec pdf).

    Observations dont je reprends synthétiquement ici les conclusions pour permettre au public de prendre conscience du déni d’éthique et de démocratie de la part de M. Serge Nicole et sa municipalité en terme de respect des règles de fonctionnement d’une enquête publique.

    Déni particulièrement sournois en ce qu’il met en évidence la volonté évidente de cacher au public les avis négatifs formulés à l’encontre du PLU par le CDPENAF et l’Institut National de l’Origine et de la Qualité :

    – Olivier Russeil, délégué territorial représentant ‘’L’institut National de l’Origine et de la Qualité’’, indique qu’un courrier adressé au maire de Wintzenheim le 11 mars 2019 par la directrice de l’INAO fait part de l’avis défavorable à l’encontre du PLU de la commune de Wintzenheim. Ce courrier aurait dû être porté à la connaissance du public par la mairie de Wintzenheim en apparaissant avec les autres documents consultables dans l’onglet ‘’avis de personnes publiques’’ sur le site internet de l’enquête.
    IL N’Y FIGURAIT PAS A L’OUVERTURE DE L’ENQUETE.
    IL N’Y FIGURE TOUJOURS PAS A CE JOUR.

    M. Russeil révèle cette situation dans un courrier adressé à la mairie de Wintzenheim le 8 avril .

    – Joseph BAUMANN écrit le 8 avril : ‘’Dans mon observation déposée le 25 mars 2019 j’ai signalé que l’avis de la Commission Départementale de Préservation des Espaces Naturels Agricoles et Forestiers du Haut-Rhin (CDPENAF) ne figurait pas parmi les pièces du dossier soumis à l’Enquête Publique.
    J’ai participé en qualité de représentant d’Alsace Nature à la réunion de la CDPENAF du 7 mars 2019 qui a examiné le dossier du projet de PLU de Wintzenheim.
    L’avis adopté par la commission m’est parvenu ce lundi 8 avril 2019. Par la présente pièce jointe « Avis CDPENAF PLU Wintzenheim.pdf » je souhaite porter la teneur de cet avis à la connaissance du public.

    M. Baumann a porté le 8 avril en ligne l’avis du CDPENAF. Merci à lui car L’AVIS DU CDPENAF NE FIGURAIT PAS EN LIGNE A L’OUVERTURE DE L’ENQUETE …. ET N’Y FIGURE TOUJOURS PAS A CE JOUR …

    Pour ces raisons je vous demande M. le commissaire enquêteur de poser un avis défavorable à la modification du PLU dont il est question ici.

    Cordialement,
    Pascal Lacombe
    Habitant de Colmar

  • TOSCH gerard

    monsieur le commissaire
    Je suis totalement opposé à la mise en place d’une zone artisanale et sans doute autre chose par la suite, rue du Tiefenbach, habitant dans cette rue

    Apres la destruction d’ un beau parc existant rue Acker à Logelbach qui a attristé de nombreuses familles pour le remplacer par du béton et des blocs, une nouvelle fois
    Monsieur le maire veut remplacer une zone verte et agricole ou les gens le Week-end
    se promènent pour respirer un peu d’ air pur, par une zone betonnée remplie de voitures
    On nous dit que cette zone permettra de créer des emplois
    Bravo Monsieur le maire vous avez trouvé la solution pour resorber le chomage
    Faites tout de suite une demande au ministère du travail.Vous avez trouvé la solution pour ne plus avoir de chomeurs en Fance
    Petite idée vous pourriez raser le Château du Hohlandsbourg et le remplacer par une surface en béton sur laquelle vous placeriez une grande surface,cela créerait également de nouveaux emplois
    Magnifique non?

  • Observation anonyme

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    Le réchauffement climatique s’accélère. J’habite Colmar et j’ai 19 ans, et l’impression que chaque année les températures estivales sont un peu plus insupportables. Dans quelles conditions allons nous vivre dans quelques années ? Localement il fait de plus en plus chaud, en particulier en ville avec 2 à 3 degrés de plus par fortes chaleurs, et des personnes en souffrance, pour qui les étés deviennent invivables. Qu’en sera-t-il lorsqu’il fera régulièrement quelques degrés de plus d’ici quelque 10 ou 20 ans ?

    Nous savons aussi que les surfaces agricoles, naturelles, arborées diminuent à grande vitesse. La perte de ces surfaces végétales augmente l’effet de serre dans notre environnement. Sans compter les paysages qui disparaissent, alors que leur beauté calme, adoucie le quotidien. Ces terres nous nourrissent, et leur surface diminue à vive allure.

    Sans oublier la surdité des élus aux cris de colères des manifestants qui défilent depuis des semaines de plus en plus nombreux pour sauver notre planète. J’en suis ! Et à ce titre je trouve décevant et détestable l’absence de prise en compte du bon sens de la part des élus. Aujourd’hui on ne peut plus se permettre de faire ce qui s’est fait pendant des dizaines d’années.

    Je m’oppose donc à ce projet d’artificialisation de 22 ha de terres agricoles qui nous retire des terres agricoles, nous apporte du bitume, du béton, des voitures, du bruit et de la pollution supplémentaire. Un ZAI n’est pas acceptable à la place des terres agricoles.

    Pour toutes ces raisons je vous demande monsieur le commissaire d’émettre un avis défavorable à la modification de ce PLU.

    Je suis un habitant de Colmar

  • ROTH Jean-Paul

    Le 09/04/2019

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Au soutien des observations d’ores et déjà déposées, je voudrais, à ce stade de l’enquête, rappeler ou faire observer :
    – que, le 12 mars 2019, la Chambre d’Agriculture d’Alsace a émis un avis défavorable au projet de PLU, concernant la création d’une zone 1AUe sur le secteur du Tiefenbach
    – que, le 15 mars 2019, la MRAE a demandé de reconsidérer les extensions des zones d’activités économiques, en précisant les dispositions existantes des zones actuelles et de celles de la communauté d’agglomération de COLMAR
    – que le 15 mars 2019, la Chambre de Commerce et d’Industrie a émis un avis plus que mitigé, en dénonçant, pour ce qui concerne le secteur du Tiefenbach, les insuffisances d’un projet dont les éléments de cadrage n’apparaissaient pas suffisamment opérationnels
    – que le 26 février 2019, Monsieur le Préfet du Haut-Rhin dénonçait l’incohérence du projet de PLU, relativement aux informations en ressortant sur la ZAE du Tiefenbach
    – que le 14 janvier 2019, l’ARS préconise de préciser, pour le secteur du Tiefenbach, des orientations d’aménagement, tout en rappelant que le caractère favorable de son avis est conditionné par la prise en compte de ses remarques.
    – que le 17 mars 2019, la CDPENAF, par 12 voix contre 3, a émis un avis défavorable au projet de PLU.
    – qu’en dépit de l’obstruction manifeste de la Mairie de WINTZENHEIM, nous avons pu obtenir la copie intégrale de cet avis, dont connaissance vous a déjà été donnée par ailleurs.

    En conséquence, il vous est demandé de répondre point par point à ces diverses recommandations,, y compris l’avis de la CDPENAF, et, en tout état de cause, de rendre un avis défavorable au projet de PLU soumis par Monsieur le Maire de WINTZENHEIM.

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, mes salutations distinguées.

    Jean-Paul ROTH

  • BAUMANN Joseph

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Dans mon observation déposée le 25 mars 2019 j’ai signalé que l’avis de la Commission Départementale de Préservation des Espaces Naturels Agricoles et Forestiers du Haut-Rhin (CDPENAF) ne figurait pas parmi les pièces du dossier soumis à l’Enquête Publique.
    J’ai participé en qualité de représentant d’Alsace Nature à la réunion de la CDPENAF du 7 mars 2019 qui a examiné le dossier du projet de PLU de Wintzenheim.
    L’avis adopté par la commission m’est parvenu ce lundi 8 avril 2019. Par la présente pièce jointe « Avis CDPENAF PLU Wintzenheim.pdf » je souhaite porter la teneur de cet avis à la connaissance du public.

    Avec mes sincères salutations,

    Joseph Baumann
    Pilote Groupe Local Alsace Nature Sierentz-Bande Rhénane
    Représentant Alsace Nature à la CDPENAF

    Avis-CDPENAF-PLU-Wintzenheim.pdf
  • STENTZ Jean

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Ne commettez pas l’irréparable. Une terre bétonnée est une terre définitivement condamnée. Or, la terre étant un bien commun, ce n’est pas à un petit groupe de décider à sa guise. Cette zone est parfaitement inutile et n’arrangera en rien le chômage. Ce projet rejoint la longue liste des Grands Projets Inutiles et Imposés.
    Je vous demanderai donc, en votre âme et conscience, d’émettre un avis défavorable à ce projet.

  • STENTZ Edith

    Monsieur le Commissaire-Enquêteur,
    Toutes les alertes climatiques, les étudiants qui s’inquiètent pour leur avenir et celui de leur planète, ne vous font-ils pas réfléchir ? On parle de décroissance, de manger local, de préservation de la nature, de la faune et de la flore. Ce n’est pas une utopie mais bien « la réalité vraie… ». Le béton ne nous nourrira pas.
    La démocratie existe encore, nous avons aussi droit à la parole, avant qu’il ne soit trop tard.
    Une zone artisanale n’apportera rien de positif pour l’avenir (on ne compte plus les locaux vides de celles existantes), mais plutôt une catastrophe et une pollution supplémentaires.
    Au nom des générations à venir, je vous demande, Monsieur le Commissaire Enquêteur, d’émettre un avis défavorable à ce projet.

  • Risser Michel

    Mr le commissaire chargé de l’enquête publique sur le PLU de Wintzenheim.

    Je constate qu’une ZAC est prévue dans ce PLU.
    Je vous informe que je m’oppose à l’artificialisation des terres au profit d’intérêts économiques court-termites. De nombreuses zac sont situées à proximité et de ce fait, ces zones se feront concurrence entre elles. Ce projet ne répond à aucun besoin d’implantation ; des terrains disponibles se trouvant dans les zones voisines. Ce projet constitue une nième atteinte à l’environnement, à l’artificialisation des sols, à la destruction des habitats, à la disparition des zones agricoles,…

    Je vous remercie par avance pour la prise en compte de mes critiques.

  • KRAEMER J Marie

    Mr le commissaire chargé de l’enquête publique sur le PLU de Wintzenheim.

    J’observe quoi :

    D’une manière générale, l’Etat, personne morale et par conséquent non responsable, peut prendre n’importe quelle décision et jamais celui qui aura alors signé en son nom ne sera tenu pour coupable et devra en répondre. Cela tient d’une position facile aujourd’hui d’autant plus que l’on ne coupe plus les têtes…. (je ne dis pas qu’il faut couper les têtes!)

    Voilà un peu l’état d’esprit dans lequel on vit aujourd’hui jusqu’à l’échelon du Maire d’une commune. Alors, qu’avons-nous à Wintzenheim ?
    Une décision de créer un PLU avec une ZAC en prévision de quoi , nul ne le sait alors que ceux qui sont à l’oeuvre devraient le savoir au minimum . C’est en futur de ? Non défini ! Ce projet coûte déjà de l’argent au contribuable et qui va encore en coûter et ce à cause de l’ idée d’un seul homme voir peut-être plusieurs (Maires) qui veulent que leur nom soit inscrit dans l’histoire de leur commune…

    J’ai une forte impression qu’ils ont une tendance à mettre la charrue avant les bœufs et je m’explique ;

    Géographiquement nous avons plusieurs zones ZAC en création. Celle de la ville de COLMAR, WINTZENHEIM et WETTOLSHEIM, sans compter STE CROIX EN PLAINE et HORBOURG-WHIR, soit au total une surface de sol de près de 300ha. En plus de cela il y a un reliquat sur la commune de WETTOLSHEIM où 5 parcelles ou voir plus ne sont pas occupées. Or la ligne politiquement correcte ou SCOT impose une gestion des terres à son maximum vers une occupation des friches industrielles disponibles et non nouvelles.
    Question : est-ce volontairement que l’ont met les communes voisines en concurrence ? Autre question : est-ce doit on répondre principalement à la demande de la ville de Colmar qui a besoin de ces terres agricoles en périphérie de ville pour son industrie ? Le s’aurons nous un jour ???

    Mr le Maire, Serge NICOLE, dans son PLU veut créer une ZAC d’une superficie de 22 ha pour installer des entreprises et par la même occasion y faire naître de nouveaux postes de travail ce qui est tout à fait noble et concevable. A ce jour aucune entreprise n’est affichée et celles qui voulaient s’y installer ne feraient qu’un transfert d’un lieu à un autre sans embauche supplémentaire. Ne doit-on pas agir autrement et d’abord avoir une sollicitude d’une ou voir plusieurs entreprises pour créer ces surfaces d’accueil dans un avenir immédiat … On peut attendre longtemps et ne voir jamais voir quelqu’un venir et cela surtout si dans l’environnement proche il existe des friches industrielles ou encore des terrains libres pour recevoir cette activité professionnelle comme aux « Erlen » commune voisine à WETTOLSHEIM ou encore COLMAR. 300 ha sont actuellement en jeu dans les plus proches années autour de Colmar. D’autre part 5 parcelles ou voir plus sont encore disponibles sur la ZAC de WETTOLSHEIM, située à 500 mètres .

    Autre comportement étrange et que je déplore et ce uniquement sur une question de coût :
    Ne pas vouloir dépolluer les zones en friche « JAZ » ou « Logelbach », l’une pour des produits radioactifs, chimiques, et autres voir plus dangereux encore et l’autre pour le lindane . Ce sont bien des lieux, une fois dépolluées, où ces éventuelles entreprises pourraient s’y installer sans avoir à supprimer des terres agricoles et de bonnes terres… Un doute quant à l’utilisation des ces parcelles polluées n’est pas à écarter.

    Autre argument de taille déclaré en publique par Mr le Maire lors des 2 assemblées d’information organisées par ce dernier. Il met en avant le fait que sous peu de temps voir 2020 c’est qu’il n’aura plus la décision sur le devenir des terres de la commune au milieu de cette communauté de communes mais que ce sera probablement la ville de COLMAR.

    Autre sujet et non pas des moindres mais qui ne touche pas le PLU mais qui dénote une comportement de gestion dans un esprit non solidaire et extravagant qui est la construction d’une salle de sport pour les arts martiaux d’une valeur de 2 600 000€ et cela sans partage avec d’autre arts sportifs…. J’appelle cela un pur luxe ou, je peux me tromper, c’est le résultat d’ une politique cachée, partagée et semi validée par la CAC pour faire revenir les fonds de concours.

    En définitive le plus grand perdant dans cette affaire est le monde agricole, ce monde dont tout le monde à besoin pour nourrir la population mais à qui on tourne le dos égoïstement. Or nous avons oublié qu’il n’y a pas si longtemps que toutes les familles étaient issues du monde paysan.

    On se demande dans quelle monde on vit…. et pourquoi les autorités locales se prêtent à tel rôle. Vous-même Mr WISSELMANN êtes concerné car vous détenez une mission et qui est celle de représenter notre société, le public….

    Par conséquent je vous demande d’émettre un avis défavorable.

  • ROTH Jean-Paul

    Wintzenheim, le 07/04/2019

    A l’attention de Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Je vous prie de trouver en pièce jointe et de prendre en considération le courrier que j’ai adressé à
    Monsieur le Préfet du Haut Rhin le 8 mars 2019.
    Cette missive exprimait déjà à cette date l’idéation qui animait et anime toujours le collectif TIEFENBACH ENVIRONNEMENT – LES AMIS DE LA CONFEDERATION PAYSANNE ( ALSACE NATURE n’en faisant pas encore partie à ce moment là).
    Cette lettre s’élevait contre la révision du Plan Local d’Urbanisme de WINTZENHEIM et l’orientation que les responsables de la municipalité entendaient lui donner.
    Le message adressé à Monsieur le Préfet indiquait les raisons pour lesquelles nous nous élevions et nous élevons bien sûr encore contre ce projet d’artificialisation des terres agricoles.
    Mais en outre, il nous remettait en mémoire des arguments totalement inadmissibles émis par certains élus rencontrés lors de nos manifestations sur le terrain, tout simplement parce que ces dires étaient choquants ou empreints de contre vérités que je ne pouvais pas laisser passer sans réagir.
    Ces précisions apportées, je vous en souhaite une lecture instructive et vous prie de croire,
    Monsieur le Commissaire Enquêteur, en l’assurance de mes respectueux sentiments

    JP. ROTH

    Lettre-ouverte-à-Monsieur-le-Préfet-du-Haut-Rhin-le-08-03-2019.pdf
  • Lacombe Pascal

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    Monsieur le maire de Wintzenheim et les élus du conseil municipal ont décidé de demander la modification du PLU dont il est question ici.

    De fait, désignons donc M. Nicole et ses conseillers municipaux comme responsables de ce qui adviendra de 22ha de terres agricoles à l’issue des procédures en cours dont cette enquête publique fait partie… si la modification de PLU est validée in fine.

    Aujourd’hui il n’est plus admissible de continuer à ruiner notre nature, nos sols, nos ressources …tout ce qui est VIE en somme, et qu’il faut pourtant impérativement protéger comme l’indiquent des centaines de rapports, d’études, d’analyses argumentées et référencées *. Sans oublier les manifestations croissantes pour le climat de ces dernières semaines, celles des lycéens et étudiants en particulier qui appellent les élus à la raison. Sans oublier le recours en justice contre l’état pour inaction climatique du collectif ‘’l’affaire du siècle’’, avec 2 millions et demi de signataires en soutien …
    Les élus de Wintzenheim pourront-ils continuer à regarder leurs enfants et petits enfants dans les yeux et à leur dire : « et si on allait prendre un peu l’air dans la nature » ? Quel air ? Quelle nature ? L’air qu’ils vont contribuer à polluer, les sols qu’ils vont contribuer à détruire en artificialisant encore et toujours de nouveaux espaces agricoles ?

    Cette modification de PLU est annoncée comme la perspective d’un progrès en terme de développement économique et d’emploi… Vraiment ?

    La preuve doit en être faite, avant de créer une nouvelle zone de crime écologique sur 22ha !
    Que la preuve soit faite d’abord de l’utilité économique de cette ZAI à Wintzenheim.
    Combien d’emplois crées pouvez-vous nous garantir M. Nicole ? Car là est son argument principal.
    Quelles entreprises se sont manifestées formellement et se sont engagées à s’installer sur cette zone ?
    Quelles garanties M. le Maire de Wintzenheim et les élus de cette commune ont–ils eu à ce jour des entreprises pour se permettre ce nouveau génocide agricole (si tant est qu’entreprise intéressées il y a) ?
    Une étude de pertinence et de marché a-t-elle été faite pour s’assurer de l’utilité d’un tel projet sur 22ha ?
    Et quelle est la liste des élus du conseil municipal formellement identifiés comme propriétaires de parcelles à l’endroit de ce projet ? Elus qui trouveront intérêt personnel à récupérer un beau pactole à l’occasion de la vente future potentielle de cette zone agricole.

    Quel temps, quel argent, quelles réflexions, quelles études, quelle volonté, quel bon sens, ont été mis en oeuvre et mobilisés pour privilégier avant tout l’utilisation et l’exploitation des espaces de friches industriels ou des zones abandonnées et polluées desquelles vous détournez les yeux ?
    « Mais ça coûte trop cher ! » ai-je entendu dire d’un élu de Wintzenheim !
    Non mesdames et messieurs les élus ! La vie, et un avenir décent pour nos enfants, ne coûtent jamais trop cher. Sauver et réhabiliter les terres polluées par l’ineptie de vos prédécesseurs, où peut-être déjà par la votre ( ?), est une priorité absolue.
    Sauver nous de la pollution continue d’une large zone de nappe phréatique sous l’agglomération Colmarienne dont l’eau polluée est impropre à la consommation ? Là est votre devoir ! Traitons d’abord ces priorités ! Sur ces zones à réhabiliter il sera toujours possible de parler de développement économique et industriel. Montrez l’exemple, montrez votre courage, montrez que vous servez le bien commun !

    Faut-il rappeler encore que l’imperméabilisation des sols, du fait de l’artificialisation des terres, a de nombreuses conséquences environnementales ? Qu’elle favorise le ruissellement de l’eau au détriment de son infiltration, l’érosion des sols et le risque d’inondation. En outre, il est évident qu’une surface bétonnée ou bitumée emmagasine la chaleur le jour et restitue celle-ci la nuit, contrairement aux terres végétalisées que sont les terres agricoles. Les terres sont des puits à carbone utiles au climat ! Les sols artificiels des puits à chaleur pénalisants pour ce même climat et les personnes du voisinage.

    Et ces terres nous nourrissent !

    Il n’est donc plus possible d’accepter encore et encore du bitume et des sols artificiels sur les terres et des espaces naturels de plus en plus fragmentés. Les sols sont fragiles, leur altération irréversible.

    M. Nicole et les élus de Wintzenheim doivent entendre que gouverner n’est pas un jeu ! Mais une responsabilité où la pleine conscience des enjeux, dans leur globalité et leurs priorités, doivent prévaloir. Où toute notion d’intérêt personnel ne peut être privilégiée. Où la perspective des prochaines élections municipales, la reconduction et l’amour de positions de pouvoir, ne sont pas des paramètres de décision tolérables.

    Plus administrativement (et éthiquement) il convient de noter :

    Que ce PLU a fait l’objet d’un avis conforme très défavorable du CDPENAF, presque à l’unanimité … ce qui n’arrange pas les affaires des promoteurs d’une modification de ce PLU … mais explique probablement pourquoi le compte rendu de la réunion du CDPENAF n’est pas déposé parmi les documents accessibles sur le site de l’enquête. Démarche méprisable qui revient à masquer les avis d’experts indépendants et une décision qui relève de l’intelligence collective et non d’une position autoritaire, d’un élu local très enclin à considérer ses petites prérogatives comme parole de vérité…. Cette ‘’omission’’ est-elle d’ailleurs réglementaire ?

    Le Document d’Orientation et d’Objectifs (DOO), pose lui comme principe la nécessité de respecter l’intégralité des espaces urbains et agricoles protégés, à travers ses différentes orientations :
    – en recentrant les extensions de chaque commune (orientation 4)
    – en recherchant une optimisation de la consommation foncière (orientation 6)
    – en maintenant les coupures d’urbanisation (orientation 7)
    – en préservant les espaces agricoles et en pérennisant l’activité agricole (orientation 18).
    La modification du PLU ne va pas dans le sens du respect de ces principes et orientations.

    Sont également avancés par le DOO la nécessité d’éviter les concurrences territoriales en évitant de créer 2 sites de même nature à proximité l’un de l’autre, et en évitant également le morcellement et l’enclavement des exploitations agricoles existantes. A quelques lieux du Tiefenbach se trouve déjà une zone que l’on peut considérer comme bien suffisante.

    Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) reprend quand à lui les principes développés dans la loi SRU :
    – gestion économe du sol,
    – densification du tissu urbain, utilisation des dents creuses…
    – reconversion des friches existantes,
    – préservation de l’agriculture périurbaine aux abords immédiats des concentrations urbaines,
    – limitation de l’exposition des habitants aux pollutions et aux nuisances.

    Par ailleurs ce PLU ne fait que masquer le vaste projet de transformation de cette zone à moyen terme, en direction de l’entreprise Ricoh. Il est inadmissible de le considérer et de le soumettre à validation en dehors du projet global du devenir de cette zone agricole. Le saucissonnage des modifications diverses de PLU à venir ne sont pas acceptables à ce titre.

    Pour l’ensemble de ces raisons je demande monsieur le commissaire enquêteur que vous émettiez un avis défavorable à la modification de ce PLU.

    Pascal Lacombe
    Citoyen Colmarien

  • ROEDER MONGILARDI michel

    Monsieur le Commissaire,
    Le SCoT Colmar Rhin-Vosges fixe dans ses priorités la « gestion économe du sol » ainsi que la « limitation de l’exposition des habitants aux pollutions et nuisances ».
    Le PLU de Wintzenheim doit être l’occasion de répondre à ces 2 impératifs, c’est une question de courage politique.
    Plutôt qu’opter pour la solution de facilité consistant à détruire 22 ha des dernières terres agricoles au sud du ban communal, il serait plus responsable de réhabiliter la zone polluée des anciennes décharges du Ligibel et PCUK, en y consacrant le budget de Colmar Agglomération dédié à cette ZAE.
    Le coût de rachat des terres aux agriculteurs, frais d’actes notariés inclus, les frais de géomètre et d’études, les dépenses de viabilisation: eau, assainissement, gaz, électricité, courants faibles, fibre, etc, les dépenses d’infrastrutures et autres, permettraient de financer, en partie, une opération de dépollution.
    La carte de l’ADEME ci-jointe montre bien la gravité de cette pollution qui concerne plusieurs milliers de personnes de Wintzenheim et surtout de Colmar (que l’on se garde bien d’informer), elle ne fait que s’étendre avec la dérive naturelle de la nappe phréatique et rend impropre à tout usage humain, animal ou végétal l’eau du sous sol, dans une vaste zone s’étendant jusqu’à la rue Stanislas, englobant largement le quartier Saint Joseph d’un côté et l’hôpital Pasteur de l’autre. Un deuxième périmètre circulaire,bien plus vaste, entre la D 83 et l’avenue d’Alsace est sous haute surveillance.
    Les 750 tonnes de déchets de lindane, puissant insecticide interdit depuis 1988, les métaux lourds et autres produits toxiques, enfuis sur cette zone, ne vont pas disparaître par enchantement, faut-il vivre avec ce poison sous nos pieds, et le laisser en héritage à nos enfants ?
    L’argument de la transformation de cet espace en « centrale photovoltaîque », comme l’annonce Monsieur le Maire de Wintzenheim, malgré sa connotation écologique, ne trompe personne, il ne règle pas le problème de pollution, au contraire, il vise à l’enterrer à tout jamais.
    A ce sujet, les photos exhumées des archives pour l’occasion, et intitulées « projet de centrale photovoltaîque », sont pathétiques…mais ne font pas très sérieux.
    Il serait bon, Monsieur le Commissaire, que les politiques, fassent enfin preuve de responsabilité et de courage et usent de leur fonctions pour obtenir les financements publiques complémentaires nécessaires, prouvant ainsi leur rôle de défenseurs des citoyens qui les ont élus dans ce but.
    Le projet de PLU de Wintzenheim ne s’inscrit pas dans cette démarche, c’est pourquoi, je demande un avis défavorable à la Commission d’Enquête.
    Pièce jointe : carte de l’ADEME zone de restriction d’usage des eaux souterraines

    carte-restriction-dusage.png
  • ANGER jean pierre

    Monsieur le commissaire,
    La disparition des espaces naturels et agricoles inquiète jusqu’au sommet de l’état. C’est l’équivalent d’un département tous les 10 ans….
    Même les SCOT du département s’en inquiètent. Ainsi dans leurs déclarations d’intention, ils prônent tous la préservation des espaces, la réduction de l’étalement urbain, tout en autorisant les communes concernées à urbaniser. Des dizaines de hectares sont ainsi urbanisables. Sans véritable débat, chaque commune avance ses alibis économiques, le chantage à la création d’emplois..
    Quelques exemples navrants:
    ROUFFACH: création d’une zone industrielle sur une terre agricole.
    EGUISHEIM: agrandissement d’un parking (à peine opérationnel; il s’avère trop exigu) pour touristes) sur des terres viticoles.
    OBERMOSCHWIHR: toujours sur des vignes, un lotissement
    VOEGTLINSHOFFEN: sur un espace naturel sensible déjà dévasté sur 1,5 hectare, prévu un hôtel de luxe ( mais bloqué par des habitant depuis 10 ans par des habitants)…. etc
    Maintenant destruction de terres agricoles sur WINTZENHEIM….
    Jusqu’où, jusqu’à quand pouvons nous continuer ainsi? Avant désastre généralisé?
    Ne devrions nous pas rebaptiser nos SCOT (Schéma de COhérence Territoriale) par SCHIT (SCHéma d’Incohérence Territoriales)?
    Non, ce nouveau projet est inquiétant, s’inscrit dans une logique économique suicidaire.
    jean-pierre ANGER

  • ROTH Jean-Paul

    COURRIER A L’ATTENTION DE MONSIEUR LE COMMISSAIRE ENQUETEUR

    WINTZENHEIM, le Samedi 6 Avril 2019

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    La presse de ce matin, en l’occurrence les Dernières Nouvelles d’Alsace du Samedi 6 avril 2019 met en évidence « l’involution et la dévitalisation » des centre villes, ainsi que les moyens d’y remédier. Ceci est d’autant plus intéressant que la municipalité de WINTZENHEIM veut faire exactement l‘inverse………. .
    Deux articles dont je vous joins copie traitent de cet important sujet.
    Comme il est impossible d’intégrer directement des photos aux observations que nous vous déposons sur le site officiel de la révision du PLU , ces photographies ont été intégrées dans une pièce jointe dont je vous prie de bien vouloir prendre connaissance.
    En outre, vous trouverez également l’article des Dernières Nouvelles d’Alsace relatif à notre visite de courtoisie à Monsieur le Maire de WINTZENHEIM, le jeudi 4 Avril 2019 sur le parvis de la Mairie.
    Il y est également joint le document authentifiant la provenance des arbres remis en Mairie ce jour là.

    Je souhaite que ces documents vous parviennent tels qu’ils ont été écrits.
    Veuillez croire Monsieur le Commissaire Enquêteur, en l’assurance de ma haute considération

    Jean-Paul ROTH
    Association Tiefenbach Environnement

    20190406-COURRIER-A-MONSIEUR-LE-COMMISSAIRE-ENQUETEUR.pdf
  • Observation anonyme

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    La modification du PLU de Wintzenheim prévoit la création d’une nouvelle ZAE de 22 ha sur le secteur du Tiefenbach s’ajoutant à celles déjà inscrites dans les PLU de Colmar et de Wettolsheim.
    Cette surenchère entre communes voisines, au détriment de terres agricoles, si elle flatte l’égo des initiateurs, est en totale contradiction avec la loi 2010-788 portant engagement national pour l’environnement, qui prône notamment :
    « L’utilisation économe des espaces naturels, la préservation des espaces affectés aux activités agricoles et forestières… ».

    Si on raisonne à l’échelle de la Communauté de Colmar Agglomération il faut aller au bout de la logique et effectuer un recensement exhaustif et objectif des friches, des parcelles non occupées dans les zones économiques existantes, et lister en parallèle les besoins réels, on constatera alors qu’en optimisant, en rationalisant l’existant, on peut satisfaire la demande et être en conformité avec la loi, sans condamner des ha de terres agricoles.
    Ne considérons pas la terre comme une réserve foncière illimitée, une terre bétonnée est une terre perdue.
    De plus, il n’y a aucune pertinence économique réelle à ajouter cette ZAC qui va entrer en concurrence avec celles déjà actées dans les PLU des communes voisines.
    En vertu du simple respect de la loi, je vous prie, Monsieur le Commissaire, d’émettre un avis défavorable à cette modification du PLU.

  • Observation anonyme

    Modification du PLU de Wintzenheim : la politique de l’autruche !

    Monsieur le Commissaire Enquêteur

    La lecture du projet de PLU montre bien que les problèmes de fond sont une fois de plus occultés.

    C’est tellement plus simple de détruire des hectares de terrains viticoles :
    • Secteur du Poisson Rouge : 1,4 ha
    • Secteur Schweitzer Est : 1,2 ha
    • Secteur Flachsland : 5,1 ha
    que de s’attaquer à la dépollution du secteur Jaz, ses métaux lourds et sa radioactivité.

    C’est tellement plus simple de détruire 22 hectares de terres agricoles dans le secteur Tiefenbach que d’étudier la dépollution de l’ancienne décharge du Ligibel.

    Tellement plus simple de laisser ces cadeaux empoisonnés à nos enfants….

    Mais c’est aussi ignorer la loi que de détruire la coupure d’urbanisation entre ville et village au sud du ban communal, d’enlaidir les entrées sud de la ville, alors même que « les documents d’urbanisme doivent prendre en compte les espaces agricoles périurbains ».
    et cette « ignorance » est condamnable….

    Monsieur le Commissaire, prenez le parti du Grenelle 2 de l’Environnement et formulez un avis défavorable à ce projet de PLU modifié.

  • ROTH Sebastien

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Le projet de modification du PLU, et en particulier la création d’une ZAE sur la zone du Tiefenbach, telle qu’elle est voulue par la mairie de Wintzenheim est absolument illogique, irrationnelle, et va à l’encontre des politiques publiques affichées par les services de l’Etat. De manière générale, nous constatons, une prise de conscience sur la nécessité de conserver les terres, LA terre, et les poumons verts.
    Plus précisément, il est difficilement admissible de grignoter 22 ha de terres agricoles au prétexte de création d’une ZAE et d’emplois concomitants (qui ose prétendre que cette création résorberait le chômage à Wintzenheim ?…). Ces 22 ha ne sont qu’une première étape, et cette zone entre Wintzenheim, Colmar, Wettolsheim, les Erlen, et le long de la RN 83 a , in fine, vocation à être totalement bétonnée.
    Il faut raisonner à long terme et de manière «mutualisée», et «raisonnée» :

    « Mutualisation » : Wintzenheim fait partie de la CAC, et il existe de nombreuses zones industrielles dans cette CAC (Horbourg, zone industrielle de Colmar, Logelbach, etc…) qu’il faut densifier, et il n’est pas nécessaire de créer de manière totalement artificielle une nouvelle zone. L’argument consistant à dire qu’il est préférable financièrement que les entreprises viennent s’installer à Wintzenheim n’est pas audible. (Cet argument a souvent été avancé : densifions alors les friches existantes ?……). Il faut raisonner sur la base d’une communauté d’agglomération, où d’autres friches industrielles existent, et non pas sur l’ « individualisme égocentrique de Wintzenheim »…

    « Le long terme » : la bétonisation ne nourrira pas nos enfants et petits-enfants. Une terre bétonnée ne redeviendra jamais terre agricole. Ces terres seront perdues. Il s’agit peut-être là de réflexions philosophiques, mais vous ne pouvez ignorer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, qu’il s’agit d’un futur proche, et que la bétonisation à outrance engendre toutes sortes de nuisances (et pas seulement pour les riverains), de pollution, et des risques sanitaires… En cette période où l’environnement pèse de plus en plus dans les échanges et le débat public, ce projet est totalement irrationnel.

    « La raison » : s’agit-il d’une « lubie d’un groupe d’élus » qui souhaiterait laisser à jamais sa marque dans l’histoire de cette ville ?… La CAC (et non pas Wintzenheim…) a-t-elle vraiment besoin d’une n-ième zone industrielle ?

    Enfin, les principes généraux de la réglementation de l’urbanisme et en particulier l’article L 101-2 du code de l’urbanisme stipulent qu’un des objectifs est une « utilisation économe des espaces naturels, la préservation des espaces affectés aux activités agricoles et forestières et la protection des sites, des milieux et paysages naturels ».

    Dans ce projet de PLU, où est l’économie des espaces naturels ? Les espaces affectés aux activités agricoles et forestières sont-ils préservés ?

    Il s’agit au final d’un projet néfaste et toxique pour toutes les raisons évoquées auparavant, avec un avis négatif de la CDPENAF dont vous avez connaissance et que vous ne pouvez ignorer (avis, qui pour des raisons douteuses ne vous est pas parvenu dans les délais…….. Induisant, de fait une transformation d’un avis défavorable (12 voix contre, 3 voix pour) émis par ce conseil, en un avis favorable…….)
    Avis négatif partagé également par la chambre d’agriculture.
    Je vous remercie, Monsieur le Commissaire Enquêteur de prendre en compte ces arguments, et de donner un avis défavorable à cette modification du PLU de Wintzenheim.

    Sebastien ROTH

  • Thalinger Didier

    Objet : Projet de ZAE rue de Tiefenbach

    Mr Le Commissaire enquêteur

    Je vous fais par ci-joint de mes remarques relatives au projet de changement de PLU pour la commune de Wintzenheim et au projet de 22 Ha situé dans la zone agricole de Tiefenbach.
    Je me réfère principalement aux explications données lors des réunions publiques ou lors d’entretiens avec Mr Le Maire ou son adjoint, notamment lors de la manifestation au carrefour de la Croix blanche.
    Sur la partie Orientation Générale :
    Ainsi, lors d’une première réunion publique, les directives générales de l’Etat avaient été reprises dans une présentation Power Point, expliquant les orientations générales demandées aux communes, à savoir :
    – Une attention à limiter l’empreinte sur les terres agricoles
    – Le remplissage des « dents creuses »
    – L’utilisation et optimisation des friches industrielles existantes.
    Or, le projet d’extension de 22Ha présenté est en contradiction totale avec les thèmes évoqués et présentés lors des réunions publiques , et ce sur un sujet qui a préoccupé les parlementaires en fin d’année 2018 et qui correspond à une inquiétude croissante des Français face à une tendance de conquêtes de terres agricoles qui absorbe actuellement l’équivalent d’un département Français tous les 5 ans.

    Sur la partie « Création d’emplois » et « Génération de revenus pour la Commune »
    Une argumentation utilisée par la Municipalité se réfère à la création d’emplois et de revenus pour la Commune. A la question de savoir quels étaient les projets et types d’activité envisagés, il a été répondu que 2 investisseurs potentiels s’étaient intéressés, à savoir :
    – Un cabinet d’expert comptables colmarien, qui préfère une situation en périphérie à un accès de centre ville.
    – Un garage automobile, qui envisagerait de déménager d’Ingersheim.
    A ce titre , on constatera que la discussion porte sur des transferts d’emplois, au détriment de communes voisines, pour des raisons de convenance ( accès) , sans création nette d’emplois ou de revenus , avec une emprise sur des terres agricoles nouvelles qui renforceront la désertification des centre villes sur les communes avoisinantes concernées.
    La question est de savoir s’il existe une réelle demande pour des zones d’activités économiques, et si cette demande est coordonnée au sein de l’Intercommunalité :si il existait une réelle pression et dynamique économique , les entreprises envisageraient bien l’utilisation de friches industrielles existantes.

    Sur la partie Coordination et Intercommunalité

    Il s’avère que le projet de ZAE de 22Ha s’intègre dans une plan plus vaste sur une zone de 70Ha, avec une partie déjà établie pour la commune de Wettolsheim et une zone prévue par Colmar.
    Le projet est présenté comme une dernière chance de prévoir un projet propre et autonome à la commune de Wintzenheim, alors qu’au contraire, une réflexion à l’étage Intercommunal s’impose.
    En terme de cohésion territoriale et paysagère, si la zone industrielle Ricoh est étendue, et si des extensions aux Erlen sont envisagées, ne serait-il pas logique de concentrer les activités économiques sur ces zones établies ?
    Au lieu de cela , nous constatons au niveau de chaque commune des actions isolées, voir compétitives, et tout ceci au détriment des terres agricoles et d’un paysage qui sera anéanti à jamais.

    En ce sens et en conclusion, il importe de s’élever et de changer de dimension, en se projetant dans une perspective plus globale ( intercommunale ) et temporelle ( les générations à venir) , conduisant à :
    – Revoir ce projet et avoir une réflexion coordonnée
    – Se préoccuper de la cohésion territoriale , en reconsidérant l’utilisation des friches existantes, quitte à en assumer des coûts
    – En projetant une vision d’avenir sur le paysage , en cohésion avec les habitations résidentielles de Colmar et de Wintzenheim et un environnement agricole de vignes et de champs.
    A l’heure ou les préoccupations de préservation de terres agricoles face au développement peri-urbain deviennent générales, un avis défavorable à ce projet à contresens des tendances actuelles serait souhaité.

    Je vous prie d’agréer, monsieur le Commissaire Enquêteur, à l’expression de mes salutations distinguées.
    Didier Thalinger
    Objet : Projet de ZAE rue de Tiefenbach

    Mr Le Commissaire enquêteur

    Je vous fais par ci-joint de mes remarques relatives au projet de changement de PLU pour la commune de Wintzenheim et au projet de 22 Ha situé dans la zone agricole de Tiefenbach.
    Je me réfère principalement aux explications données lors des réunions publiques ou lors d’entretiens avec Mr Le Maire ou son adjoint, notamment lors de la manifestation au carrefour de la Croix blanche.
    Sur la partie Orientation Générale :
    Ainsi, lors d’une première réunion publique, les directives générales de l’Etat avaient été reprises dans une présentation Power Point, expliquant les orientations générales demandées aux communes, à savoir :
    – Une attention à limiter l’empreinte sur les terres agricoles
    – Le remplissage des « dents creuses »
    – L’utilisation et optimisation des friches industrielles existantes.
    Or, le projet d’extension de 22Ha présenté est en contradiction totale avec les thèmes évoqués et présentés lors des réunions publiques , et ce sur un sujet qui a préoccupé les parlementaires en fin d’année 2018 et qui correspond à une inquiétude croissante des Français face à une tendance de conquêtes de terres agricoles qui absorbe actuellement l’équivalent d’un département Français tous les 5 ans.

    Sur la partie « Création d’emplois » et « Génération de revenus pour la Commune »
    Une argumentation utilisée par la Municipalité se réfère à la création d’emplois et de revenus pour la Commune. A la question de savoir quels étaient les projets et types d’activité envisagés, il a été répondu que 2 investisseurs potentiels s’étaient intéressés, à savoir :
    – Un cabinet d’expert comptables colmarien, qui préfère une situation en périphérie à un accès de centre ville.
    – Un garage automobile, qui envisagerait de déménager d’Ingersheim.
    A ce titre , on constatera que la discussion porte sur des transferts d’emplois, au détriment de communes voisines, pour des raisons de convenance ( accès) , sans création nette d’emplois ou de revenus , avec une emprise sur des terres agricoles nouvelles qui renforceront la désertification des centre villes sur les communes avoisinantes concernées.
    La question est de savoir s’il existe une réelle demande pour des zones d’activités économiques, et si cette demande est coordonnée au sein de l’Intercommunalité :si il existait une réelle pression et dynamique économique , les entreprises envisageraient bien l’utilisation de friches industrielles existantes.

    Sur la partie Coordination et Intercommunalité

    Il s’avère que le projet de ZAE de 22Ha s’intègre dans une plan plus vaste sur une zone de 70Ha, avec une partie déjà établie pour la commune de Wettolsheim et une zone prévue par Colmar.
    Le projet est présenté comme une dernière chance de prévoir un projet propre et autonome à la commune de Wintzenheim, alors qu’au contraire, une réflexion à l’étage Intercommunal s’impose.
    En terme de cohésion territoriale et paysagère, si la zone industrielle Ricoh est étendue, et si des extensions aux Erlen sont envisagées, ne serait-il pas logique de concentrer les activités économiques sur ces zones établies ?
    Au lieu de cela , nous constatons au niveau de chaque commune des actions isolées, voir compétitives, et tout ceci au détriment des terres agricoles et d’un paysage qui sera anéanti à jamais.

    En ce sens et en conclusion, il importe de s’élever et de changer de dimension, en se projetant dans une perspective plus globale ( intercommunale ) et temporelle ( les générations à venir) , conduisant à :
    – Revoir ce projet et avoir une réflexion coordonnée
    – Se préoccuper de la cohésion territoriale , en reconsidérant l’utilisation des friches existantes, quitte à en assumer des coûts
    – En projetant une vision d’avenir sur le paysage , en cohésion avec les habitations résidentielles de Colmar et de Wintzenheim et un environnement agricole de vignes et de champs.
    A l’heure ou les préoccupations de préservation de terres agricoles face au développement peri-urbain deviennent générales, un avis défavorable à ce projet à contresens des tendances actuelles serait souhaité.

    Je vous prie d’agréer, monsieur le Commissaire Enquêteur, à l’expression de mes salutations distinguées.
    Didier Thalinger

  • LEUILLIER DANIEL

    Monsieur le commissaire enquêteur, voici nos remarques et commentaires sur le projet de zone économique rue du Thiefenbach

    1) A l’heure où tout le monde se plait à dire, STOP, à la suppression des terres agricoles car les exploitants sont indispensables aux maintiens, à l’entretien, à l’ouverture de nos paysages et à la production de nos produits locaux de proximités, on poursuit ce travail de destruction. Ne serait-il pas enfin temps de conserver cette richesse et cette nature aux abords de nos villes et villages ?

    2) On parle de création d’emplois, mais les agriculteurs c’est aussi des emplois et des acteurs économiques, alors pourquoi vouloir les « remplacer » ???

    3) Ce poumon vert de la rue du Tiefenbach, profite aussi bien aux colmariens qu’aux personnes des villages avoisinants. La destruction de cet espace de nature va détruire la faune, la flore, un écho système indispensable. Pourquoi à nouveau sacrifier la nature au dépend du béton ?

    4) Dans ce secteur nous trouvons des vignes à l’appellation AOC, quel impact cette urbanisation va avoir par rapport à ces vignes ?

    5) Deux zones économiques existent déjà à proximité, celle de la route de Rouffach et celle de Logelbach, pourquoi une troisième zone si proche, ça n’a pas de sens ?

    6) Nous souhaitons conserver l’âme de notre village et le bien-être de ses habitants. Pourquoi systématiquement vouloir transformer nos villages en ville ?

    7) Nous sommes nombreux et nombreuses à être venus habités Wintzenheim, pour son côté village encore entouré d’une nature riche et de proximité. Pourquoi vouloir absolument privilégier l’aspect économique au bien-être des administrés ?

    8) Il a été dit et écrit au sujet du projet Tiefenbach« discuté OUI mais abandonner le projet pas question ». On nous propose des aménagements à la marge alors qu’aucun aménagement n’y fera car c’est le site naturel dans son ensemble qu’il faut épargner et sauver.
    Malgré l’actualité récente, nos élus seraient-ils toujours atteints de surdité ? car leurs administrés ne veulent plus subir mais être écoutés et entendus !

    9) Aux abords du rond-point dit de la Croix Blanche, donc en face du futur projet d’aménagement, il existe des bassins de RETENTION. Il est évident que ces bassins ne sont pas là par hasard ; Nous pouvons considérer que cette zone est potentiellement une zone à risque d’inondation. L’artificialisation des terres agricoles juste en face, ne va qu’aggraver ce phénomène d’inondation. A-t-on véritablement mesuré ce risque ? depuis plus de 15 ans nous n’avons jamais été inondés, si après ces travaux nous le sommes, avons-nous des recours, demain, contre les décideurs de ce projet ?

    10) On consomme de l’espace agricole de manière déconnectée des besoins. Le programme présidentiel d’Emmanuel Macron évoquait « l’objectif de mettre un terme à l’artificialisation des terres ». Voici l’occasion de mettre en pratique les mots et les actes, qu’en pensez-vous ?
    Toutes ces questions amènent des réponses, qui, si la raison doit l’emporter sur les intérêts purement économiques, doivent conforter l’idée qu’un tel projet ne doit pas voir le jour. Il serait temps que nos élus reviennent à la raison et qu’ils défendent plus notre terre « nourricière ».
    Les terres agricoles constituent une ressource rare et non renouvelable. Elles remplissent les fonctions de production de denrées alimentaires et d’énergies renouvelables, de préservation de la biodiversité, de maintien du cadre de vie et des paysages ou de protection contre les risques naturels.

    Nous vous prions, Monsieur le commissaire enquêteur de bien vouloir noter notre opposition à cette zone économique rue du Tiefenbach.

    Elisabeth et Daniel LEUILLIER (membres du collectif ATE – Association Tiefenbach Environnement),

    .

  • ROTH Jean

    Ceci est destiné à rectifier l’erreur de date sur l’observation précédente.
    L’observation 21 est à dater du 03/04/2019 et non 03/03/2019.
    Merci d’en prendre note et de m’en excuser.
    Roth.

  • ROTH Jean

    Ceci est destiné à rectifier l’erreur de date sur l’observation précédente.
    L’observation 21 est à dater du 03/01/2019 et non 03/03/2019.
    Merci d’en prendre note et de m’en excuser.
    Roth.

  • ROTH Jean

    Wintzenheim, le 03/03/2019

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Jusqu’à présent, je m’étais essentiellement appesanti sur des considérations relatives à des notions de pollution , de terres agricoles bétonnées, de friches industrielles polluées et inutilisées, de dents creuses.
    Je souhaiterais insister ici également sur des considérations environnementales plus spécifiquement centrées sur les 22 ha que le projet de PLU envisage de transformer en ZAE.
    Dans le rapport de présentation du PLU explicitant l’ état initial de l’environnement, les rédacteurs reprennent les conditions primaires du Grenelle de l’environnement. Je cite :

    «Le Grenelle de l’environnement, et tout particulièrement la loi portant engagement national pour l’environnement du 12 juillet 2010, introduit des évolutions importantes dans le Code de l’Urbanisme, notamment en ce qui concerne les SCoT et les PLU. Ainsi, la lutte contre le changement climatique, l’adaptation à ce changement, la maîtrise de l’énergie, la lutte contre la régression des surfaces agricoles et naturelles,la préservation de la biodiversité à travers la conservation et la restauration des continuités écologiques, deviennent des objectifs explicites des documents d’urbanisme.
    L’évaluation environnementale des documents d’urbanisme vise à placer l’environnement au cœur du processus de décision et d’aménagement » (Source: CGDD-SEEIDD, 2011, page 7 du document de présentation)
    Nous sommes dans la zone du TIEFENBACH directement impactés par ce projet de ZAE et il importe de se rendre compte que ce n’est pas seulement cette zone de 22 ha qui se trouve concernée mais toute la zone de COLMAR AGGLOMERATION qui s’étend de la route de Rouffach aux ERLEN, jusqu’à l’usine RICOH, revenant vers WETTOLSHEIM puis WINTZENHEIM via la rue duTIEFENBACH, ce qui représente une surface beaucoup beaucoup plus vaste que les prétendus 22 ha de ZAE.
    En effet, la conformation de cette zone permet de constater que du sud-est de Colmar, à WETTOLSHEIM dans sa fraction EST et enfin WINTZENHEIM au SUD EST dans le secteur de la Croix Blanche , l’installation d’une ZAE contraindra tous les résidents de cet énorme secteur à bénéficier d’un horizon limité en hauteur, du fait des 15 m accordés et autorisés pour les bâtiments à venir, , en profondeur par les kms d’extension du Tiefenbach jusqu’à l’usine RICOH et enfin en direction OUEST-EST , de WETTOLSHEIM vers COLMAR voire même des hauteurs du HOHLANDSBOURG sur cette frange industrialisée.
    Les riverains de la rue d’Eguisheim à COLMAR ne le seront pas moins puisque l’extension semi lunaire de cette zone se trouvera directement en face de la ZAE.
    J’ai le souvenir de l’impact visuel des ALPES suisses en plein sud et celui de cette grande étendue de terres agricoles en descendant du Hohlandsbourg. Je ne peux me résoudre à perdre cela au prétexte d’une industrialisation immodérée et injustifiée de ce secteur. Les arguments développés dans le projet de PLU ne sont absolument pas convaincants.
    1) Donner du travail à tous les chomeurs de WINTZENHEIM est illusoire.Personne ne croira que tous les emplois hypothétiquement crées par cette ZAE seront occupés par les chomeurs de la cité.
    2) Personne ne sait à l’heure actuelle quelles sont les industries qui viendront s’installer dans cette ZAE car à notre connaissance , personne n’a fait œuvre de candidature et les deux seules entreprises dont le Garage Mercedes et un comptable qui avaient postulé se sont désistées.
    Finalement le seul argument crédible développé par la Mairie est celui de la manne financière qu’apporterait cette industrialisation.
    Mais il ne faut pas se leurrer et sans aucun doute cela finira au terme de quelques années par la réapparition de friches vides, abandonnées , comme cela s’est passé au Centre EUROPE de MULHOUSE. Mais le tout sera bétonné et on ne reviendra plus en arrière.
    L’environnement n’aura pas été respecté.
    Les cadres de vie seront désolants et les périmètres de protection des espaces naturels seront de plus en plus restreints. Inutile de préciser quelle sera l’influence de cette bétonisation sur la faune et la flore, tout cela dans le non respect des 3 continuums écologiques qui perdront leur identité et la disparition des réservoirs de biodiversité.
    Sans parler des nuisance de tous ordres qui ont déjà été évoquées à de nombreuses reprises.
    Bref, on va transformer WINTZENHEIM en nouvelle cité prétendument industrialisée, qui fera le jeu de COLMAR AGGLOMERATION, et on verra à terme apparaitre la transformation de cette cité en cité dortoir.
    Tout le monde le sait et tout le monde ferme les yeux. Il n’y a pour s’en convaincre qu’à considérer la désaffection commerciale qui affecte le centre ville et la rotation rapide des commerces éphémères.
    On sait où cela va nous mener.
    J’éviterai de plomber ces lignes par nombre de références et renvois issus du texte de présentation de ce PLU et pour toutes ces raisons que vous aurez surement déjà lues dans les autres observations qui vous ont été et vous seront soumises, je vous demande d’émettre un avis défavorable à la révision du PLU de WINTZENHEIM

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire, l’expression de ma haute considération

    JP ROTH

  • Observation anonyme

    Complément de message :

    Le 14 décembre 2018, à la Conférence de l’Onu, COP 24, une jeune fille très courageuse, Greta de Thunberg a dit ceci :
    En 2078 je célébrerai mon 75ème anniversaire et si j’ai des enfants, ils fêteront peut-être ce jour avec moi. Peut-être qu’ils me parleront de vous, qu’ils me demanderont pourquoi vous n’avez rien fait,quand il était encore possible d’agir.

    Florabeth

  • Observation anonyme

    Bonjour,

    Mr le Commissaire enquêteur,

    Le 14 décembre 2018, à la Conférence de l’Onu, COP 24, une jeune fille très courageuse, Greta de Thunberg a dit ceci :
    <>
    Moi aujourd’hui, je vous demande de conserver et de protéger l’environnement vert, et les espaces agricoles déjà bien trop peu restants. Nous en avons tous besoin ! Pensez à nos enfants à tous, nos petits-enfants, et tous ceux qui suivent.
    Les visions à court terme et cette politique de destruction des espaces naturels ou agricoles sont délétères pour l’avenir de la planète, et donc pour nous les humains qui y vivons. Ne l’oublions pas, la planète ne nous appartient pas !
    Monsieur le Commissaire enquêteur, entendez mon appel.

    Florabeth

  • ROTH Danièle

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Si je reprends les dires de Monsieur Thibaut ROTH , (qui porte le même patronyme quoique nous n’ayons aucun lien de parenté) il énonce clairement les éléments suivants :
    « une pollution potentielle de l’air, des terres et de l’eau, des nuisances visuelles, sonores, olfactives, liées aux établissements industriels et artisanaux avec pour toute protection des « espaces tampons » forcement limités car non rentables. Les pollutions de la décharge du LIGIBEL et du site JAZ, non traitées à ce jour en sont une triste illustration. »
    Ce sont des données que nous connaissons parfaitement à la date du jour.

    Or dans le document de la Mission régionale d’autorité environnementale Grand Est, datée à Metz du 15 Mars 2019, il est précisé en page 6/11 des éléments relatifs à :

    1° « La consommation foncière » (6/11 de la MRAE Grand-Est)

    Les données de bas de page référencées 7 Ucb : site JAZ ayant vocation à accueillir des opérations destinées à la valorisation du site par l’implantation de logement et d’hébergement , de commerces, d’activités de restauration de service, d’hébergement hôtelier et touristique et de cinémas) ne précisent en aucune manière la manière dont vont être dépolluées ces surfaces ( que l’on sait contaminées par des métaux lourds et tache radioactive).
    Si l’on s’en réfère aux données de dépollution prévues, ,il s’agira d’une dépollution de surface sur une cinquantaine de cm de profondeur, la dépollution complète étant de toute évidence beaucoup trop onéreuse.
    Il est impensable d’imaginer que cette zone accueillera des opérations valorisant le site pour être secondairement occupées par des organes d’hébergement hôtelier et touristique, de commerces, de restauration donc accueillant du public sans que ne soient prises en considérations les données de sanitaires et de santé publique.
    Donc si le plan d’urbanisme maintient sa position, je vous demande instamment d’émettre un avis défavorable à la révision de ce PLU pour ce qui concerne la friche JAZ tant que celle-ci n’aura pas été officiellement , efficacement et scientifiquement décontaminée.
    Dès lors elle pourra être réhabilitée et la municipalité pourra récupérer des hectares de terrains actuellement inutilisables dont elle a besoin aux fins qu’elle a prévues au lieu de bétonner des terres agricoles

    2) Le projet de PLU prévoit deux zones 2 AU dont la seconde est occupée par des vignes qui devraient disparaitre dans la conjoncture prévue. Or l’INAO n’a toujours pas à ce jour, apporté de réponse relative à l’évolution de cette parcelle.
    De plus les réserves foncirèes ne sont pas prévues par le Scot qui même s’il ne les autorise pas ne les interdit pas.
    Donc quoiqu’il en soit, avant tout projet d’urbanisation ou d’aménagement des zones 2AU, il faut que le PLU fasse l’objet d’une révision

    3) La réunion de la CDPENAF s’est tenue le 7 mars 2019.

    Je ne vous rappelle pas les conditions douteuses dans lesquelles le compte rendu de la CDPENAF est prétendument parvenu hors délai avec 48 h de retard au maire de WINTZENHEIM, rendant ainsi l’ avis de la CDPENAF caduque et transformant l’avis défavorable (par 12 voix contre et 3 voix pour parce que cela on le sait !), en avis de fait favorable.
    De ce fait, vous avez estimé ne pas devoir nous transmettre ce document, alors pourtant que son contenu apparait indispensable à une instruction complète et objective du dossier.

    Tenant compte de ces éléments , clairement identifiables dans le PLU et les documents annexes, je vous demande donc d’émettre un avis défavorable à la révision du P.L.U de WINTZENHEIM.

    Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, l’assurance de ma haute considération

    Danièle ROTH

    MRAE1.jpeg
  • ROTH Thibaut

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    PLU, que dit la loi ?
    La loi dite « Grenelle 2 de l’environnement » reprend les principes du Développement Durale » et s’impose aux documents d’urbanisme locaux (dont les PLU), ils sont déclinés en « règles applicables » dans le SCoT et concernent notamment:
    – la gestion économe du sol,
    – la protection des paysages,
    – la préservation des espaces agricoles,
    – le maintien des coupures vertes,
    – la réduction des pollutions …

    Que prévoit le PLU modifié de Wintzenheim ?
    – 21,3 ha de terres agricoles condamnés par une ZAE qui s’ajoute à celles prévues par Colmar et Wettolsheim dans le même secteur du sud de Colmar, (secteur Croix Blanche / Ricoh)
    – des bâtiments industriels et artisanaux jusqu’à 15 m de hauteur, voire plus ponctuellement.
    – des espaces agricoles quasiment enclavés par les zones économiques prévues dans les 3 PLU.
    – une coupure verte sacrifiée par les constructions
    – une pollution potentielle de l’air, des terres et de l’eau, des nuisances visuelles, sonores, olfactives, liées aux établissements industriels et artisanaux avec pour toute protection des « espaces tampons » forcement limités car non rentables. Les pollutions de la décharge du Ligibel et du site Jaz, non traitées à ce jour en sont une triste illustration.
    Ce projet de révision du PLU est condamnable parce qu’il ne respecte pas la loi.
    De plus aucun justificatif chiffré sur le taux de remplissage des zones existantes (prenant en compte les projets déjà actés), des besoins réels chiffrés eux aussi, des pertes d’activités agricoles et des emplois directs et indirects correspondant ne vient étayer ce nouveau projet.
    Monsieur le Commissaire, je vous demande de vous référer à la loi….et au bon sens, pour formuler un avis défavorable à ce projet non compatible avec le SCoT Colmar Rhin-Vosges.
    Avec mes salutions les plus sincères.
    Un habitant de Wettolsheim.

  • FREYBURGER JEAN

    Monsieur le Commissaire enquêteur
    Concernant l’enquête publique d’aménagement du Tiefenbach, voici mes observations:
    La préservation de la nature veut qu’on arrête de sacrifier ces terres agricoles,de peu d’intérêt économique, mais de grand intérêt environnemental, en évitant leur artificialisation. L’argument de création d’emploi sonne faux. A Wintzenheim, les anciens sites textiles de Logelbach ont été convertis en logements. Un non-sens. Voila des sites pour le commerce et l’industrie,leur destination 1ère, idem pour Jaz. Une coupure verte entre la ville et les villages à caractère rural est vitale, ceux-ci n’ayant pas vocation à devenir des banlieues.

    J’émet un avis défavorable à la Commission d’enquête. FREYBURGER Jean

  • Heitz Thierry

    Monsieur le Commissaire-Enquêteur,

    Etant riverain de la zone en question, je me suis renseigné sur les projets pharanoniques désastreux de la CAC.

    Comment se fait-il que en 2019 les maires peuvent toujours aussi facilement urbaniser leur ban communal et saccager milieux naturels, biodiversité et paysages, pour avoir chacun « sa » ZAC ? Derrière les discours creux de développement durable, ils ne ne savent que bétonner. Pourquoi n’y a t’il pas une obligation de concertation des maires de la CAC et d’ailleurs pour une gestion réellement économe et responsable des terres agricoles? L’artificialisation de nouvelles terres ne devrait se faire qu’en dernier recours et de façon très limitée. 

    Qu’allons-nous laisser à nos enfants ? une Alsace massivement et irréversiblement bétonnée, avec des entrées de villes et villages défigurés par des zones commerciales et artisanales hideuses ? Utilisateur quotidien du train, je ne peux que déplorer la multiplication des hangars logistiques à poids lourds et autres espaces massacrés. N’y a-t’il donc rien d’autre à faire le samedi que de se rendre d’un cube commercial à l’autre, pour garnir de tristes parkings avec son petit ou gros SUV, car les transports en commun sont anecdotiques, pour acheter des produits importés du bout du monde ? Ne pleurez pas la mort du petit commerce au centre alors.

    Créer des emplois, oui, mais pas à n’importe quel prix. On ne bétonne pas d’abord, et après on verra ce qu’on en fait. Utilisez les nombreux sites abandonnés, leur reconversion créera plus d’emplois. Gardez les terres agricoles pour une production et consommations locales, éduquez la population au respect et la valorisation du patrimoine naturel. 
    Nos enfants grandissent en entendant tous les jours que la planète est foutue, ils ne savent pas reconnaître plus de 3 espèces d’oiseaux ou de fleurs sauvages (leurs parents à peine mieux), ils sautent d’un écran à l’autre, et pourtant nous les poussons sans relâche dans la société du toujours plus. Il faut changer de façon de vivre et de penser, et ça commence par ne plus cautionner ce genre de projets. Quand on voit le mur s’approcher, on ralentit et on change de direction.

    Je m’oppose donc à ces projets d’urbanisation insensés aux bénéfices minuscules ou hasardeux à court terme à un coût désastreux à long terme.

  • ROTH Jean-Paul

    Wintzenheim, le 30/03/2019

    Lettre à Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    1. L’article L151-5 du Code de l’Urbanisme dispose :
    « Le projet d’aménagement et de développement durables définit :
    1.Les orientations générales des politiques d’aménagement, d’urbanisme, de paysage, d’équipement, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques ;
    2.Les orientations générales concernant l’habitat, les transports et les déplacements, les réseaux d’énergie, le développement des communications numériques, l’équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l’ensemble de l’établissement public de coopération intercommunale ou de la commune. Il fixe des objectifs chiffrés de modération de la consommation de l’espace et de lutte contre l’étalement urbain. »

    2. Le projet d’aménagement et de développement durables (PADD)
    Le PADD, dans sa version datée du 6 décembre 2018, est donc l’une des composantes fondamentales du projet de Plan Local d’Urbanisme (PLU) de WINTZENHEIM.
    Il doit nécessairement parvenir à trouver le point de rencontre entre les impératifs démographiques, sociaux, économiques et environnementaux.

    3. Dans le bulletin communal « La Gazette du Lévrier » n° 60 diffusé fin 2018, il est précisé, entre autres, en page 9, le souci de « prise en compte des enjeux environnementaux et notamment la proximité des exploitations viticoles.
    Environ 20 hectares, en prenant en compte les densifications du centre bourg, pourront être urbanisables à moyen terme, c’est-à-dire à échéance du PLU d’ici 2033.
    Le Plan Local d’Urbanisme est aussi l’outil permettant le développement économique et la réalisation des enjeux déterminés à l’échelle intercommunale.
    Une nouvelle zone d’activités de 22 hectares dédiée à l’artisanat, à l’industrie et au tertiaire est créée à l’est du territoire communal en continuité de la zone future urbanisable de Colmar ».

    4. Le PADD apporte des précisions importantes, en énonçant :
    « De façon à répondre aux demandes locales de mise à disposition de foncier pour l’implantation d’activités économiques, il est prévu, au niveau communal, l’extension sud de la zone d’activités de l’Europe, ainsi que la création d’un secteur d’activités au Sud/Est du ban.

    5. De toute évidence, le projet comporte nombre de contradictions sur ces points.

    a. Il convient de rappeler qu’il existe déjà sur le territoire de la commune plusieurs zones d’activités (site JAZ, site AUCHAN, LOGELBACH), dont la situation permettrait manifestement de satisfaire l’éventuelle demande de mise à disposition de foncier.

    Dans la mesure où le PADD fait état de l’extension sud de la zone d’activités de l’Europe, on ne voit pas l’intérêt pour la commune, de créer une nouvelle zone, qui plus est de 22 hectares, qui ne pourrait qu’aboutir à une surdensité commerciale à WINTZENHEIM.

    Il est évident que, de ce fait, c’est tout le tissu commercial du centre-village qui s’en trouverait affecté.

    Un parallèle peut utilement être fait avec la Ville de MULHOUSE, qui, à force de voir se développer les zones de KINGERSHEIM, WITTENHEIM, MORSCHWILLER-LE-BAS, RIXHEIM-ILE NAPOLEON, a vu et voit encore se multiplier, en centre-ville, les friches commerciales, en ce comprises les galeries commerciales qui y sont implantées, et qui subissent de plus en plus de désaffection, tant de la clientèle que des professionnels.

    b. Sans pour autant méconnaître les critères d’intercommunalité, il n’appartient certainement pas à la ville de WINTZENHEIM, et encore moins à ses habitants, de céder aux velléités expansionnistes de la ville voisine de COLMAR, et donc de la CAC.

    On peut en effet imaginer que la réserve foncière de la « tête de file » de la CAC suffit à satisfaire ses besoins, sans qu’il soit nécessaire, pour elle, de rogner sur le territoire des communes limitrophes, COLMAR se réservant de la sorte un secteur d’habitation qui ne serait plus autorisé aux autres, ou serait à tout le moins trop restreint.

    c. Le PADD met encore en avant le fait que les nouveaux secteurs d’urbanisation (activités ou habitat) devront justifier d’une qualité d’intégration dans leur environnement paysager.

    Sur ce point, il est constaté que la création d’une zone d’activités dans le secteur du Tiefenbach aboutirait inéluctablement à un véritable saccage de l’environnement paysager.

    En effet, à l’heure actuelle, cette zone est constituée, pour partie de terres agricoles en exploitation au sud de la Rue du Tiefenbach, et d’une zone pavillonnaire au nord de cette voie.

    Or, le projet tend à l’implantation, aux lieu et place des terres agricoles, d’une zone d’activités de 22 hectares.

    Cette mise en place ne pourrait se faire, de toute évidence, sans la création simultanée d’infrastructures importantes, dont la conséquence serait naturellement d’étendre, de fait, la surface initialement projetée.

    Pour n’en prendre que deux exemples, citons les nécessités d’aménager des accès importants pour la desserte de cette zone (pour VL et poids lourds), ou encore l’aménagement d’un réseau d’assainissement compatible avec l’ampleur du projet.

    Il en est d’autant plus ainsi que, sans autres précisions à ce jour, la zone en question serait ouverte à toutes les activités, commerciales, industrielles et tertiaires, seule l’agriculture s’en trouvant de facto bannie.

    Toute ceci ne peut se faire qu’au prix de la déclassification des terres agricoles, de prairies, de bosquets, de haies, de la faune qui les occupe, terres qui s’en trouveraient donc totalement bétonnées et macadamisées d’une part, de la rupture du cadre de vie des riverains d’autre part.

    En outre, la notion d’intérêt public est particulièrement critiquable, en considération des autres zones d’activités ouvertes dès à présent sur le territoire de la commune.

    d. La Ville de Colmar dispose d’une réserve foncière suffisante à constituer de nouvelles zones économiques si elle l’estime utile, sans pouvoir prétendre, par le biais de la CAC, en quelque sorte « s’approprier » des terres dépendant de la commune de WINTZENHEIM.

    e. Il en est d’autant plus ainsi que, parallèlement, elle envisage, probablement en accord avec la ville de WETTOLSHEIM, une extension de la zone d’activités des ERLEN, et notamment du site RICOH.

    f. Partant, opérer la jonction entre la zone des ERLEN et celle projetée du TIEFENBACH aboutirait à la création d’une zone d’activité gigantesque, et manifestement trop importante au regard du tissus existant.

    Il faut densifier la commune de manière raisonnée et non anarchique à partir des quartiers périphériques déjà ouverts à l’aménagement.

    L’évolution future de la commune passera par l’intermédiaire d’une densification de l’enveloppe urbaine existante.

    Voilà la démarche vers laquelle devrait tendre une commune telle que la nôtre et non pas s’enliser dans des choix contraires façonnés au fil du temps par une appétence cupide, financière et mercantile.
    C’est pour toutes ces raisons que je vous demande d’émettre un avis défavorable à la révision du P.L.U de Wintzenheim

    Veuillez croire Monsieur le Commissaire Enquêteur, en l’assurance de mes très déférents sentiments

    Jean-Paul ROTH

  • Observation anonyme

    En Alsace ce sont 600 hectares de terres qui en moyenne sont artificialisées par an et ce sont souvent des terres agricoles fertiles perdues à jamais pour nous et pour les générations futures. Le coût écologique de ces pertes de terre doit être pris en compte ce qui n’est trop souvent pas le cas. Cette course vers toujours plus de croissance est suicidaire. Notre terre ne supporte plus ces exactions. Si tous les habitants de la terre vivant comme nous français, il faudrait 3 planètes. L’on peut vivre mieux avec moins.
    Ce projet de zone industrielle et artisanale est d’un autre temps. Il faut respecter le peu de terre non artificialisées qui nous reste.
    J’émets donc un avis défavorable concernant la modification du PLU.
    R. DREYER

  • HILLEBRAND Jean-Philippe

    Il est incroyable qu’au XXI Siècle il faille encore se battre pour maintenir des zones vertes dans et en périphérie des villes et villages.
    Il n’est plus nécessaire aujourd’hui de se poser la question sur les bienfaits de ces zones sur le bien vivre et la cohésion sociale. Il suffit de consulter les études des urbanistes, sociologues, psychologues, etc…, qui traitent du sujet.
    De plus dans et autour de Colmar il existe des zones bétonnées en « friche », apprenons à les valoriser…

  • Haeffelin Annik

    Monsieur le commissaire enquêteur
    Le Schéma de Cohérence Territoriale Colmar Rhin-Vosges arrêté le 24 mai 2016 stipule clairement dans ses orientations la priorité de préservation des espaces agricoles ( notamment en évitant le morcellement et l’enclavement des parcellles agricoles déjà implantées), la préservation des noyaux de biodiversité, le maintien des coupures d’urbanisation…
    Rien de tout cela dans ce projet de PLU qui détruit des hectares de culture, de vergers et de haies et devient de ce fait non compatible avec le SCoT qu’il est censé respecter.
    Alors Monsieur le commissaire je vous demande d’émettre un avis défavorable à la révision du PLU.
    Respectueuses salutations
    Une habitante de Wintzenheim

  • ROTH Jean-Paul

    Wintzenheim , le 28/03/2019

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Dans sa délibération du Vendredi 8 Juin 2018, sous la présidence de Monsieur le Maire Serge NICOLE, le Conseil Municipal de WINTZENHEIM, entre autres délibérations, adoptait le point suivant :

    (Réf : Merci de vous référer à la seule et unique pièce joignable à ce document et figurant en pièce jointe)
    (« Registre des délibérations du Conseil Municipal de WINTZENHEIM du 8 Juin 2018 page 1 et 4 »)

    Le projet de réaménagement de la zone du TIEFENBACH va de toute évidence à l’encontre de l’orientation ainsi définie par les élus.

    La zone agricole existante n’est ni maintenue ni même développée, mais a vocation à être remplacée par une zone d’activités économiques dont nul , à ce jour, n’est en mesure de préciser la nature.

    De ce fait, il est plus que vraisemblable que, si le projet était mené à son terme, les terres agricoles seraient alors remplacées par des infrastructures bétonnées et/ou macadamisées, ce qui est contradictoire avec le vœu exprimé par le Conseil Municipal.

    Par ailleurs, cette même délibération adopte le critère de respect de la qualité de vie des habitants.

    Manifestement, ce critère ne peut être satisfait par l’implantation d’une zone d’activités économiques, dans la mesure où elle génèrerait pour les habitants des nuisances de tous ordres , pollutions de formes variables selon que l’on s’intéresse au milieu pollué ou aux types de polluants. Sur cette ZAE, on retrouvera sans aucun doute les éléments de pollution suivants :

    Pollution acoustique
    C’est une nuisance liée à un phénomène acoustique (bruit) considéré d’une manière générale, sans qu’une source particulière soit identifiée ou mise en cause.
    Pollution sonore voitures/camions/industries/compresseurs/circulation

    Pollutions liées à la circulation qui rejoignent les pollutions sonores, olfactives , visuelles de jour comme de nuit. (chargement / déchargement, arrivées de poids lourds) du fait de l’augmentation notoire de la circulation dans la zone projetée et par conséquent :

    Pollution atmosphérique
    Elle se manifeste par la présence dans l’air de particules ou de gaz nocifs qui entraînent, en fonction de leur concentration, des inconvénients pour les riverains

    L’introduction par l’homme, directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives.

    Exemples : oxydes de carbone, de soufre et d’azote, poussières, particules radioactives provoquées par les rejets :
    • des installations de chauffage,
    • des moteurs à combustion,
    • des installations industrielles,
    • des incinérateurs.
    Pollution biologique par suppression d’un biotope susceptible d’accueillir nombre d’espèces exogènes
    Pollution chimique

    Selon le type d’activités, elle peut être provoquée par la présence dans l’environnement de substances chimiques qui, normalement, en sont absentes ou ne s’y trouvent qu’en très faible quantité.

    Pollution chronique
    C’est une pollution permanente qui est la conséquence d’émissions répétées ou continues de polluants. Elle peut être aussi liée à la présence de polluants très rémanents (qui persistent après la disparition de la source).

    Pollution diffuse
    C’est une pollution causée par la diffusion de multiples polluants dans le temps et dans l’espace. Peu visible, elle se distingue de la pollution accidentelle. L’identification des pollueurs et leur responsabilisation sont rendues délicates par la multiplicité et la discrétion des origines de contamination.

    Pollution de l’eau
    Elle se manifeste par un risque d’infiltration dans la nappe phréatique, d’éléments toxiques qui engendrent la destruction de la faune et de la flore. Elle peut rendre l’eau impropre à la consommation . C’est exactement ce qui se passe à WINTZENHEIM avec le LINDANE !!!

    Pollution industrielle
    En l’absence de toutes précisions, quant aux types d’activités susceptibles de s’implanter dans la zone du TIEFENBACH, le risque de pollution industrielle ne peut pas être écarté.
    A titre d’exemple, je souhaiterais que ne se reproduisent pas dans la zone TIEFENBACH les conséquences de la pollution constatée par ailleurs sur le site JAZ ( métaux lourds et tache radioactive) .

    Pollution lumineuse

    Cette pollution sera nécessairement générée par l’augmentation du trafic routier dans la zone, les horaires de livraisons nocturnes, l’éclairage public urbain, sans parler des conséquences de l’ouverture tardive des activités implantées dans la zone.

    Pollution organique

    C’est une pollution chimique causée par les polluants organiques (carbonés), qui sont des matières fermentescibles.
    Exemples :
    • égouts,
    • boues d’épuration,
    • organochlorés (DDT)
    • polychlorobiphényles (PCB).

    Pollution thermique
    La pollution thermique des eaux est l’augmentation de la température causée par des rejets d’eaux de refroidissement, Elle peut causer des dommages importants à la faune des cours d’eau.

    Pollution visuelle
    Ce sont les dégradations visuelles qui portent atteinte aux paysages et au cadre de vie et ce sont :
    • sacs plastiques transportés par le vent,
    • enseignes et panneaux publicitaires,
    • lignes à haute tension,
    Cette liste n’est aucunement exhaustive car sans informations de la part des autorités municipales elle se suffit à elle-même, pour requérir de votre part tout autant que de la part des autorités le retrait de ce projet, conformément aux conclusions négatives exprimées lors de la réunion de la CDPENAF du 7 Mars 2019.

    Je vous prie en conséquence de rendre un avis défavorable à la révision du P.L.U projetée par la municipalité de WINTZENHEIM.

    Jean-Paul ROTH

    Extraits-du-registre-des-délibérations-du-8-juin-2018-page-1-et-4-.jpg
  • Roeder Mongilardi michel

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Après Colmar, puis Wettolsheim, Wintzenheim inscrit à son tour une Zone d’Activité Economique dans son PLU au Sud de la ville. Total: 3 zones de même nature, sur le même secteur et dans le même temps, cela illustre bien les incohérences de cette concurrence inter-communale. Tout le secteur Croix Blanche jusqu’à Ricoh est impacté, alors que la zone des Erlen, toute proche peine à trouver des entreprises. Assez de gâchis, une terre bétonnée est une terre perdue ! L’argument des emplois crées reste à prouver, les transferts d’entreprise ne sont pas des créations, et le monde agricole c’est aussi des emplois,directs et indirects: transformation, conditionnement, transport, distribution et vente des produits de la terre.
    Monsieur le Commissaire, je vous demande instamment d’émettre un avis défavorable à cette révision de PLU.

  • waehren guy

    les zones d’activité de l’agglo.colmar. ne sont pas comblées ; notre autonomie alimentaire est menacée par la perte des dernières terres agricoles locales ,du fait de la spéculation foncière effrenée ,que les Plu communaux amplifient encore !
    Le Schéma régional de développement durable et d’équilibre des territoires ,approuvé en 12 -18 , enjoint au Scot Rhin-Vosges de diviser par 2,7 sa consommation d’espaces naturels excessive!

  • EICHE Catherine

    Je demande que soit respecté le droit de la Terre à vivre !
    Je vois notre société perdre le contact avec l’Essentiel !
    Je m’élève contre les profits financiers qui se font en détruisant l’environnement !
    Je demande que les conseillers et les décideurs mesurent l’impact écologique GRAVE d’une telle décision !
    Que nous sachions apporter toujours plus de conscience et de respect pour la Nature au lieu de continuer à bétonner et à détruire la Terre de nos enfants ! Que leur restera-t-il ? Que voulons nous leur apprendre ? Que voulons nous qu’ils apprennent comme valeurs ? Où est la VIE ? sûrement pas dans les ZAC !
    Je vous remercie de me lire et espère de tout coeur que la Terre gagnera ce défi ! Je compte sur chacun pour y contribuer à sa manière.
    MERCI

  • STRUBEL Jean-Rémy

    Jean-Rémy Strubel habitant de Wettolsheim 68920,Fr
    Le 26/03/2019 à 11h56

    Observation à l’attention de Monsieur le Commissaire Enquêteur concernant l’Enquête Publique ouverte ce lundi 25 mars 2019 à 8h portant sur la révision du PLU de Wintzenheim.

    Où parle-ton de développement durable et d’écologie dans ce registre ? (Rappel de la COP21 de Paris, déjà dans les oubliés).

    Une utilisation raisonné de notre environnement pour préserver notre contrat avec les générations à venir !
    Votre proposition est de bétonner plus ! Quelle est la terre que l’on va transmettre à nos enfants ?
    La protection des biens c’est votre devoir ! La sécurité dans ces projets concernant le voisinage ? Risques industriels à court et à long terme ?
    Il n’y a pas que la « mesange » à protéger, est-ce que plus de béton = moins de glyphosate c’est votre réponse au réchauffement climatique ?

    Il me semble que l’offre de structures de ventes est déjà très développé sur la région de Colmar et environ.

    Pour finir je reprends une phrase que j’aime bien.
    Je cite :
    « De grâce, Monsieur le commissaire enquêteur, ne permettez pas cet accaparement de terres. Il n’est jamais possible de revenir en arrière alors que le changement de culture est toujours possible ».

  • schmitt laurent

    Monsieur le Maire de Wintzenheim,

    Habitant ce quartier, depuis 22 ans maintenant dans la rue de Hattstatt à Colmar notamment pour son calme, je désirerais être informé des prochains projets de la mairie de Wintzenheim dans le secteur de la rue de Tiefenbach. Je souhaiterais vous donner mon désappointement car il est incompréhensible et inacceptable d’approuver l’aménagement d’un nouveau site d’activités.

    En effet, vous prônez sur le site de la mairie de Wintzenheim, la protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et la préservation de la faune et de la flore.
    Vous dites aussi respecter la qualité de vie des habitants si les projets sont proches du tissu urbain résidentiel.
    Mettre en valeur et protéger le coteau viticole qui est un élément du patrimoine paysager des collines sous-vosgiennes et qui s’inscrit comme un potentiel agronomique de qualité.
    Préserver la diversité écologique de la trame verte et bleue.
    Protéger l’ensemble du massif boisé, comprenant les forêts communales et domaniales, ainsi que la forêt privée située en frange et la prise en compte des milieux naturels remarquables et de protection spécifique.
    Préserver les zones inondables et le cours d’eau, présentant une grande richesse faunistique et floristique, la mosaïque de près, champs, …
    Prendre en compte les milieux naturels remarquables.
    Prendre en compte l’appel visuel généré par le site du Hohlandsbourg.

    J’ai également noté que votre attention est portée sur les riverains immédiats de ce projet, je cite « Je ferai aussi attention à ce que les entreprises qui vont s’installer, ne causent pas de nuisances sonores ». N’y’aurait-il pas abus de langage ?

    Ici on parle de grignotage de terres agricoles, qui par ailleurs disparaissent plus chaque jour.

    Où parle-ton de développement durable et d’écologie dans ce registre ?

    L’agglomération colmarienne ne propose-telle pas déjà une offre touffue de commerces et de zones artisanales souvent devenues peu rentables et obsolètes ?

    Un habitant du quartier concerné par l’écologie et le développement durable.

    Laurent Schmitt

  • SCHAFFAR Aimé

    L’avis de l’INAO n’est pas consultable sur internet (commentaire fait au nom du Syndicat Viticole de Wintzenheim).

  • VINCENT Christian

    Membre de la Confédération paysanne, président des Amis de la Confédération paysanne d’Alsace, je refuse que des terres agricoles disparaissent au profit du béton et du bitume pour des intérêts non avérés.
    Tous les 7 ans, l’équivalent d’un département en terres agricoles disparaît au profit de l’urbanisation.
    Cela suffit. Le projet de la municipalité de Wintzenheim fait partie du dernier poumon vert de Colmar.
    Ces terres serviront tôt ou tard quand le trafic routier diminuera forcément pour du maraichage et autre activité qui serviront à nourrir la population locale.
    De grâce, Monsieur le commissaire enquêteur, ne permettez pas .cet accaparement de terres .Il n’est jamais possible de revenir en arrière alors que le changement de culture est toujours possible.

  • BAUMANN Joseph

    Bonjour,

    Observation à l’attention de Monsieur le Commissaire Enquêteur concernant l’Enquête Publique ouverte ce lundi 25 mars 2019 à 8h portant sur la révision du PLU de Wintzenheim.

    Sous les 3 onglets du site de l’enquête publique (http://www.enquete-publique.eu/plu-de-wintzenheim/), Documents Administratifs, Avis Personnes Publiques Associées, Documents d’urbanisme, l’avis de la CDPPENAF (Commission Départementale de Préservation des Espaces naturels Agricoles et Forestiers) n’est pas présent et de ce fait inaccessible à la consultation par le public.

    J’ai participé en qualité de représentant d’Alsace Nature à la réunion de la CDPENAF du 7 mars 2019 qui a examiné le dossier du projet arrêté de révision du PLU de Wintzenheim.

    L’avis adopté à la quasi-unanimité par cette commission est un avis conforme défavorable.

    La commission s’étant réunie le 7 mars, suite à la saisine du 13 décembre, il est incompréhensible et inacceptable que l’avis de la CDPENAF ne figure pas dans la liste des pièces du dossier soumis à l’EP.

    Il me semble que nous faisons face ici à un grave dysfonctionnement des procédures administratives qui demande à être questionné.

    Avec mes salutations les plus sincères,

    Joseph Baumann
    Pilote Groupe Local Alsace Nature Sierentz-Bande Rhénane
    Représentant Alsace Nature à la CDPENAF

Les observations sont fermées.